Notre circonscription

Réaction

 

Nous avons tenté de communiquer au journal local notre avis sur la visite du candidat SARKOZY à Nancy.

Avis que beaucoup d'entre vous partagent, vous nous l'avez témoigné quant aux moyens déployés en forces de police, aux routes bloquées et au caractère partisan de cette visite. Manifestement le journaliste n'a pas aimé…, qualifiant le communiqué de presse de vengeur. Chacun de vous appréciera.

Excusez-moi, Monsieur le journaliste de tenter de donner un avis différent du vôtre de temps en temps, je suis élu et député pour cela me semble-t-il.

En tous cas, sur d'autres dossiers couverts de la même façon par ce journal, lors de nombreuses réunions publiques que j'anime actuellement sur ma ville, je constate que les citoyens sont à 100 % sur les positions que je défends en ce moment, non pas de façon vengeresse, mais avec force, car il est de mon devoir de dénoncer certaines méthodes.

Commémorations du 8 mai 2011

 

Hervé Féron était présent le 08 mai à Tomblaine pour se recueillir devant le monument aux morts. Il était également présent aux cérémonies de Vandoeuvre, de Villers, de Nancy et de Houdemont, bien que sur toutes les photos de l’Est Républicain, Hervé Féron a été coupé et ne figure pas dans les articles.

Vandoeuvre à l'Assemblée Nationale

 

Des jeunes de Vandoeuvre ont visité l'Assemblée Nationale avec des animateurs de la ville de Vandoeuvre et Nadia Lahrach, avec comme guide leur Député, Hervé Féron

Cérémonie du 8 mai à Vandoeuvre

 

 

Hervé Féron était dimanche 08 mai au côté de Stéphane Hablot pour rendre hommage aux soldats morts pour la France durant la seconde guerre mondiale.

Réponse au bâtonnier des avocats sur le projet de loi de garde à vue

Monsieur le Bâtonnier,

Vous avez souhaité m’alerter sur la réforme de la garde à vue avec un argumentaire complet et je vous en remercie.

Cette démarche est en effet importante pour les parlementaires, puisque notre travail dans l’hémicycle est nourri des échanges que nous pouvons avoir avec les professionnels sur le terrain. Le travail que vous nous avez fait partagé nous a donc conforté dans notre vision de cette mauvaise réforme.     

Déposé le 13 octobre 2010 à l'Assemblée Nationale, le projet de loi relatif à la garde à vue a fait l'objet de nombreux débats. Le texte du gouvernement a nécessité deux lectures devant chacune des chambres du Parlement. Finalement, malgré l'opposition constante du groupe socialiste, radical, citoyen et le dépôt de nombreux amendements, le projet de loi a été adopté en seconde lecture par l'Assemblée Nationale le 12 avril dernier.

Les députés socialistes ont, tout au long de la discussion de ce projet de loi, aussi bien en commission qu'en séance publique, fait part de leurs critiques, relayant ainsi les revendications portées les magistrats, les policiers et les victimes.

En effet, ce projet de réforme de la garde à vue proposé par le gouvernement, semble inapplicable, faute de moyens. La majorité elle-même, par la voix du ministre de l’Intérieur et du président UMP de la commission des Lois à l’Assemblée nationale, a exprimé de grandes réserves. C’est contraint et forcé que le gouvernement a fini par procéder à cette réforme réclamée depuis longtemps par les députés socialistes. A la suite de plusieurs condamnations de la France devant la cour européenne des droits de l’homme, le Conseil constitutionnel a jugé illégales les lois qui régissent la garde à vue et sommé le gouvernement de les réformer. Les députés socialistes avaient déposé, en 2010, une proposition de loi visant à réduire l’arbitraire et les abus qui entourent cette procédure attentatoire aux libertés fondamentales. Résultat de la politique du chiffre, le nombre de gardes à vue a quasiment doublé depuis les années 2000 pour atteindre aujourd'hui environ 800 000, si l'on y inclut les gardes à vue pour les infractions routières. Face à ces injonctions, le gouvernement n’avait d’autre choix que de concéder une avancée majeure : le droit pour toute personne gardée à vue de bénéficier, dès le début de son audition, de l’assistance d’un avocat. Le gouvernement a néanmoins avancé à reculons. Pour preuve, le projet de loi initial prévoyait de remplacer la garde à vue par le principe de l’audition libre, sans avocat… Le gouvernement a, in extremis, renoncé à ce tour de passe-passe très révélateur de son état d’esprit.

En réalité, avec mes collègues députés socialistes, nous estimons que le texte ne propose pas la réforme profonde et globale qui est requise. Il comporte d’importantes lacunes, notamment sur la question préalable du statut du Parquet. Surtout, il n’apporte pas de réponse à la question cruciale des moyens nécessaires à une telle réforme. Des officiers de police, des avocats, des magistrats et des greffiers supplémentaires doivent renforcer l’efficacité de la procédure et garantir les droits des suspects. Nous pensons que des solutions doivent être apportées, sans délai, aux problèmes de locaux et de rémunération de l’avocat dont la présence sera considérablement accrue. Non financée, cette réforme sera purement et simplement inapplicable.

C’est pourquoi lors de la séance du 12 avril dernier, j’ai voté contre ce texte. Vous trouverez le résultat du scrutin en pièce jointe, avec les votes des parlementaires Meurthe et Mosellans.

Je reste à votre disposition et vous prie de croire, Monsieur le Bâtonnier, à mes sincères salutations.

 

En prise directe

  flux RSS

         Facebook

  Twitter

  Dailymotion

En images

Hervé Féron avec Najat Vallaud-Belkacem
et la réalisatrice yéménite, Khadija Al-Salami

En vidéo

Intervention d'Hervé Féron en Séance Publique pour les victimes de la répression
de la Commune de Paris

Nombre de Visiteurs

Affiche le nombre de clics des articles : 
2206436

`

Copyright © 2011 Hervé Féron.Tous droits réservés.Template hervé féron

Propulsé par un logiciel libre sous licence GNU/GPL