Grand Nancy Métropole

Conseil de Métropole... la méthode Rossinot...

Incroyable ! Le règlement édicté par le Président de la Métropole fait que le rapporteur qui présente une délibération n'est pas limité dans le temps. Alors André Rossinot donne la parole à ce rapporteur (de droite), puis lui-même intervient, puis il passe la parole à 4 élus de droite qui ne sont pas limités dans le temps. Enfin, après une présentation interminable, les élus de gauche ont la parole, en étant, eux, tous limités dans le temps... Conception très particulière de la démocratie...


Voici mon intervention sur le PLUI HD - Débat sur les orientations générales du PADD...

Monsieur le Président, chers collègues.

Encore un sujet-fleuve, pour ne pas dire fourre-tout, qui nous est exposé en pas moins de 135 pages...
On pourrait ne pas être assommé par tant de verbiage, s'il on y trouvait quelques cohérences.
Car l'intention est belle, mais complètement en contradiction avec votre bilan et votre réalité. Comment peut-on, tout à la fois, évoquer les enjeux environnementaux et climatiques et donc la qualité de la vie, quand on a commis la bétonisation à outrance avec "Entre Meurthe et Canal", avec "Nancy Grand Coeur", quand on a conjugué depuis si longtemps l'inesthétisme et l'absence de fonctionnalité, quand on est auteur de la terrible minéralisation de la Place Veil, quand on a des projets qui bafouent le patrimoine, qui contournent les règles et les lois et qui affaiblissent le service public comme le "Grand Nancy Thermal", le nouvel immeuble Thiers, le tracé de la ligne numéro 1 du tram et son viaduc de 350m au-dessus du jardin botanique...
Ce qui est fait restera comme des blessures multiples, quant à ce qu'il reste à faire, vous aurez tant endetté la Métropole, que l'on sait déjà que certains projets ne seront pas réalisés en l'état...
Il est donc proposé un débat dont les attendus ne sont que contradictions. Alors pourquoi ? 
J'y vois deux raisons. 
- Vous avez fait travailler et depuis longtemps une armée de collaborateurs et de consultants externes qui sont à votre service, instrumentés en permanence pour instruire votre communication. Pour tenter de redorer votre blason. C'est à dire que vous utilisez l'argent public pour assommer l'opinion publique de contre-vérités.
- La deuxième raison, c'est que vous voulez de plus en plus tout maîtriser, parce que vous êtes au plus mal. Vous avez plombé l'avenir par les investissements inconsidérés et la dette ainsi générée. Vous cherchez des solutions en voulant tout gérer, en maîtrisant le foncier et en spéculant ensuite sur le dos des communes. Et ce texte montre bien comment en interprétant les textes de Lois Grenelle II et ALUR, c'est à dire en parfait décalage avec l'esprit des Lois, vous privez de plus en plus les communes et les élus locaux de toutes marges de manœuvre pour faire vivre leurs politiques publiques sur leur territoires dans la cohérence, la proximité et le discernement. Ce texte est un déni de démocratie.
Ce débat est une sorte de non-bilan. Il y avait beaucoup mieux à faire sur des sujets aussi importants, mais à partir d'un diagnostic qui n'aurait pas été insincère. J'espère juste que les observations particulières émises par plusieurs Communes seront inscrites dans le marbre et respectées, pour que le piège que vous avez tendu ne se referment pas complètement et n'obère pas totalement l'avenir.

Conseil de Métropole du Grand Nancy.

Voici deux autres de mes interventions pour que vous soyez informés.

DSP Mobilités Urbaines 2019-2024.
Avenant numéro 1 au contrat de services publics confié à Kéolis.

Monsieur le Président, chers collègues.

Je souhaite souligner la qualité du travail de Malika Dati qui a su organiser les discussions sur un domaine des plus sensibles, en écoutant et respectant les souhaits des élus locaux. Avec le délégataire, ils ont su prendre en compte nos demandes dans le souci de l'intérêt général tout en préservant les équilibres budgétaires.
Pour ce qui concerne la desserte de Tomblaine, si l'on considère que les remarques que j'ai faites à la lecture de ce projet de délibération sont actées (page 134, une faute de rédaction fait passer la ligne Tempo 3 à St Max au lieu de Tomblaine - et la ligne 20 qui, en traversée de Tomblaine, doit passer par le secteur de la Tuilerie), je voterai cette délibération.
Je regrette seulement que l'état des finances de la Métropole ne nous permette pas de prévoir un dispositif ambitieux et adapté pour ce qui concerne les déplacements des dimanches (comme si la vie s'arrêtait subitement le dimanche) ou encore pour ce qui concerne les retours en soirées.
Ce n'est pas comme cela que l'on revitalisera la ville-centre et en ne permettant pas aux habitants de se déplacer à certains moments, on les isole.
Même si, là aussi, il faut reconnaître que Malika Dati et Kéolis on su imaginer des solutions pertinentes, dans ce contexte beaucoup trop contraint.

Délibération n°7 : tarification du réseau de transports Stan.

Monsieur le Président, chers collègues.
Vous expliquez les équilibres financiers des services du réseau par :
- une partie de dépenses d'exploitation financées par le versement transport et les autres impôts locaux prélevés par la Métropole.
- et une partie de dépenses d'exploitation financées (avec deux fois la même faute d'orthographe) par les usagers.
Puis vous traduisez ces chiffres en expliquant que les usagers financent 21% du coût complet et 26% du coût d'exploitation, ce qui serait déjà beaucoup... Mais il ne faut pas oublier que la plupart du temps ces usagers sont également des contributeurs par l'impôt et que la réalité de leur participation est par conséquent largement plus importante que vous ne voulez bien le dire... 
Raison de plus pour leur devoir un service public de qualité.
Et malheureusement, votre dette vous contraint à chercher partout des économies de bouts de chandelles. Les tarifs des services publics deviennent alors des variables d'ajustement budgétaires, dont les usagers sont les victimes co-latérales.
Il n'y a pas d'amélioration du service public, mais pourtant on augmente la tarification... cherchez l'erreur.
La plus importante hausse est pour les abonnements illimités pour les salariés (qui passent de 33,95€ à 36,50€), c'est une hausse de + 2,55€ par mois... Quelle est la logique ? Est-ce là une politique pour inciter à utiliser les transports en commun ?
On a aussi l'impression d'une véritable usine à gaz qui ne facilite rien, et ne permet aucune lisibilité. Cette complexité dissuade l'usager.
Quand, par exemple, on remarque que le montant restant à la charge du salarié (18,25€ remboursés à 50%) reste inférieur au Pass Étudiant à 21,50€ ! Tout en dépassant désormais l'abonnement pour les étudiants boursiers (17,50€, maintenu à 4€ de réduction supplémentaire par mois)...
Pourquoi toutes ces différences ? Pourquoi ne pas faire beaucoup plus simple ? Pourquoi ces augmentations des tarifs du service public, socle de la cohésion sociale et de l'aménagement du territoire ?
Ces questions sans réponses amèneront le Groupe de Progrès pour une Métropole Solidaire à voter contre cette délibération.

Les malheurs du sophiste...

 

Le système de gouvernance de la Métropole du Grand Nancy par son Président André Rossinot est basé sur le mensonge permanent, structuré, programmé.
Il y avait un Conseil de Métropole vendredi 5 avril. Ces Conseils sont inintéressants, interminables, vides de sens et surtout ils ne sont pas le lieu des prises de décisions.
Pour ce Conseil, les trois premiers points à l'ordre du jour constituaient une sorte de grand numéro pour donner à penser que l'écologie et la qualité de vie des habitants pourraient être une priorité pour la Métropole du Grand Nancy... Une sorte de fourre-tout, vocabulaire technocratique et éléments de langage convenus, par lesquels Rossinot, incarnation paroxystique de ce verbiage assommant et mono-colore, devient soudain le "monsieur bricolage de l'écologie" !

On y croirait presque. Rien que les titres de ces trois premiers points vous font saliver...

1) Communication - Chemins Métropolitains - Métropole Nature Transition.
2) Développement économique et innovation - Appels à projets transition écologique et solidaire.
3) Appel à projets national "Territoires d'innovation" : contexte et contenu de la candidature "Des Hommes et des Arbres, les racines de demain" et portage juridique du projet par la Métropole du Grand Nancy.

Ouf... complètement ouf... Pour ces trois premiers points de l'ordre du jour 45 pages de rapports ! Combien de fonctionnaires ont été sommés de travailler pour fournir cet agglomérat d'alibis à l'exécutif du Grand Nancy ?
Rien que sur le premier sujet, pas moins de 10 rapporteurs, dont le Président lui-même étaient annoncés ! Quand on sait que le temps imparti aux rapporteurs est illimité, alors que dans l'opposition vous avez un maximum de 5 minutes pour vous exprimer (exceptionnellement 10 sur demande pour les présidents de groupe). C'est un exercice de démocratie qui consiste à faire laminer systématiquement toute critique malvenue de la méthode...

Sur le fond, il n'y a rien à dire. C'est beau, c'est angélique, on est au pays de oui-oui...

Mais comment peut-on oser écrire, dire et commenter de si belles intentions quant à l'écologie, quand on on a défiguré complètement Nancy, créé la Place Thiers terriblement minérale, inhumaine et austère, le quartier dit "Nancy Grand Coeur" en béton, en béton et en béton, quand on annonce que le prochain tracé du tram va balafrer le jardin botanique ou encore quand on a choisi le candidat-promoteur immobilier qui consommera le plus d'eau pour le projet du "Grand Nancy Thermal" ???
Mesdames, messieurs de l'exécutif et toutes celles, tous ceux qui ont voté cet incroyable gâchis, comment pouvez-vous oser vous revendiquer de la "transition écologique et solidaire" ?
Le sophiste, à l'origine est un professeur d'éloquence qui maitrise le discours, ce qui lui apporte le prestige, mais au sens moderne, il désigne une personne utilisant des arguments spécieux pour tromper ou faire illusion. Platon disait même que "les sophiste ne s'embarrassaient pas de considérations quant à l'éthique, la justice ou à la vérité..."
André Rossinot est donc un sophiste et son exécutif a fait vœu d'insincérité...

Et pendant ce temps là, parce que le Maire de Tomblaine se permet de dire tout haut ce que beaucoup pensent, le Président empêche tous projets sur Tomblaine.
Un exemple : le gymnase COSEC à Tomblaine est en triste état, que ce soit pour recevoir les collégiens, les lycéens ou bien encore les associations et leur public. Je demande que des travaux de mise aux normes et de confort soient réalisés depuis de nombreuses années.
Mais le Grand Nancy ne m'entend pas.

Alors que le Grand Nancy dépense sans compter sur des actions de prestige (on y reviendra), les équipements utilisés par la population et les petites associations n'intéressent pas ces élus.
Ce COSEC (comme d'autres équipements, le stade Raymond Petit,...) avait été créé par les Communes qui adhéraient au SIS (Syndicat Intercommunal Scolaire) dont Tomblaine faisait partie... André Rossinot, dans sa vision hégémonique, a souhaité que le Grand Nancy récupère ces équipements et leur gestion...
Il n'a rien payé pour cela et aujourd'hui, il ne les entretient pas !

Dès lors, le SIS ne servait plus à rien. La logique aurait été qu'il fut dissous, c'est ce que je proposais déjà il y a une quinzaine d'années. Et bien non. Le SIS ne sert à rien, mais Rossinot l'a conservé, car il lui aura permis de distribuer des postes et quelques indemnités à des élus qui lui en sont ainsi redevables, et qui ne le contestent jamais...

Démonstration : la semaine dernière, il était programmé une réunion du SIS avec à l'ordre du jour le Compte administratif 2018 et le Budget 2019.
On peut lire dans ce Budget que les subventions de ces élus (qui ne font donc rien) ont été de 67000€ en 2018 et sont augmentées à 70000€ en 2019, sans compter les cotisations. Dans le même temps, les subventions aux collèges qui étaient de 15000€ en 2018, n'augmenteront pas. Cherchez les erreurs...
Et savez-vous pourquoi cette réunion du SIS n'a finalement pas eu lieu ? Elle a été reportée parce que le quorum n'était pas atteint. La plupart du temps les élus n'y sont pas présents !
J'ai calculé qu'avec le montant des indemnités allouées sur ce mandat aux élus du SIS, on aurait eu suffisamment d'argent pour rénover le gymnase du COSEC....
Mais la volonté n'y est peut-être pas...

Les malheurs du sophiste sont les malheurs qu'il destine aux autres...

Grand Nancy thermal : un pavé dans la mare phréatique !



Au delà du scandale financier qui voit une centaine de millions d'euros d'argent public donnée sur 30 ans à la société Valvital, derrière laquelle se cache Bouygues, et qui va redistribuer sur le même projet 87 millions de bénéfices à ses actionnaires... Au delà du scandale qui consiste à sacrifier une offre de service public accessible à tous pour une opération immobilière juteuse, des activités privatisées et des profits très, très privés...

L'aspect écologique est certainement le premier des scandales dans ce qui n'est rien d'autre aujourd'hui qu'une "affaire" et qui demain finira bien par éclater. Il est à redouter que ce sera trop tard.

On le sait l'eau, faussement abondante, est en train de devenir la ressource la plus rare et la plus précieuse de la Terre. 

Le réchauffement climatique entraîne une accélération du cycle hydrologique à l’échelle planétaire, donc des phénomènes accentués d’évaporation et de précipitations, impliquant davantage de vagues de sècheresse et d’inondations. Une telle évolution va se traduire par de graves pénuries d’eau. En Meurthe et Moselle comme ailleurs, désormais chaque année en période de canicule, le Préfet prend des arrêtés visant à interdire la consommation d'eau dans certains cas, comme l'arrosage des fleurs, le lavage des voitures, le remplissage des piscines privées, et même le recours pour les maraîchers à l'utilisation de leurs propres puits.
La situation est donc grave.

Mais l'irresponsabilité du projet  du Grand Nancy Thermal n'a pas de limites. On savait déjà que sur les trois candidats, c'était de loin le plus cher qui avait été retenu, plus de 20 millions de plus... (alors pourquoi avoir choisi le plus cher ???). Et bien sachez qu'au niveau de la consommation d'eau, les autorisations d'exploitation en vigueur sur ce site depuis de nombreuses années limitent le prélèvement d'eau à 200 000 mètres cubes par an. Or, sur les trois candidats, seul Valvital ne respectait pas cette limite annuelle dans son projet (alors pourquoi avoir choisi Valvital ???).
Un candidat prévoyait 124 031 m3, un autre 163 193 m3, mais on ne les a pas retenus 
(pourquoi ???) 
Valvital prévoit 267 000m3, le contrat signé le démontre ! Et en plus, il faudra y ajouter des besoins de stockage d'eau ! C'est un scandale écologique majeur !
Question : l'Etat est-il au courant ?

Quand on observe les élus de gauche comme  de droite qui cherchent à se faire valoir à un an des municipales par voie de presse ou bien sur les réseaux sociaux (sur lesquels ils sont d'ailleurs très peu suivis...) en se disant plus écolos que jamais, on est atterré par cette imposture. Ils ont voté pour le Grand Nancy Thermal, comme ils se sont tus sur Nancy Grand Coeur (autre catastrophe écologique), le manque de courage politique aura été une constante sur tout ce mandat. Et aujourd'hui, ils se réveilleraient comme la nature le fait au printemps ? L'hiver aura été très long !

Grand Nancy ou Grande Arnaque ?

Je vous invite à lire jusqu'au bout ce long article, si vous voulez comprendre comment vous êtes, une fois de plus, en train de vous faire arnaquer...
Il y a quelques mois, en Conseil de Métropole, contre toute attente, Laurent Hénart, Maire de Nancy, avait proposé la fusion des 20 Communes du Grand Nancy, rien de plus, rien de moins... Il fallait oser !
Pourquoi cette proposition ? Parce que la situation budgétaire de la Métropole du Grand Nancy est catastrophique, d'ici trois ans notre dette atteindra... le milliard d'euros ! Parce qu'ils sont très, très, mauvais. Parce que s'ils continuaient à gérer la Métropole sur la même ligne, selon les mêmes méthodes, ils seraient contraints à faire exploser les impôts locaux (et ils le savent très bien) et ils n'auraient pas les moyens de payer tout ce qu'ils annoncent comme par exemple la ligne numéro 1 du tram... Ils ne savent plus quoi inventer.

Interrogés à ce sujet par la presse, la quasi totalité des élus a dit être opposée à cette idée loufoque. Les Maires en particulier savent bien que chaque fois qu'il y a eu mutualisation de moyens, dans ce microcosme rossinien, les Communes se sont faites avoir et y ont perdu beaucoup d'argent. Les dépenses inutiles et inconsidérées ont enflé et la contribution des Communes n'a cessé d'augmenter pour compenser : confiscation des domaines de compétences et de moyens des Maires qui sont ainsi empêchés d'agir pour leurs concitoyens, dégradation, voire suppression de services publics, gestion inégalitaire sur le territoire de la Métropole en fonction des humeurs du Président ou des petits arrangements entre amis,... Et, au bout du compte, c'est toujours le contribuable qui trinque...
il y a bien quelques élus ou pseudo-experts pour commenter et suspecter les Maires de "vouloir préserver leurs prérogatives...", mais ceux-là n'ont jamais été Maires (et peut-être qu'ils en rêvent), ils parlent pour exister et ne sont pas intéressés par la démocratie de proximité qui permet au quotidien d'aider les gens.

Et la population, quand est-ce qu'on lui demande son avis ? Mais quand est-ce qu'on lui demande honnêtement, pas en posant des questions mensongères du type "êtes-vous pour la fusion des Communes, pour que la Métropole mutualise des moyens et fasse des économies ?" 
Non, les citoyens doivent savoir que depuis que la Communauté Urbaine existe, et ensuite la Métropole, les dépenses n'ont cessé d'augmenter, la dette n'a cessé de se creuser et les services publics n'ont cessé de régresser.
Il faut des Communes plus fortes et plus en responsabilité qu'aujourd'hui et il faut une Métropole solidaire, cohérente, responsable et surtout gérée par un tout autre mode de gouvernance.

Devant ce fiasco remporté par la proposition de Laurent Hénart, où se trouve la prochaine arnaque ?

Et bien, André Rossinot travaille, selon sa méthode (j'avance en bulldozer sans me soucier de l'avis des autres) à un régime encore plus autocratique que celui d'aujourd'hui : une "Commune nouvelle associée à un élargissement de la Métropole".
Et comme d'habitude, il avance résolument, mais caché. Il en a parlé, lors de sa Conférences des Maires, instance où il a placé les Maires qui l'ont accepté sous son autorité... 
Pour montrer au public que je n'invente rien, je publie cette lettre ci-dessous qu'il nous a envoyée.
D'abord, il choisit ses termes, car il ne peut pas dire que les Maires ont réservé un accueil particulièrement favorable à sa proposition. Il dit "nous avons eu des échanges extrêmement riches..." puis "J'ai bien pris note de toutes vos réactions."
Mais il se fiche de tout ce qu'on peut en dire, il annonce "je vais faire procéder à une expertise juridique et financière à caractère interne..."
Questions :
- combien va coûter cette expertise ?
- est-ce que le Conseil de Métropole sera saisi pour décider de la nécessité de cette expertise ?
- n'a-t-il pas derrière la tête une petite idée ?

En effet, il avait annoncé en 2014, bien qu'il s'en défende aujourd'hui, qu'il abandonnerait la Présidence de la Communauté Urbaine à mi-mandat. Puis en cours de mandat, il a sorti de son chapeau "la Métropole" ! Ainsi, il se devait de rester sur une nouvelle mission pour installer cette Métropole. Si une "Commune nouvelle associée à l'élargissement de la Métropole" voyait le jour, ne devrait-il pas rester un peu pour mener à bien cette nouvelle ambition ?

- Et puis, n'essaie-t-il pas de bouffer le Conseil Départemental sur son territoire et sur ses compétences, comme il l'a fait pour les Communes ?

Quelques mots sur la subtilité politique du dispositif visant à créer une Commune nouvelle". Il s'agit d'un procédé de regroupement et non de fusion, mais le résultat est le même. Il est rendu possible... sans que les habitants ne soient obligatoirement consultés !!!
La Commune nouvelle est ainsi substituée aux anciennes Communes, absorbant les personnels, prenant les actes,...Là où c'est malin, pour tenter de faire taire les élus locaux, c'est qu'il y a possibilité de laisser des "maires délégués" dans chaque ancienne Commune et de laisser en façade un conseil de proximité, mais qui n'a plus aucun pouvoir réel. Les maires délégués pourront être officiers d'état civil, et administrer les affaires courantes... 
La Métropole du Grand Nancy est actuellement la plus "intégrée" de France, ce sont les mots qu'ils emploient pour dire que c'est la métropole qui a pris aux Communes le plus de domaines de compétences...La Commune nouvelle est une version encore plus "intégrée" ! C'est la mort annoncée des Communes telles qu'elles fonctionnent !

Aujourd'hui, quand vous avez un problème quel qu'il soit dans le domaine de compétence de la Métropole, est-ce que vous avez la possibilité d'en parler directement à André Rossinot ? Comment ferez-vous sans élus locaux ? Comment les associations vivront elles si elles n'ont pas le soutien d'élus qui les connaissent ?

Enfin, Rossinot dévoile son jeu quand il écrit "... cela permettra, à l'issue des renouvellements de 2020, à l'ensemble des maires de réfléchir collégialement aux perspectives d'évolution de notre Métropole et de ses Communes."

Cela démontre qu'il continue à calculer pour "l'après"...
Mais cela veut dire qu'il réserve le débat pour après les municipales (c'est pour cela que son expertise sera "interne"). Il ne veut pas que cette idée soit soumise à l'avis des habitants, il ne veut pas qu'on en parle pendant la campagne des municipales. 

Moi, je pense au contraire que c'est un sujet qui intéresse les habitants et qu'il faut les informer.
J'émets une proposition :

Je propose que dans chacune des 20 Communes du Grand Nancy, les citoyens interpellent publiquement tous les candidats têtes de listes aux élections municipales, en pleine campagne, et les interrogent sur ce qu'ils feront si, après les élections, le Président de la Métropole propose la création d'une Commune Nouvelle et donc la dissolution de nos Communes....
Hervé Féron.
 

Dans la série, on se fait tous... posséder.

Dans la série, on se fait tous... posséder...
Question à la majorité de la Métropole : êtes-vous vraiment fiers de ce que vous avez fait ?

Dans la catégorie "fallait oser", la Fondation Abbé Pierre a décerné un "Pic d'or" : le prix
"du dispositif le plus décomplexé" pour ses bancs installés sur la Place Veil, qui a porté pendant des décennies le triste nom de Thiers... Pour la Fondation Abbé Pierre ces bancs "sont là pour empêcher les personnes sans domicile fixe de se reposer".

Aussitôt l'Est Républicain prend la défense d'André Rossinot (il fallait oser) et lui consacre une Une complète (!) en titrant par une affirmation partisane et non un commentaire "des bancs injustement mis au ban".

Ce n'est pas la première fois que la presse locale produit des articles pour faire l'éloge de cette catastrophique réalisation (regardez sur Google le nombre d'articles, cela tourne en véritable propagande). Place, qui pourtant,  a été élue par les internautes en 5ème position parmi les places les plus moches de France... Et là, on a moins communiqué  !
Mais si André Rossinot avait un tant soit peu le sens de l'art et de l'esthétisme, cela ce saurait...
On peut toujours disserter, mais pourquoi ne pose-t-on pas les questions essentielles ? 
Par exemple :

- Trouvez-vous que la Place Veill soit esthétique ? La trouvez-vous fonctionnelle ? La trouvez-vous accueillante, chaleureuse, suffisamment végétalisée ?
- Quel a été le coût total de la Place Thiers ?

Puis :
- Trouvez-vous que ces bancs soient esthétiques ?
- Les trouvez-vous fonctionnels ? Confortables ? Aviez-vous compris que c'était des bancs ?
- Avez-vous déjà été tentés de vous asseoir dessus ?

Et surtout :
- Quel a été le coût de cette réalisation ?

On ne nous en dit rien, mais, comme pour s'excuser à l'avance, on affirme que le coût a été pris sur "le 1% artistique"...

En disant ça, on ne dit toujours rien, c'est 1% de combien pour un telle réalisation ?

Et puis, il faut savoir que le 1% artistique est une mesure (cadrée par la Loi) qui consiste à réserver, à l'occasion d'une construction ou de l'extension de bâtiments publics, une somme permettant la réalisation d'une ou plusieurs œuvres d'art spécialement conçues pour le lieu. La Loi, à la limite,  permet la réalisation de ces œuvres  dans ses abords...
Mais dans ce cas, de quel bâtiment public parle-t-on étendu ou réalisé sur cette Place ? 
La procédure participative très cadrée par la Loi pour le choix de l'artiste et de l'œuvre a-t-elle été respectée ? On ne nous en a pas parlé... Qui a payé ? Le Grand Nancy ? Ou la Ville de Nancy ? Pourquoi ne communique-t-on pas ces informations ?
N'y a-t-il pas eu une fois de plus un petit arrangement entre amis qui a permis au roi de faire ce qu'il voulait ?

Alors je donne mon avis : 
"Avec la cruauté d'une bête sauvage, Thiers a tué la Commune, en un rouge carnage"... disait le poète.

- Ces bancs sont laids et pour le coup il y a eu recherche d'harmonie pour s'intégrer dans la laideur ambiante de la Place Veil.
- Cette Place est inhumaine, parce que minéralisée à 100%, quand toutes les grandes villes d'Europe font entrer la nature dans le centre-ville.
- Je pense que ces bancs ont couté une fortune aux contribuables qu'ils sont des repoussoirs à toute velléité de convivialité (Il est loin le temps où Georges Brassenschantait les amoureux qui s'bécottent sur les bancs publics...) pour des bancs qui me font plutôt penser à des invertébrés à corps mou, parasites sous forme larvaire, froids et qui semblent ramper, à la recherche d'un ailleurs meilleur.

L'art doit être absolument critiqué, c'est essentiel parce qu'il doit absolument nous interroger. Mais lorsqu'il a une fonction précise (et dans ce cas hostile) dans l'espace urbain, les citoyens doivent être interrogés avant que l'acte ne soit posé.

Grand Nancy, des questions qui restent sans réponses...


Après le vote du budget et le vote des autorisations de programme qui vont allègrement nous amener à un endettement d'un milliard, selon moi pour 2022 (sauf si le projet Grand Nancy Thermal était remis en cause), on peut se dire que ce Conseil de Métropole a été plutôt serein...
Comme si la droite était anesthésiée, nous avons posé des questions, ils n'ont répondu à rien et d'ailleurs ils ne répondent de rien.
C'est une espèce d'irresponsabilité collective, avec une droite qui s'écrase sous la pression d'André Rossinot, ou pire, une droite qui est complice de cette grande magouille, avec une partie de la gauche qui, a fait l'effort cette fois-ci de s'abstenir ! (Quel manque de courage !) et puis la presse qui banalise terriblement cette gestion catastrophique, alors que par ailleurs, elle ne manque pas de participer à la propagande orchestrée par André Rossinot pour tenter de faire avaler la pilule aux contribuables quant à ses projets iresponsables...
- lorsque je dis que le Grand Nancy Thermal n'est rien d'autre qu'un projet immobilier qui va profiter aux amis, que la Métropole va donner en tout sur ce projet et sur 30 ans plus de 100 millions d'euros, quand la société privée à qui a été attribué la délégation de service public prévoit 87 millions de bénéfices qui seront redistribués intégralement à ses actionnaires, je n'obtiens pas de réponses.
- quand on découvre dans ces autorisations de programme qu'il vous en coûtera 1 million d'euros en plus pour la communication autour du projet Grand Nancy Thermal... pas de réponse.
- quand je dis que le tram choisi coûte plus cher en le faisant passer par Villers (pour faire plaisir au gendre), je n'obtiens pas de réponse...
- quand je dis que le tram ne sera opérationnel qu'en 2028 (et encore faudra-t-il qu'on trouve les financements) et que l'erreur a été de faire monter à Brabois les facs de dentaire et pharma avant même que d'avoir pensé les déplacements, ce qui met en galère des milliers de personnes quotidiennement pour aller travailler ou aller étudier... Là, j'obtiens des réponses, mais tellement décalées, tellement grotesques ! Christophe Choserot, le bon petit soldat de Rossinot, affirme que le tram sera en fonction avant même que d'avoir été payé (mdr !) et A. Rossinot, qui semble piqué au vif, essaie de nous faire gober (c'est nouveau, ça vient de sortir) qu'il n'est en rien responsable du déménagement de dentaire et pharma, mais que c'est la faute de l'Etat !

- quand je dis que ces dépenses pharamineuses entraînent  la dégradation des services publics, des objets hétérogènes qui ne sont plus ramassés qu'une seule fois par an, ce qui crée dès incivilités et rend indignes certains quartiers à forte densité quand vous avez des ordures et des hétérogènes qui s'amoncellent autour des containers semi-enterrés... Je n'obtiens pas de réponses.
Les routes qui ne sont plus entretenues, en particulier dans les villes de banlieues et les quartiers excentrés, à la sortie de l'hiver ces routes sont quasi impraticables à certains endroits... Pas de réponses.
Les gymnases insuffisamment chauffés et pas entretenus qui mettent les associations sportives en grandes difficultés... pas de réponse.
Ah si ! Eric Pensalfini est plutôt seul à oser défendre le Grand Nancy Thermal, mais sans répondre aux questions posées, on a l'impression que ce projet c'est son petit château de Versailles à lui... Peu importe ce que ça va coûter aux contribuables pour des activités privées... Et puis il est seul, tout seul à défendre avec opiniâtreté la politique d'accès aux piscines pour les scolaires... Il faut dire qu'il n'y a que lui qui y croit, tout parent, tout enseignant qui a vécu les séances de piscine pour les scolaires, écourtées, dans des parties de bassin en sur-densité, par manque de créneaux, sait qu'en matière de piscine, il faut prioriser le service public et l'accès pour tous plutôt que l'usage privé pour des bénéfices privés grâce à l'argent public...

Excusez-moi de le dire avec insistance, mais aujourd'hui dans cette intercommunalité, c'est l'omerta. Le microcosme des notables est organisé pour que rien ne puisse être contesté. Mais bientôt, quand on se réveillera, Rossinot ne sera plus là pour assumer sa responsabilité et tous ses courtisans oublieront qu'ils ont été complices. Vous, habitants du Grand Nancy, vous n'aurez plus qu'à payer la note, vous serez les plus endettés de France.

Voici mon intervention sur la délibération numéro 2, budget 2019...


Sur cette délibération Stéphane Hablot avait quitté l'Assemblée, il n'y avait de toutes façons pas la grande foule pour ce Conseil de Métropole, comme d'habitude...
Chaynesse Khirouni et Annie Lévi-Cyferman avaient fait de belles interventions. La majorité n'a pas été très véloce, les réponses ont été rares et bredouillées (Pierre Boileau parle du coût du tram en l'annonçant en TTC (412 millions), mais je lui fais remarquer qu'il se trompe, puisque 412 correspond au hors taxes et que le TTC est de... 488millions d'euros ! Mais on sent que dans la majorité, ils ne sont pas nombreux à se mouiller pour défendre un tel budget et, devrais-je dire, un tel bilan !
Même André Rossinot rame et conclue dans la douleur ... Il sait que ce budget n'est pas défendable.
Le Groupe de Gauche et le Groupe de Progrès pour une Métropole Solidaire votent contre.
Je trouve triste et affligeant que les maires de gauche aient voté pour, démontrant-là une nouvelle fois leur faiblesse vis à vis du pouvoir autocrate d'André Rossinot. C'est l'omerta.

Vendredi 8 février 2019.

Mr le Président, chers collègues,

Voici donc l’avant dernier budget primitif de ce mandat que vous qualifiez dans votre rapport de « première étape d’un scénario d’équilibre ». Votre rapport débute ainsi par un énorme lapsus révélateur, vous annoncez un numéro d’équilibriste mais pour le coup il me paraît évident que nous avons plutôt affaire à un numéro d’illusionniste. Selon vous tout va très bien monsieur le Président, vous nous laisserez affronter la dure réalité lorsque vous ne serez plus en responsabilités.

Vous êtes le dernier de la classe parmi toutes les Métropoles et les Communautés Urbaines de France dans le rapport dette par habitant et nous le disions bien avant 2013...
Vous nous dites que votre épargne brute progresse en 2019 d’un million deux. Quand on est titulaire d’une dette cumulée de 685 millions, au 31 décembre 2018, excusez du peu. Et vous vous déclarez satisfait d’une capacité de désendettement dont vous dites qu’elle se bonifie sensiblement par l’amélioration des niveaux d’épargne et par la diminution significative de l’encours de la dette à hauteur de - 15,5 millions d’euros.

Je ne vois pas Mr le Président, dans votre rapport, les prévisions que vous faites concernant l’évolution de notre capacité d’autofinancement pour les années à venir ? D’ici 2024 et pire encore, d’ici 2028.

Comment pouvez-vous faire preuve d’une telle autosatisfaction quand dans la délibération précédente rien que pour les 3 années 2019-2020-2021 vous avez fait voter l’ouverture des autorisations de programmes pour 31 AP récurrentes pour 273 millions d’euros et 12 AP de projets pour 226 millions d’euros, rien que sur ces trois années. C’est-à-dire que vous envisagez de dépenser 499 millions d’euros d’ici 2021.
Vous savez pertinemment qu’une grande partie de ces 500 millions ne pourra être couverte que par de nouveaux emprunts engagés.
Pour couvrir ces dépenses, vous écrivez, et c’est un comble, une série de moyens à mettre en œuvre, mais vous ne parlez absolument pas de vos projets de recours à l’emprunt. Parmi les moyens que vous annoncez :

- La poursuite des économies structurelles engagées et l’identification de nouvelles économies. Il faut traduire cela par « diminutions/suppressions de services publics » : savez-vous qu’en particulier dans les grands quartiers, la gestion des objets hétérogènes qui ne sont ramassés plus qu’une fois par an est devenue insupportable ? Autour des containers semi-enterrés, on trouve des tas d’ordures et objets divers. Savez-vous que dans les quartiers des villes de banlieue, les routes à la sortie de l’hiver sont dangereuses parce que mal entretenues et les nids de poules sont nombreux. Savez-vous que dans les gymnases de l’agglomération il fait froid, que les locaux sont dégradés, et que les associations utilisatrices ont le sentiment d’être mal considérées ?Savez-vous que les enfants des écoles bénéficient de créneaux si étriqués qu'ils ne leur permettent d'évoluer dans la piscine que 25 minutes sur une heure, dans un espace réduit en sur-densité ?

- Vous proposez aussi comme solution l’étalement des investissements. Le problème c’est que vous avez priorisé de très mauvais choix et que les investissements attendus aujourd’hui sont urgents et trop tardifs, en particulier le nouveau tramway qu’on attendra au moins jusqu’en 2028.

- Vous envisagez aussi le recours à la fiscalité et il est clair que la totalité de ces autorisations de programmes aura comme conséquences dans les années à venir une explosion des taux d’imposition de la Métropole. Vous le savez, mais vous ne le dites pas.

Nous sommes donc sur une délibération parfaitement en contradiction avec la précédente mais qui tendrait à nous faire croire que tout va bien. Alors que la précédente délibération nous démontre que tout ira mal.

Tout comme nos taux d’impositions, ces autorisations de programmes exploseront notre capacité de désendettement à échéance 2021.

Notre situation à partir de 2022 sera intenable avec une épargne nette négative et une capacité de désendettement fortement dégradée. Les perspectives que vous occultez à travers ce rapport budgétaire sont aujourd’hui plus qu’inquiétante. Vous avez mis clairement le cap vers le milliard de dette avant même 2024. Si je dis tout cela aujourd’hui, c’est pour appeler chacun en conscience à prendre ses responsabilités et pour que l’on se souvienne de ces affirmations dans 3 ans.

Monsieur le Président, vous êtes dans l’erreur, vous avez commis une énorme erreur avec le Palais des congrès, dont vous nous rappelez que sa construction s’est traduite par une mobilisation de 64,25 millions d’euros d’emprunt, et donc une annuité en 2019 de 4,64 millions, mais à aucun moment vous ne nous avez rapporté le coût total des études jusqu’aux avenants qu’a représenté la construction de ce Palais des Congrès Prouvé. Et voilà que dans le budget annexe "congrès et événements", vous proposez une subvention exceptionnelle de 6,65 millions, quand par ailleurs, vous vous plaisez à dire que c’est une réussite économique.

On pourrait aussi parler des millions dépensés à tort et à travers pour une Place Thiers, devenue Veil, austère, inhumaine, pas fonctionnelle, pour un quartier Nancy Grand Cœur où le béton est roi. Vous avez définitivement plombé l’avenir avec une ville-centre qui étouffe. Tout le monde sur la place de Nancy sait que vous travaillez trop souvent avec les mêmes, même aménageur, mêmes promoteurs, mêmes bureau d'études, même architecte...Vous avez sacrifié la qualité de vie des grands-nancéiens au profit des promoteurs immobiliers.

Enfin quelques mots sur le projet du Grand Nancy Thermal, pour lequel vous organisez une propagande sans précédent. Nous direz-vous combien la journée du 27 janvier de visite-exposition a pu coûter au contribuable ? La réalisation de ces expositions, ou des films, le personnel mobilisé toute la journée, la nourriture servie toute la journée, il serait très intéressant que vous nous donniez un chiffre. Parce que, ce que vous nous vendez trop cher, comme un projet de piscine thermale, n’est en fait rien d’autre qu’un projet immobilier dont vous faites cadeau à Bouygues.

Ce projet du début à la fin, entre les études, les travaux pour études, les subventions d’investissement, les subventions de fonctionnement, tous les frais annexes, et votre propagande, aura coûté plus de 100 millions d’euros aux contribuables. Pour moins de service public, et pour un investisseur privé qui sur ce projet et sur la même période de 30 ans, prévoit de redistribuer 87 millions d’euros de bénéfices à ses actionnaires.

J’espère encore que nous pourrons vous faire reculer car cet argent public, la Métropole va en avoir un cruel besoin dans les années à venir et nous répétons qu’il serait possible de faire un projet d’aussi bonne qualité qui coûterait beaucoup moins cher et qui nécessiterait beaucoup moins de participation publique.

En conclusion, Mr le Président, nous avons affaire à un effet de vitrine, ce budget nous paraît insincère de par sa contradiction évidente avec la délibération concernant les autorisations de programmes, C'est vous même qui en faites la démonstration. Le Groupe de Progrès pour une Métropole solidaire votera contre ce budget.

Conseil de Métropole du 8 février 2019

Conseil de Métropole du 8 février 2019.

Délibération n°1 : ouverture des autorisations de programme 2019-2028

 Vous trouverez ci-dessous mon intervention sur cette délibération. Un évènement est à relever : le Groupe de Gauche et le Groupe de Progrès pour une Métropole Solidaire ont voté contre, mais surtout 5 vice-Présidents (Henri Chanut, Stéphane Hablot, Bertrand Kling, Michel Candat et Jean-Pierre Dessein) et un Conseiller délégué (Michel Breuille) se sont abstenus !!!

 

Seul Christophe Choserot qui ne sait vraiment plus où il habite a tenté de venir au secours d'André Rossinot et du projet en trompe-l'œil du nouveau Tram.

Monsieur le Président, chers collègues,

 

Dès la première délibération le malaise est installé. Vous nous demandez sur des sommes impressionnantes de vous donner carte blanche sans apporter de précisions sur le contenu de ces enveloppes que vous nous proposez de voter.

 

Tout d’abord, il s’agit d’autorisations de programme qui nous mèneraient jusqu’en 2028. Comment pouvons-nous engager l’avenir avec autant de légèreté, alors que vous-même ne serez plus là pour assumer les conséquences de ces errements.

 

Je prends quelques exemples : sur 3 ans, vous prévoyez 3 445 000 euros pour maintenance de l’Aqua pôle, 1 628 000 euros pour la maintenance des équipements sportifs de loisirs grands évènements, 4 102 000 euros pour des opérations spécifiques sports loisirs grands évènements, 1 135 000 euros pour des opérations spécifiques de l’Aqua pôle. De quoi s’agit-il ? Qu’est-ce qui justifie de telles sommes ? 

 

Sur les autorisations de programme de projet, je note que pour le Grand Nancy Thermal, en 3 ans, vous prévoyez 27 658 000 euros. Chacun se rappelle que lors de la délibération validant l’appel à candidatures pour la délégation de service public, le Grand Nancy affirmait ne pas participer financièrement à l’investissement, sans qu’il n’y ait jamais eu de délibération intermédiaire et à fortiori, sans que les élus du conseil de métropole n’aient jamais été consultés, vous avez changé la règle en cours de jeu et nous avons découvert quelques années plus tard, dans la délibération d’attribution de cette DSP que vous offriez 25 000 000 d’euros pour l’investissement au délégataire. Nous avons tenté de dénoncer cela, et vous restez sourd.

 

Par ailleurs, vous avez annoncé verser, dès la quatrième année 2 200 000 euros, que vous qualifiez de subvention d’équilibre, bien que ce ne soit pas le cas. Nous avons également fait remarquer que la quatrième année, l’établissement thermal ne fonctionnerait pas encore, et que donc dans la comptabilité prévisionnelle, ce premier versement de 2 200 000 euros était prévu comme subvention d’investissement. Nous constatons dans cette autorisation de programme que nous avions raison et que c'est même pire ! Puisque vous prévoyez, sur les 3 premières années, de verser 27 658 000 euros de subvention d’investissement. Où va-t-on ?

 

Enfin, l’autorisation de programme pour le nouveau tramway nous donne de nouveaux éléments, on peut parler cette fois-ci en TTC, il en coûtera à la Métropole 488 423 000 euros (c’est la petite dette qui monte, qui monte, qui monte…) que vous aviez d’abord étalés jusqu’en 2024, puis en 2026, et maintenant en 2028. Là aussi cela confirme ce que nous disions depuis le départ. Vous avez déménagé sans concertation, des structures en direction du plateau de Brabois. Ce sont des dizaines de milliers de personnes qui quotidiennement sont en difficultés pour se déplacer, aller étudier ou aller travailler, et cette délibération nous apprend que dans le meilleur des cas, une solution pourrait être trouvée à échéance 2028.

 

Voilà pourquoi nous voterons contre cette délibération.

Création du groupe de Progrès pour une Métropole Solidaire.

Création du Groupe de Progrès pour une Métropole Solidaire.

Voilà le communiqué de presse diffusé jeudi avant le Conseil de Métropole et qui n'a pas été repris par la presse quotidienne...
André Rossinot a annoncé la création de notre  Groupe en début de Conseil de façon neutre et élégante... sauf dans sa dernière phrase, c'est plus fort que lui, il faut qu'il soit agressif.

Et puis surtout, à aucun moment, il n'a donné connaissance de la dénomination de ce nouveau groupe, peut-être parce que les mots ont du sens... Cela le dérangerait-il ?

COMMUNIQUE DE PRESSE.
Quatre élus de Gauche de la Métropole ont constitué un nouveau groupe politique au sein
du Conseil de Métropole, il s'agit du Groupe de Progrès pour une Métropole Solidaire.
Annie Lévi-Cyferman, adjointe au Maire de Vandoeuvre, Stéphanie Gruet, adjointe au Maire
de Malzéville, Hinde Magada, adjointe au Maire de Tomblaine et Hervé Féron, Maire de
Tomblaine composent désormais ce Groupe qui sera installé lors du Conseil de Métropole
du Grand Nancy du vendredi 8 février 2019.
Hervé Féron a été élu Président de ce Groupe d'opposition.
La création d'un nouveau Groupe a été motivée, dans un contexte de grande inquiétude
quant au mode de gouvernance de la Métropole et à ces conséquences en termes de
gestion financière et de graves erreurs dans les projets de développement qui condamnent
pour des décennies l'avenir de la Métropole et la qualité de vie des habitants.
Il fallait tenter de trouver un nouvel espace de parole pour dire cela avec force et tenter
de ramener ce Conseil de Métropole à la raison.

La contre-revue de présentation du "Grand Nancy Thermal".

 
Le projet du Grand Nancy Thermal pose d'énormes interrogations : coût, légalité, procédures, pertinence du projet en termes d'esthétisme, de cohérence environnementale et patrimoniale, d'accessibilité à ce qu'il subsistera du service public...
Mais André Rossinot et son exécutif s'entêtent, ils continuent à marche forcée, ils s'enfoncent, persistent... et signent le contrat de trop !
Ils tentent désespérément de persuader les Grands Nancéiens de l'intérêt de ce projet, en publiant une revue de communication, financée par l'argent public.
... Mais voilà, dans cet univers impitoyable, un petit groupe d'irréductibles citoyens composé de 9 personnes de l'association "le bien commun", de trois élus métropolitains (Annie Lévi-Cyferman, Stéphanie Gruet et Hervé Féron) et d'une élue de Nancy (Françoise Hervé), sont entrés en résistance...
Quelques jours avant de déposer un recours au Tribunal Administratif, ils ont considéré que cette revue était truffée de contre-vérités, d'omissions lourdes de conséquences, d'affirmations non démontrées,... 
Bref, on vous ment !
Ils souhaitent vous présenter un nouvel éclairage et vous ont concocté ... 
LA CONTRE-REVUE !
 
 

 

En prise directe

  flux RSS

         Facebook

  Twitter

  Dailymotion

En images


Hervé Féron avec Najat Vallaud-Belkacem
et la réalisatrice yéménite, Khadija Al-Salami

 

 

En vidéo

Intervention d'Hervé Féron en Séance Publique pour les victimes de la répression
de la Commune de Paris

Nombre de Visiteurs

Affiche le nombre de clics des articles : 
3317477

`

Copyright © 2011 Hervé Féron.Tous droits réservés.Template hervé féron

Propulsé par un logiciel libre sous licence GNU/GPL