Articles

Tribune d'Hervé Féron sur Marianne.fr

Publication d'une tribune d'Hervé Féron sur Marianne.fr :

***

Depuis plusieurs années déjà, les conflits en Irak, en Syrie ou en Libye sont régulièrement évoqués dans les médias, de même que les destructions de patrimoine qu’ils provoquent. Un autre pays est sous les bombes, mais personne ou presque n’en parle : il s’agit de l’ « Arabia Felix » ou Arabie Heureuse des Romains, l’actuel Yémen, théâtre d’une guerre civile depuis plus d’un an.

La guerre au Yémen a donné lieu à une véritable catastrophe civile et humanitaire. Depuis mars 2015, on compte plus de 6 000 morts dont la moitié sont des civils, avec plus de 30 000 blessés et deux millions et demi de personnes déplacées depuis le début du conflit. Les écoles et hôpitaux, y compris de Médecins Sans Frontières, ne sont pas épargnés par les bombes.

Mais un autre drame se déroule au Yémen, sur le plan historique et culturel. Depuis des mois, l’UNESCO tente d’alerter sur les dégâts subis, en vain : les pourparlers n’aboutissent à aucun cessez-le-feu durable et les bombardements continuent, touchant détruisant des sites culturels et historiques d’exception ne présentant pas d’intérêt militaire stratégique.

Si les dégâts sont difficiles à évaluer dans un pays dont nous parviennent si peu d’informations, on sait qu’au moins 47 sites et monuments archéologiques ont été endommagés ou réduits à zéro depuis le début des attaques aériennes de la coalition menée par l’Arabie saoudite.

Le Grand Barrage de Ma’rib, véritable chef-d'œuvre d'ingénierie construit vers 750 à 700 avant J.-C., a été sévèrement endommagé et il subit toujours des assauts. Le site de Sirwah, haut lieu religieux du royaume de Saba, est également le théâtre de violents combats, et la muraille extérieure de son remarquable temple Almaqah, jusqu’alors incroyablement préservée, a été endommagée. Dans Baraqish, ville fortifiée la mieux préservée du Yémen, le Temple minéen de Nakrah, qui constitue l'un des plus beaux vestiges datant du premier millénaire avant J.-C., semble également avoir subi des dommages à la suite d'un bombardement aérien.

En outre, organisé de manière de plus en plus professionnelle, le pillage est en plein essor : l’un après l’autre, les sites sont minutieusement pillés, en particulier dans les régions où le gouvernement central n'exerce plus de contrôle. Dans certains cas, ces sites sont systématiquement pilonnés par des bulldozers, laissant derrière eux des champs de désolation.

L'anéantissement de ce patrimoine est d'autant plus tragique qu’il est au cœur de l'identité du peuple yéménite. Or, ces œuvres et monuments sont ciblés en tant que tels et pour ce qu’ils représentent. Car il n’y a pas d’identité sans mémoire ; ainsi, dans son Histoire universelle de la destruction des livres, Fernando Baez développe la notion de  « mémoricide », qui désigne toute politique visant à effacer les traces de la mémoire d’un peuple à travers sa culture afin de reconfigurer son identité dans un but de soumission. Il n’y a pas d’hégémonie religieuse, politique ou militaire sans hégémonie culturelle.

Malgré l’évidente entreprise de destruction, voire de dépeçage, perpétrée par la coalition saoudienne, qui n’empêche pas le développement, au sol, d’une guerre de position entre islamistes et Houthis menaçant la société yéménite de nouvelles divisions, la communauté internationale reste désespérément inactive. On ne peut pas ne pas voir derrière cela les intérêts commerciaux qui musèlent si fortement les porte-parole des pays occidentaux.

Nos amitiés avec certaines puissances ne doivent pas nous faire perdre notre lucidité et il est indispensable que la France participe activement à la résolution de ce conflit qui détruit de nombreuses vies mais aussi un patrimoine irremplaçable, mémoire de civilisations millénaires s’étant succédé en Mésopotamie, lieu de naissance de l'écriture et des premières cités-Etats.

Pour mettre fin à la crise qui ravage le Yémen, l’une des plus graves au monde, seuls des efforts conjoints de la communauté internationale permettront de trouver une solution durable afin de faire en sorte que le Yémen redevienne l’« Arabie Heureuse » d’il y a deux mille ans.

***

 

Un malaise à partager

Avec les Jeux Olympiques 2016, accueillis par la ville de Rio de Janeiro, nous avons assisté à un grand événement sportif de niveau planétaire. Je suis le premier à me réjouir de pouvoir célébrer de tels évènements rassembleurs et les valeurs du sport ainsi véhiculées : la fraternité, la solidarité, enflammant pour quelques jours nos discussions dans un contexte international parfois si sombre. Cela fait du bien de pouvoir honorer l’esprit olympique des sportifs du monde entier et en particulier de nos français, la performance et l’esprit olympique de Kévin Mayer, le courage héroïque de Yohann Diniz ou encore le bonheur du couple en or Tony Yoka et Estelle Mossely. Je me réjouis et je félicite plus largement l’ensemble de la délégation française, qui a rapporté 42 médailles, record absolu pour notre pays (depuis les si particuliers Jeux Olympiques de Paris de 1900 avec les 91 médailles rapportées).

Cependant, malgré ce bonheur et cet enthousiasme collectif, il ne faut pas perdre contact avec la réalité. Et voir une telle manifestation, vectrice d’espoir mais coûteuse, se dérouler à côté d’autant de misère dans la ville de Rio et de ses Favelas doit nous faire réagir, et j’ai vraiment l’impression que personne n’en parle. Dans l’une des deux villes les plus inégalitaires du monde (en 2011, selon Euromonitor), que peut apporter un événement comme les JO ? Quelles améliorations peuvent être envisagées pour la population carioca et à l’ensemble du Brésil ?

Un constat déplorable

Les expériences précédentes étaient déjà bien tristes. Ayant accueilli les Jeux Panaméricains de 2007 ou la Coupe du monde de football 2014, Rio a pu observer des phénomènes de gentrification, l’expulsion et la marginalisation des populations les plus pauvres. Ainsi, les prix de l’immobilier ont augmenté suite à une spéculation appuyée par ces événements planétaires, des murs ont été construits afin de cacher la pauvreté à la vue des touristes et étrangers venus du monde entier. De la même façon, alors que plus de 20% de la population de Rio habite dans ces quartiers déshérités, les inégalités ne semblent pas se réduire, d’autant plus que les infrastructures et autres installations pour les Jeux Olympiques, se construisent majoritairement dans les quartiers les plus favorisés (le quartier Barra da Tijuca par exemple). Dans un pays où la violence est repartie à la hausse depuis la Coupe du monde (augmentation de 14% des meurtres en ce début 2016), où une lourde récession pèse à la fois sur l’inflation, les taux d’intérêt (plus de 20%), le chômage et l’éducation des jeunes et où elle impose une austérité délétère aux brésiliens, il me semble que ces investissements pharaoniques (15 milliards de dollars pour le mondial de football, entre 10 et 13 milliards de dollars pour les Jeux Olympiques) pourraient être repensés. Une répartition plus équitable et plus réfléchie des dépenses et investissements aurait pu éviter les conclusions affolantes du Sondage Datafolha (19/07/2016) selon lequel plus de 64% des brésiliens attendaient plus de préjudices que de bénéfices suite à la tenue des Jeux Olympiques. Cela peut aussi expliquer ces tribunes à moitié vides dans un pays souffrant d’une crise à la fois économique et politique.

Quelles solutions pour l’avenir ?

En nous basant sur les expériences précédentes des JO d’Athènes (en partie responsables des déboires actuels du pays), des JO de Pékin (responsables de l’expulsion de plus de 1,5 millions de personnes) ou ceux de Rio (pour lesquelles il est encore trop tôt pour en tirer des conclusions), il nous faut penser un nouveau moyen d’organiser ces événements sportifs. Il ne faut plus concevoir les villes hôtes comme un espace dédié aux touristes aisés, aux sponsors et aux entreprises internationales, mais utiliser ces événements sportifs comme un moyen de favoriser un usage populaire et multiculturel des équipements et de la ville dans son ensemble. Pourrait-on alors envisager que 10% des recettes engagées pour l’organisation des Jeux Olympiques soient utilisées pour lutter contre la précarité, pour la scolarisation, la pratique sportive et la dignité de la vie des personnes les plus marginalisées ? Bien qu’une volonté de ne plus négliger les aspects sociaux et environnementaux au sein des pays hôtes transparaisse dans le « Cadre de Référence Olympique » publié par le Comité International Olympique pour les jeux de 2024, une autre approche est nécessaire et urgente alors que les coûts des différents événements sportifs mondiaux ne vont pas en diminuant, en atteste les prévisions pour le mondial de foot au Qatar (environ 200 milliards d’euros).

Et si soudain le monde retrouvait une conscience et devenait courageux ?

Hervé FÉRON

Parle m'en en Direct

Parle m’en en direct : L'assemblée Nationale à votre porte. Cycle de conférences du Député Hervé Féron

Réunissant à chaque réunion plus de 200 personnes, Hervé Féron a eu le plaisir de faire partager aux habitants un moment inoubliable avec Elisabeth Guigou à Vandoeuvre, Laurent Fabius à Saint Max puis à  Tomblaine, Lionel Jospin à Tomblaine puis à Villers les Nancy, Benoit Hamon à Jarville entouré d’élus locaux comme Mathieu Klein, Pascal Jacquemin, Stéphane Hablot, Michel Dinet ...



Contact

Coordonnées :

Permanence parlementaire

26, Rue Gambetta

54 000 NANCY

Téléphone : 03.83.48.89.80

Fax : 03.83.29.07.82

 

Horaires d’ouverture :

La permanence est ouverte au public lundi, mercredi, et vendredi, de 14h00 à 17h00. Vous pouvez également prendre rendez-vous pour d’autres créneaux horaires en appelant le numéro de téléphone ci-dessus durant les horaires indiqués.

 

L’équipe parlementaire :

Evelyne Gareaux (suppléante, Conseillère Régionale de Lorraine)

Marine Lambert (assistante parlementaire à Paris)

Catherine Melchiorre (assistante parlementaire en circonscription)

Claude Lombard (assistante parlementaire en circonscription)

je m'informe

Pour suivre en direct les travaux de l'Assemblée, tout savoir sur l'Assemblée Nationale :

La séance en direct : Retransmission en direct de la séance publique de l'Assemblée Nationale





Les auditions, commissions, tables rondes, questions orales, débats dans l'hémicycle : toutes les vidéos






LCP - AN : la chaîne parlementaire !




Bienvenue à l'Assemblée Nationale, film pédagogique

Hervé Féron sur Air TV. Découvrez votre député dans la vidéo ci-dessous !

En prise directe

  flux RSS

         Facebook

  Twitter

  Dailymotion

En images

Nombre de Visiteurs

Affiche le nombre de clics des articles : 
1821291

`

Copyright © 2011 Hervé Féron.Tous droits réservés.Template hervé féron

Propulsé par un logiciel libre sous licence GNU/GPL