Notre circonscription

Vandoeuvre : Les élèves de l'école du Charmois accueillent le député.

> Ce lundi, Hervé Féron avait répondu à l'invitation des élèves de CM2 de l'école du Charmois de Vandoeuvre et de leur enseignante. Il était accompagné de Marie-Agnès Rouillon, adjointe au Maire de Vandoeuvre, déléguée aux écoles.

> Cette classe a travaillé sur une Proposition de Loi très intéressante dans le cadre du Parlement des Enfants. Cette Proposition montrera le grand intérêt que ces enfants ont pour le développement durable.
Pendant une heure et quart, le député a répondu aux questions parfois étonnantes, mais souvent pertinentes des enfants.
Le travail de formation à la citoyenneté de l'enseignante est remarquable. Sa classe aura la chance de pouvoir visiter l'Assemblée Nationale le 23 juin prochain.

 

 

 

Claude voulait juste changer le regard des autres.

Claude avait 18 ans, sa vie d'adolescent se résume à un combat contre la maladie, à l'hôpital, loin des jeunes de son âge, loin des préoccupations ou des plaisirs habituels des jeunes de son âge.

Sa tante avait fait des photos de lui et Claude avait souhaité en faire une exposition pour, disait-il, "changer le regard des autres". Dans cette exposition, où il est mis face à ses doutes, à ses angoisses, où il est placé face "à l'incarnation de ses cauchemars", on peut lire quelques phrases écrites par Claude :

"Diagno : médulloblast, les ennuis commencent"

"Si j'avais eu le choix, tout serait tellement différent..."

"Et m... c'est tombé sur moi !"

"On va bien finir par le trouver ce p...de remède !"

Il ironise sur sa tête sans cheveux et son visage sans barbe, face à une glace, rasoir en main : "...Pas que des inconvénients, la chimio..."

Une photo le montre de dos regardant au loin par la fenêtre dans une pièce délabrée, Claude dit: "Où sont-ils donc tous passés ?"

Puis de face regardant par la même fenêtre vers l'intérieur de la maison, il parait serein, il nous dit: "Je vous regarde comme avant, et vous ?..."

Il souffrait certainement au delà de la maladie, de la solitude, de l'isolement, du regard ou du non-regard des autres, mais il remerciait ses proches ses cousins, ses cousines, sa soeur, sa Maman, sa famille, qui l'accompagnaient, ses camarades, ses professeurs.

Claude disait "A toutes les personnes malades, je voudrais leur dire que de tous les médicaments que j'ai eu à prendre, celui qui marche le mieux, c'est l'amour et le soutien des proches".

Samedi 13 février, à la mairie de Tomblaine, nous avons fait ensemble le vernissage de cette très belle exposition photos de la tante de Claude, Fabienne Filippone. Il y avait là sa Maman, ses proches. Jusqu'à la dernière minute, nous ne savions pas si Claude serait parmi nous étant donné son état de santé. Il est arrivé en fauteuil roulant, à 18 ans. Il a même dit quelques mots en public, et lorsque nous nous sommes dit au-revoir, il a encore une fois pratiqué l'ironie.

Bien sûr, cela a été un grand moment d'émotion, mais Claude nous a plus bouleversés par le sens de sa démarche. C'était un vrai combattant, on le voit sur cette photo où il est assis au milieu des décombres et où il dit :"Après tout ça, va falloir reconstruire..."

Merci Claude pour cette leçon de courage et d'Humanité du haut de tes 18 ans, tu nous a interrogés, tu nous a bougés.

Hier lundi 22 février, 9 jours après ce vernissage, nous avons appris que Claude était décédé.

Nous n'imaginions pas que cela arriverait si vite.

A sa Maman, à sa famille, à ses proches, le Maire, le Conseil Municipal et la Ville de Tomblaine présentent, avec tristesse et émotion, leurs sincères condoléances. Grâce à Claude, jamais plus nous ne regarderons de la même façon celui qui est malade.

L'exposition "changer le regard des autres" restera installée, comme prévu, dans le hall de la Mairie de Tomblaine, jusqu'au 2 mars 2016.

Hervé Féron.

 

Visite de la Banque alimentaire de Nancy

Jeudi 11 février, Hervé Féron a visité les locaux de la Banque alimentaire de Nancy situés sur le marché de gros de Vandoeuvre. Accueilli par Geneviève PUPIL, Présidente de l’association, il a pu découvrir le nouvel entrepôt occupé par la Banque alimentaire depuis le mois de juillet 2015. Plus spacieux que le précédent, il a permis d’améliorer les conditions de travail des salariés et bénévoles et d’augmenter la capacité de stockage. Hervé Féron a participé à financer l’équipement des chambres froides en donnant à l’association 8.000 euros au titre de la réserve parlementaire en 2015, il a ainsi pu constater la grande utilité de ces installations.

Fin janvier 2016, à l’occasion de sa dissolution, l’association des Maires de l’ex-canton de Tomblaine a remis un chèque de 2608,75 euros à la Banque alimentaire de Nancy, ce qui contribuera à l’achat d’un camion frigorifique nécessaire pour le ramassage des produits périssables.

L’équipe de la Banque alimentaire, sous l’impulsion de sa Présidente à l’énergie et à la passion communicatives, a mis en place une organisation d’un professionnalisme incontestable. Aujourd’hui, la Banque alimentaire de Nancy fournit 78 associations pour environ 24.000 bénéficiaires et doit faire face à une augmentation constante du nombre de demandeurs. Ainsi en 2015, ce sont 1900 tonnes de denrées qui ont été collectées et redistribuées.

Bravo à toute l’équipe et aux bénévoles pour leur travail extraordinaire !

Agir Ensemble

Voeux d'Hervé Féron

Hervé Féron vous souhaite à tous une excellente année 2016

 

Pour une région + forte, + proche avec Jean-Pierre Masseret.

Ce matin, Hervé Féron accompagnait Jean-Pierre Masseret à Vandoeuvre, au marché de Noël de Nancy puis à l'espace Jean Jaurès à Tomblaine pour le soutenir avant le deuxième tour des élections régionales qui auront lieu ce dimanche. De nombreux militants les ont rejoint et l'accueil a partout été très chaleureux.

Visite de l'AEIM

Lundi 23 novembre, Hervé Féron a visité les installations de l’Association Adultes et Enfants Inadaptés Mentaux (AEIM) à Vandoeuvre. Accompagné du Président de l’AEIM, M. Jeanjean, le directeur général M. Horrach et leurs équipes, le député a découvert le travail remarquable que réalise l’association à l’Institut Médico-Educatif (IME) Raymond Carel. Des enfants en situation de handicap intellectuel sont accueillis et pris en charge par des équipes d’éducateurs spécialisés qui les aident à se développer par le biais d’activités spécifiques d’éveil, de motricité, de découverte de soi et de l’environnement. Une partie du site est spécialement dédiée à l’accueil d’enfants souffrant également d’un handicap physique. Le député s’est dit très impressionné par la qualité des installations et les méthodes pédagogiques développées par l’association qui lui permettent aujourd’hui de bénéficier d’une expérience considérable dans l’accompagnement des enfants handicapés mentaux et polyhandicapés.

Hervé Féron s’est ensuite rendu à la Maison d’Accueil Spécialisée (MAS) Lucien Gillet qui accueille des adultes en situation de handicap intellectuel. Cela a été l’occasion pour lui de découvrir un instrument un peu particulier, le Bao-Pao, utilisé pour initier les résidents à la musique. Cet instrument électronique surprenant permet de jouer un morceau de musique préprogrammé en coupant un rayon laser avec une baguette. Effet garanti !

Condoléances

Notre ami Isaac NIEGO, plus connu sous le nom de Peppone, figure historique du club de football de Jarville, a eu la douleur de perdre son épouse Marie-Louise. Les obsèques avaient lieu aujourd'hui. Nous partageons sa peine et adressons à toute sa famille nos sincères condoléances.

Cérémonies du 11 novembre 2015

Ce mercredi 11 novembre au matin, Hervé Féron a participé à la cérémonie célébrant l’armistice de la guerre 1914-1918 à Vandoeuvre. Comme chaque année, ce fut un franc succès populaire et la plus belle cérémonie du département. Les habitants de Vandoeuvre se sont déplacés en masse pour assister à ce moment d’émotion partagé en présence de Victor Mendes, maire de Ponte de Lima au Portugal qui est jumelée avec Vandoeuvre, Fouzia Chebab, conseillère régionale, qui représentait Jean-Pierre Masseret, ainsi que Sylvie Crunchant, conseillère départementale.

Au cours d’un très beau discours, le maire de Vandoeuvre Stéphane Hablot a souligné les liens d’amitiés ancestraux qui lient la France et le Portugal, en témoignent les milliers de soldats portugais morts aux côtés des Alliés au cours de la Première Guerre Mondiale. Ces liens sont toujours aussi forts aujourd’hui, et la présence côte-à-côte de Stéphane Hablot et Victor Mendes au cours de cette cérémonie était à ce titre un beau symbole.

Hervé Féron s’est ensuite rendu à Tomblaine pour un hommage républicain au cours duquel il a délivré un discours rassembleur qui se concluait ainsi :

« Il faut sans cesse tirer toutes les leçons de cette terrible guerre, pour résister à toutes les formes d’obscurantisme, tous les fanatismes religieux et les idéologies extrêmes, celles qui cherchent à exacerber les différences, à diviser les peuples, à voir des races là où il n’y a que des femmes et des hommes. Construire la Paix requière toutes les énergies, toutes les intelligences, toutes les contributions, les héros du passé peuvent nous y aider, c’est la meilleure manière de leur rendre hommage.»

Vite, généraliser le droit opposable à la retraite !

 

 

 

Aujourd’hui en France, des milliers de retraités sont confrontés à des difficultés pour toucher la pension à laquelle ils ont droit. Après une vie de travail, quand vient l’heure du repos mérité, c’est un véritable combat qui s’engage pour les néo-retraités. En effet, il faut parfois des mois, quand ce n’est pas des années, aux caisses de retraite pour reconstituer le parcours d’un allocataire et déterminer le montant de leur pension. Pendant le temps d’instruction des dossiers, la caisse de retraite ne verse rien, obligeant les retraités concernés à vivre sur leurs économies – s’ils ont la chance d’en avoir !

De plus, les personnes placées dans cette situation d’attente se retrouvent dans un vide administratif qui leur interdit l’accès à un certain nombre d’aides normalement accessibles aux personnes à faible revenu, alors même qu’elles en ont un besoin vital.

Cela crée parfois des situations révoltantes. C’est par exemple le cas d’une habitante de ma circonscription, qui est venue me voir à ma permanence parlementaire pour me faire part de ses difficultés. Cette dame est condamnée à (sur)vivre depuis plusieurs mois sans le moindre revenu, car sa caisse de retraite n’a toujours pas calculé sa pension complémentaire dont le montant sera de toute façon très faible. En attendant, le dossier qu’elle a déposé pour bénéficier de l'Allocation de Solidarité aux Personnes Agées (ASPA) est bloqué ! Alors cette dame qui a travaillé toute sa vie, sans rien demander, qui ne dispose pas d’épargne ni de soutien familial, en est réduite à solliciter des aides de tous les organismes sociaux pour pouvoir manger, régler ses factures essentielles et faire face à ses dépenses de santé.

C’est un irrespect qui lui est fait, c’est indigne.

Pourtant, le gouvernement a conscience de ce problème. C’est pourquoi la Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, a publié un décret le 19 août 2015 créant un droit opposable à la retraite. Cette nouvelle disposition prévoit qu’en cas de délai supérieur à quatre mois pour établir le montant exact de la pension à verser, les caisses de retraite seront dans l’obligation de verser une pension basée sur une estimation de ce montant. C’est un progrès important qui doit limiter fortement les situations problématiques.

Mais si ce décret va indubitablement dans la bonne direction, s’il faut se féliciter de ce nouveau droit, il n’a pas permis de résoudre toutes les situations. En particulier, il ne s’applique qu’aux dossiers déposés après le 31 août 2015 et ne concerne pas les régimes spéciaux, laissant en dehors de son champ d’application des milliers de retraités.

Alors que le gouvernement vient de consentir un effort salutaire en faveur des retraités modestes en annulant les principales conséquences fiscales de la suppression de la demi-part fiscale des veuves votée sous la majorité précédente, il serait regrettable que le message adressé à cette occasion, le symbole fort que représente ce geste, ne soient brouillés par un manque d’ambition sur cet autre dossier. En effet, il est inconcevable que notre République fraternelle puisse placer dans une telle détresse des personnes aussi vulnérables et que nos institutions tolèrent une telle misère.

C’est pourquoi j’ai écrit à la Ministre pour lui demander de remédier à cette situation en généralisant le droit opposable à la retraite afin qu’il bénéficie à l’ensemble des retraités. J’espère que je serai entendu et qu’ensemble, nous pourrons rendre un peu plus de justice sociale aux français.

 

 

 

 

En prise directe

  flux RSS

         Facebook

  Twitter

  Dailymotion

En images

Hervé Féron avec Najat Vallaud-Belkacem
et la réalisatrice yéménite, Khadija Al-Salami

En vidéo

Intervention d'Hervé Féron en Séance Publique pour les victimes de la répression
de la Commune de Paris

Nombre de Visiteurs

Affiche le nombre de clics des articles : 
2142763

`

Copyright © 2011 Hervé Féron.Tous droits réservés.Template hervé féron

Propulsé par un logiciel libre sous licence GNU/GPL