Actualité

Ce que vous ne lirez pas dans la presse...

Voici mon intervention en Conseil de Communauté Urbaine de ce soir, vendredi 16 décembre 2011 :


Après mon intervention, Madame Rosso-Debord a été vulgaire vis-à-vis de moi, comme d’habitude...


"Monsieur le Président,


Nous n'avons pas la même lecture de cette histoire.

Aujourd'hui, vous avez décidé tout seul (vous l'avez annoncé avant de le soumettre à l'avis du Conseil) d'en venir aux conclusions qui sont nos propositions depuis deux ans et cela vous honore. Mais enfin, il n'y a aucun scoop, aucune surprise, tout le monde savait ce qui se tramait depuis le début. Vous saviez, nous savions, nous le disions.

Si effectivement, comme vous le faites remarquer innocemment le groupe de Gauche était pour la candidature du Grand Nancy à l'Euro 2016, dès que nous avons compris l'entourloupe qui nous était proposée, c'est-à-dire  en novembre 2009, nous n'avons eu de cesse de nous opposer à ce projet dans cette forme.

Toutes les interventions que j'ai pu faire à chacun des conseils de communauté urbaine qui se sont déroulés depuis, démontrent ce que j'affirme ici. Il est facile de s'y référer.

Vous avez su très vite que Monsieur ROUSSELOT, contrairement à ce qu'il disait, à ce qu'il écrivait, n'a jamais eu l'intention de mettre un centime d'argent privé dans ce projet.

Je vous ai très souvent démontré que Monsieur ROUSSELOT avait commandé une étude à un bureau d'architecte dans lequel travaillait le fils de sa compagne, et que ce bureau avait évalué le projet à 63 millions d'euros. Dès le départ je disais que ce projet était nettement sous évalué volontairement, Monsieur ROUSSELOT souhaitait une participation de 25 millions d'euros de la C.U.G.N. + les 8 millions  d'euros que l'Etat avait souhaité donner à la C.U.G.N. (et non à l'A.S.N.L.) et pour les 30 millions d'euros qui restaient à trouver, Monsieur ROUSSELOT demandait un prêt aux banques. Pour ces 30 millions d'euros, il savait qu'il ne serait pas en capacité de rembourser l'emprunt, ni lui seul, ni avec Vinci, ni avec Bouygues. C'est ce que j'ai toujours dit, c'est ce qui se confirme aujourd'hui. Donc il souhaitait que la C.U.G.N. encore elle, en plus de sa participation pour 33 millions d'euros, se porte garante de l'emprunt de 30 millions, ce qui aurait amené à une participation publique pour qu'un privé se fasse plaisir, inacceptable !

Depuis le début, relisez toutes mes interventions, nous savons tous que les banques n'accepteraient pas de prêter autant d'argent sans participation et garantie de la C.U.G.N. Les banques faisaient déjà cette réponse en septembre 2009.

Dès le mois de décembre 2009, j'expliquais dans mon intervention au conseil de communauté urbaine que le recours au PPP n'était pas envisageable. A l'époque, je ne sais pas qui a raison, mais nous avions évalué qu'un PPP pour un tel projet, aurait engagé la collectivité pour 11 millions d'euros annuels pendant 30 ans, je le disais, ce n'est pas nouveau ! Par conséquent, on ne vient pas de découvrir l'impossibilité de réaliser ce projet. En plus d'être inutile, il était impossible.

Alors quels ont été les vrais problèmes ? Monsieur DUFRAISSE en a fait une affaire personnelle, d'autre l'ont suivi, et je pense qu'il n'est pas sain que des élus aient trop de proximité avec des chefs d'entreprise. Lorsque vous avez compris cela, Monsieur le Président, c'est-à-dire dès décembre 2009, vous ne pouviez pas d'emblée désavouer Monsieur DUFRAISSE. Vous redoutiez aussi les excès incroyables de Monsieur ROUSSELOT, qui peut dire ce qu'il veut quand il veut dans la presse. Forcément puisqu'il achète des pages entières pour s'auto promouvoir aux frais de l'A.S.N.L.

Ceux qui ont prétendu que j'aurais eu des trous de mémoire, que j'aurais changé d'avis, ceux qui m'inventent des excès,  reprenant ainsi les propos de la droite, cette droite qui est à votre droite Président, ceux là se couvrent de ridicule car l'opinion publique, très majoritairement, a tout compris et me le témoignent tous les jours.

Je n'ai pas varié depuis que j'ai compris la grande arnaque qui était proposée :

La preuve, j'ai attaqué personnellement vos décisions au Tribunal Administratif dès le mois de décembre 2009, en référé, le tribunal n'a pas reconnu l'urgence puis ensuite, il a tardé, mais jusqu'à ce jour, l'affaire était toujours en cours. Elle devient caduque.

Les autres preuves, c'est quand je vous ai proposé par un écrit, d'organiser un conseil de communauté urbaine exceptionnel pour pouvoir en connaissance de cause, c'est-à-dire démocratiquement, étudier la possibilité de réaliser l'agrandissement du stade dans les conditions que souhaitait l'A.S.N.L. Vous le savez très bien, je ne vous proposais pas de réaliser ce projet, je vous proposais au contraire que nous puissions l'étudier tous ensemble pour démontrer qu'il était impossible. Vous avez refusé parce que vous saviez que nous aurions démontré toutes ces incohérences à l'époque. Aujourd'hui, c'est démontré.

Combien de fois ai-je terminé ici mes propos en disant, je vous donne rendez-vous, vous verrez qu'au bout du compte, nous, le groupe de Gauche, nous avions raison.

Quand vous avez demandé la suspension de séance pour vous assurer que tous les élus de votre bord allaient voter comme vous, vous aviez besoin de vous en assurer, parce que vous saviez que vous étiez dans l'erreur et vous saviez déjà parce que je crois que vous êtes honnête, que ça se terminerait comme cela aujourd'hui.

Pourquoi n'avez-vous jamais sollicité le Conseil de Développement Durable à ce sujet ?

Pourquoi n'avez-vous pas répondu à ma demande faite en conseil de communauté, d'organiser un référendum à ce sujet ? Ce qui aurait permis d'ailleurs de calmer les ardeurs de Monsieur ROUSSELOT qui se voit déjà maire de Nancy.

Lorsque je vous ai posé la question, au moment du vote du budget 2011, "qu'en est-il des           200 000 euros inscrits pour études pré-opérationnelles pour l'agrandissement du stade, qu'en est-il des 800 000 euros pour l'acquisition de terrains pour l'agrandissement du stade ?", vous ne m'avez pas répondu. Cette question, je vous l'ai posée deux fois. La presse n'a pas souhaité reprendre ces questions. Mais aujourd'hui, je vous repose la question 200 000 € + 800 000 € = 1 million d'€. Où sont-ils ? Pourquoi auraient-ils été engagés alors que le projet n'était pas validé ?

Nous devons regarder aussi d'autres attitudes inquiétantes, lorsque Madame ROSSO-DEBORD est allée tardivement et rapidement défendre une Proposition de Loi déposée par le Député DEPIERRE, ami de Monsieur DUFRAISSE et qui permet désormais d'utiliser de l'argent public au profit des privés, dans le cadre d'un Bail Emphytéotique Administratif. Madame ROSSO-DEBORD savait qu'elle était en train d'ouvrir la possibilité de réaliser le plus gros dérapage financier de la C.U.G.N. depuis le TRAM.

Alors, qu'on ne nous dise pas qu'on ne savait pas. Nous allons voter cette délibération, mais regardons désormais le présent et l'avenir, que se passe-t-il, que va-t-il se passer ?

D'abord, la C.U.G.N. va devoir rembourser les 9 annuités de 2,200 000 euros qu'il lui reste à payer pour les derniers travaux engagés dans ce stade. 9 ans ! Ensuite, la C.U.G.N. va devoir continuer à investir dans les extérieurs du stade comme cela est demandé depuis bien avant que l'on parle du projet d'agrandissement. En effet, l'aménagement de la plaine de la Méchelle, les conditions d'accessibilité, de confort, de sécurité à l'extérieur du stade doivent faire l'objet d'aménagements importants. Les solutions croisées et complémentaires qui devront être mises en œuvre impliquent que la ligne n°3 de transports en commun passe par le carrefour de la Fraternité à Tomblaine, il faut prévoir des parkings de délestage, loin avec navettes prioritaires pour les abonnés. Il faut prévoir aussi des parkings à mutualiser avec des entreprises à quelques centaines de mètres du stade. Ces aménagements dans l'état actuel de la capacité du stade sont indispensables. Je rappelle aussi que les travaux prévus dans le permis de construire et qui ont été réalisés jusqu'en 2003, n'ont pas été terminés en ce qui concerne toujours l'extérieur du stade.

Il va falloir qu'un jour le mode de gouvernance, la façon dont les décisions sont prises dans cette intercommunalité soient différentes dans l'intérêt public et le respect de la démocratie.

Monsieur ROUSSELOT n'arrête plus de protester, de menacer, de se victimiser dans la presse. Posons-nous la question : qu'est-ce qui provoque ainsi sa colère ? Il a rêvé d'un jouet. Il a embarqué dans son rêve quelques fanas de football. Il a oublié de leur dire que ce jouet allait être payé avec l'argent public, avec leurs impôts. La presse a même annoncé à la une une Aréna avec photo en couleur énorme à l'appui (Aréna estimée à 281 millions d'euros) comme étant le projet en cours. Je pense aux pauvres gens qui en ont rêvé.

Aujourd'hui, chacun est revenu à la raison et Monsieur ROUSSELOT ne le supporte pas. Mais sa colère, c'est aussi parce qu'il a conscience de la suite. J'avais démontré quelques incohérences dans ce conseil de communauté urbaine :

L'A.S.N.L. paie 150 000 euros par an de loyer à la C.U.G.N. qui est propriétaire. C'est un loyer très insuffisant et cela est considéré comme une subvention indirecte et donc illégale par la collectivité. En 2002, le rapport de la Chambre Régionale des Comptes de Rhône-Alpes avait épinglé l'agglomération de Saint-Etienne parce que l'AS Saint-Etienne bénéficiait d'un loyer trop peu élevé (environ 150 000 euros, tiens, tiens ?) pour son stade, c'était illégal. Saint-Etienne avait alors régularisé le montant du loyer qui doit être aujourd'hui de 960 000 euros.

Quand je vous avais dit cela, Monsieur le Président, il m'avait été répondu que cette Proposition de Loi permettant tout dans le cadre d'un BEA, la loi permettrait de rentrer dans la légalité. Cela n'était pas moral mais cela devenait légal. Or, aujourd'hui, vous abandonnez le projet de BEA. Monsieur ROUSSELOT sait qu'il va devoir payer ce qu'il doit, c'est là l'origine de sa colère.

Par ailleurs, alors que l'A.S.N.L. ne paye que 150 000 euros de loyer, elle loue régulièrement les salons du stade pour des activités qui n'ont rien à voir avec le sport. Cela a rapporté en 2010, 450 000 euros à l'A.S.N.L. Il me semble que là aussi, les choses ne sont pas suffisamment claires, elles méritent d'être recadrées. Voilà pourquoi, Monsieur ROUSSELOT est tant en colère. Les gens qui relaient ses propos devraient en prendre conscience.

J'ai souvent dit que l'abandon de la candidature pour l'Euro 2016 était une mauvaise nouvelle, que je ne m'en réjouissais pas, mais franchement, si c'était à ce prix, je vous le dis, c'est une bonne nouvelle aujourd'hui. Les contribuables Grand Nancéens ne savent pas à quoi ils ont échappé.

Quand on nous dit que le rayonnement de Nancy va en pâtir, sincèrement, l'agglomération de Nantes qui a immédiatement refusé de se plier aux exigences de l'U.E.F.A. et de candidater, n'est-elle pas une agglomération qui rayonne et qui réussit ?

Revenons aux résultats de l'A.S.N.L., je ne m'en réjouis pas, je l'ai dit souvent, mais ils ne sont pas bons. Regardez la situation de Grenoble dont le club était monté en Ligue 1 il y a deux ans, malheureusement pour eux, le club de Grenoble est redescendu en Ligue 2 et l'année suivante, est redescendu en Nationale. Aujourd'hui le superbe stade de 20 000 places qui avait été construit est là, ils ne savent pas quoi en faire.

Pour terminer Monsieur le Président et Cher(e)s Collègues, être responsable politique, cela passe aussi par le fait de dire ce qui dérange parfois.

Nous avons une Europe en pleine crise économique. Monsieur le Président, regardez mes interventions il y a deux ans, je faisais déjà référence à la crise. Nous ne venons pas de la découvrir. Cette crise économique rend très fragile la situation budgétaire de la totalité des pays européens. Si nos dirigeants sont véritablement responsables, ils se doivent aujourd'hui pour construire l'Europe ensemble, d'interpeller fermement l'U.E.F.A. 

Elle a la responsabilité d'organiser  les grands championnats de football en Europe. L'U.E.F.A vit richement. Allez en Suisse visiter les installations, vous ne serez pas déçus. Pas besoin d'envisager là-bas de programme de Rénovation Urbaine ! Cela n'est pas la crise pour tout le monde. L'Europe doit dire à l'U.E.F.A. qu'elle ne lui permet plus le niveau d'exigence qui est le sien auprès des pays européens qui candidateraient pour les grandes compétitions. C'est à l'Europe de déplacer le curseur de la sagesse.

Savez-vous que pour l'U.E.F.A., la France pour candidater devait rénover la Stade de France qui était jugé obsolète, devait proposer deux stades de plus de 50 000 places, trois de plus de 40 000 places et six de plus de 30 000 places.

Aujourd'hui, cela n'est plus possible. Nous ne pouvons plus vivre au dessus de nos moyens. Il faut le dire et si en Europe on a des compétitions de football dans des stades moins grands et moins luxueux, la sagesse sera retrouvée et on pourra toujours jouer au football.


Hervé FERON"





Fermeture annoncée de l'Agence CARSAT d'Essey : le démantèlement de la Solidarité Nationale continue !

Il y a quelques jours, j'ai été interpellé sur la fermeture annoncée de l'Agence CARSAT d'Essey-lès-Nancy, à ma grande surprise.


Je dis à ma grande surprise, car je me suis déjà battu avec d'autres élus en 2010 pour le maintien de cette agence. Aujourd'hui, la fermeture est de nouveau à l'ordre du jour, alors que les besoins n'ont jamais été aussi importants. J'ai donc immédiatement adressé un courrier et une question écrite à Monsieur SAUVADET, Ministre de la Fonction Publique (ainsi que des copies à Madame la Ministre des Solidarités et de la Cohésion Sociale, et Monsieur le Ministre du Travail, de l'Emploi et de la Santé) :


"Monsieur le Ministre,


Par le présent courrier, je souhaite vous interpeller au sujet de la situation préoccupante de l’Agence CARSAT Nord-Est d’Essey-lès-Nancy. 

L’agence d’Essey-lès-Nancy était déjà menacée de fermeture au mois de décembre 2010. Le 16 décembre, le Conseil Municipal de Tomblaine, dont je suis le maire, avait adopté à l’unanimité une motion et l’avait adressée à Monsieur le Ministre du Budget, des Comptes Publics et de la Fonction Publique, pour demander le maintien de cette agence. J’avais moi-même adressé une question écrite à Monsieur le Ministre en ce sens.

Un an après, j’apprends que le directeur du Département Retraite a annoncé oralement la fermeture de l’agence en 2012, sans pour autant en préciser la date exacte. Je redoute que la décision ne soit pas communiquée officiellement volontairement avant l’élection présidentielle, alors que les intentions sont bien là.

Cette agence, parfaitement située à l’Est de l’agglomération nancéienne, est particulièrement bien desservie par les transports en commun et équilibre l’offre de ce service public sur le territoire du Grand Nancy. Alors que la génération du « baby-boom » arrive à la retraite, le choix de fermer cette agence me paraît peu concevable. Au contraire, la demande est exponentielle, et l’offre de service public doit s’adapter à cette croissance de la demande.

Je vous demande donc, Monsieur le Ministre, de préciser clairement vos intentions et dans les meilleurs délais. Je demande non seulement le maintien, mais aussi la consolidation de l’agence d’Essey-lès-Nancy. Les employés et les usagers ont besoin d’être rassurés.

Avec mes remerciements anticipés pour l’aimable attention que vous voudrez bien porter à ma demande, 

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de mes sincères salutations.


Hervé FERON"



Question écrite : "Monsieur Hervé Féron attire l'attention de Monsieur le Ministre de la Fonction Publique, sur la fermeture annoncée de l’agence de la CARSAT Nord-Est d’Essey-lès-Nancy. Le Député était déjà intervenu à ce sujet, par question écrite, pour exprimer ses inquiétudes quant au devenir de cette agence. Le Conseil Municipal de Tomblaine avait même pris une motion en ce sens en date du 16 décembre 2010, et le Député avait lui-même adressé une question écrite. Malheureusement, ces inquiétudes semblent être fondées, puisque le directeur du Département Retraite a annoncé oralement la fermeture de l’agence en 2012, sans préciser la date exacte. Le Député craint que la nouvelle ne soit pas annoncée officiellement volontairement avant la prochaine élection présidentielle, alors que les intentions sont bien là. Le Député demande à Madame et Messieurs les Ministres de préciser clairement leurs intentions et dans les meilleurs délais. Il leur demande non seulement le maintien, mais aussi la consolidation de l’Agence d’Essey-lès-Nancy. Les employés et les usagers ont besoin d’être rassurés."

Hervé FERON au stade Marcel Picot

Député de Jarville dans la deuxième circonscription, Hervé FERON est allé ce dimanche au stade Marcel Picot supporter les Jarvillois qui jouaient en coupe de France contre Sedan, une équipe de Ligue 2.

Sur la photo, vous voyez Hervé FERON avec PEPONNE, le mythique président du club de Jarville !

Invité par les Jarvillois au stade Marcel Picot de Tomblaine, Hervé FERON s'est exclamé : "Je le trouve très bien moi ce stade !".

Et un grand bravo "aux p'tits Rouges" !!!

Quand certains journaux vous disent toute la vérité...

Article paru sur le site de Capital : 


"En abandonnant l’extension de son stade, Nancy évite un nouveau sinistre financier"


"Député socialiste et maire de Tomblaine, la banlieue de Nancy où se dresse le stade Marcel Picot, Hervé Féron est le chef de file des opposants à l’extension de cette arène, qui aurait coûté plus de 70 millions d’euros aux contribuables locaux, comme Capital.fr l’expliquait récemment. Le maire de Nancy, André Rossinot, qui était à l’origine du projet, a jeté l’éponge vendredi 2 décembre.


Capital : Les Nancéiens ont donc échappé à une catastrophe financière ?

Hervé Féron : On a tout simplement évité un nouveau sinistre financier, équivalent à l’ardoise que nous a laissé le tram de Nancy, lancé il y a dix ans par André Rossinot. L’extension du stade aurait fait exploser les impôts locaux et plombé la Communauté urbaine du Grand Nancy (CUGN) pour des années.


Capital : Et pour votre équipe de football, l’AS Nancy Lorraine, c’est aussi une catastrophe ?

Hervé Féron : Ecoutez, après des débuts difficiles, en début de saison, l’AS Nancy Lorraine a l’air de relever la tête et je m’en réjouis. Mais à ses plus belles heures, l’équipe affichait une affluence de 18 000 entrées, ce qui devait en réalité représenter 16 000 spectateurs dans les tribunes parce que les abonnés n’assistent pas à tous les matches. Aujourd’hui les supporteurs sont beaucoup moins nombreux. Du coup, une extension à 32 000 places était surdimensionnée et inutile.


Capital : Ces arguments ont-ils fini par convaincre André Rossinot ?

Hervé Féron : La raison a fini par l’emporter. Mais les raisons invoquées par le maire de Nancy et président de la communauté urbaine pour justifier sa volte-face ne m’ont pas convaincu. Il prétend avoir abandonné le projet sous prétexte que les deux candidats à l’extension du stade présentaient des projets trop coûteux pour la CUGN. Mais ça, on le savait depuis au moins deux ans. Je me souviens d’une discussion à trois, avec André Rossinot et son adjoint Michel Dufraisse, lui aussi très favorable à cette extension. Cela devait être en 2009. A l’époque, je leur avais expliqué qu’une arène de 32 000 places construite en «partenariat public privé» (PPP) allait coûter à la CUGN 11 millions d’euros par an pendant 30 ans. J’ai ensuite fait la même démonstration en conseil de communauté urbaine, sans être contré par André Rossinot. Voilà pourquoi, à l’époque, ils ont abandonné la formule juridique du PPP pour se rabattre sur le bail emphytéotique administratif (BEA), présenté comme moins coûteux.


Capital : Et ce n’était pas le cas ?

Hervé Féron : Le projet soutenu par Jacques Rousselot, le président de l’ASNL, et Vinci tablait sur 33 millions de financements publics plus 30 millions d’emprunts privés garantis par la CUGN. Il faut savoir – et je le tenais de la bouche d’un banquier – que dès 2009 les banques avaient refusé de financer une affaire pareille sans la caution de la communauté urbaine. Et même sous cette forme, c’était irréaliste. J’ai tout de suite prévenu qu’on allait dans le mur…


Capital : C’est donc l’obstacle financier plutôt que la démesure du projet qui a arrêté Rossinot…

Hervé Féron : Il y a autre chose, car André Rossinot a aussi tenté de passer en force. A l’époque, j’avais demandé à la communauté urbaine, qui a compétence en matière d’urbanisme, quelques modifications mineures du plan local d’urbanisme (PLU) de Tomblaine dont je suis maire. En tant que président de la CUGN, il y a répondu favorablement, mais en y incluant l’agrandissement du stade… Or la procédure de la modification du PLU, qui a l’avantage de ne prendre que trois mois, était un peu cavalière et donc inadaptée pour un projet de l’ampleur du stade Marcel Picot. Je lui ai donc fait savoir que je préférais passer par une procédure de révision du PLU, qui suppose des enquêtes d’utilité publique plus sérieuses, mais qui présente l’inconvénient de prendre deux ans. André Rossinot n’a pas voulu prendre le risque d’attendre 2014 pour lancer les travaux de son grand stade.


Propos recueillis par Etienne Gingembre"

Valérie Rosso-Debord et les personnes âgées...

Dans la presse locale d'aujourd'hui, vous avez sans doute pu voir une photo de Valérie Rosso-Debord remettre la médaille d'or de la Ville à une centenaire.

Ce que la photo ne dit pas, c'est si cette dame fait partie du GIR 4 (Groupe Iso-Ressource 4)... Si c'est le cas, VRD a-t-elle eu l'honnêteté de lui dire qu'elle prévoit de lui supprimer son Allocation d'Autonomie Personnalisée ? Bien sûr que non ! Cette spécialiste du double discours ne dit pas en circonscription les lois injustes et régressives sarkozistes qu'elle vote ou propose à Paris...

Remises de médailles de l'ADAPA à Tomblaine

Aujourd'hui encore, votre quotidien local préféré a publié un encart sur les remises de médailles de l'ADAPA qui avaient lieu... le 25 novembre 2011 !!!

Le député-maire Hervé Féron a donc accueilli ce jour-là l'ADAPA à l'Espace Jean Jaurès à Tomblaine, où il a pris la parole, l'a donnée, et a eu l'honneur de distribuer quelques médailles pour le travail qu'accomplissent au quotidien ces personnes dévouées.

Mais comme votre quotidien local n'a pas jugé bon de dire tout ceci, nous vous en informons...

ADAPA

ADAPA 2

Puisque je n’ai pas les moyens de m’exprimer dans la presse, je réponds par le biais de mon blog et je vous remercie de le lire aussi nombreux.


Mensonges 

Dans un article paru aujourd’hui dans l’Est Républicain, quand le journaliste rappelle une fois de plus que je n’ai pas toujours été opposé à l’extension du stade Marcel Picot, il ment. Quand il affirme à plusieurs reprises que j’ai quitté le plateau de France 3 avec fracas, il ment. Quand il écrit que j’ai perdu mon sang-froid, il ment. Quand il écrit que j’ai insulté sa consœur sur Facebook, il ment. Quand il dit que je n’ai pas contesté les positions rapportées dans les colonnes de l’Est Républicain, il ment. Il vous suffit d’aller dans l’historique de mon blog, et vous verrez chaque fois que j’ai essayé de rétablir la vérité, mais hélas ce journal a fait d’autres choix.

Ca les dérange que je dise les choses

L’Est Républicain ressort pour la énième fois cette photo prise sur le stade Marcel Picot avec Rossinot, Rousselot, Dufraisse. Ce que ce journaliste n’apprécie pas, c’est que j’ai dénoncé ensuite la manipulation. Etes-vous choqués que le maire de la commune concernée soit pris en photo (sur proposition du Président de la Communauté Urbaine) sur la pelouse du stade dont il est question ? Est-ce qu’à partir de cette photo, un journaliste bien intentionné doit tirer comme conclusion que je valide la grande arnaque qui nous était alors proposée ?

J’ai été au début, durant trois mois, favorable à ce projet. Je le répète une fois de plus, il s’agissait d’un projet privé, payé par Rousselot (j’ai toutes les preuves pour le démontrer), un projet respectant l’environnement et le voisinage, un projet qui ne venait pas en concurrence par l’organisation de spectacles avec d’autres infrastructures comme le Zénith. Au bout de trois mois, quand j’ai découvert l’arnaque, je n’ai eu de cesse de m’opposer à ce projet, ne parvenant pas à lire dans l’Est Républicain ma position exacte.

Il est évident que les relations commerciales entre ce journal et Jacques Rousselot et l’ASNL, n’incitent pas le journaliste à dire exactement la vérité. Quand par exemple, des pages entières de publicité sont achetées par Jacques Rousselot, peu importe les mensonges constatés dans ces pages du pub, ça fait vivre ! Mais voilà, je suis têtu ! Oui bien sûr, je me suis réjoui de l’obtention du championnat d’Europe 2016 pour Nancy ; oui bien sûr, si j’avais été pilote de ce projet, j’aurais été pour ce projet. Mais les journalistes le savent très bien, car je n’ai jamais varié mon discours, cela n’aurait pas été le même projet. Dès que j’ai découvert l’arnaque, c’est-à-dire l’intention de payer tout ou partie de cette agrandissement inutile avec de l’argent public, en continuant à faire croire aux contribuables que tout serait payé par le privé, l’intention d’organiser de nombreux grands spectacles chaque année, dans une enceinte qui n’est pas prévue pour cela par sa situation, dès que j’ai eu connaissance des projets d’implantation de parkings incohérents, je me suis opposé avec force et de façon continue à ce projet. Le journaliste qui affirme le contraire ne peut être que de mauvaise foi. Si j’avais été pilote du projet (peut-être est-ce qu’un maire sur sa commune peut revendiquer une telle légitimité ?), j’aurais été volontariste pour tenter d’obtenir l’Euro 2016 à Nancy dans des conditions beaucoup plus raisonnables.

C’est un mensonge que de dire que je suis parti avec fracas, d’abord parce que c’est moi qui ai été agressé à France 3 par cette journaliste qui, deux minutes avant l’émission, m'a annoncé son intention de me piéger. C’est moi qui suis la victime dans cette histoire. Elle m’a appelé tardivement pour participer à cette émission dont je n’avais jamais entendu parler auparavant, je lui ai demandé précisément de quoi il s’agissait, nous avions calé les choses. Deux minutes avant le début de l’émission, elle m’annonce qu’elle va diffuser « les preuves démontrant que je n’aurais pas toujours tenu le même discours ». Je lui ai dit que cela n’était pas correct, qu’en isolant deux phrases, on pouvait démontrer cela, et qu’il ne me semblait pas qu’elle m’avait invité pour démontrer que je serais un menteur. C’est un mensonge que de dire que je suis parti avec fracas. Je me suis levé posément, j’ai dit « Au revoir Madame » et je suis parti. Je n’ai pas claqué de portes. D’ailleurs les portes de France 3 sont coulissantes et automatiques !

La journaliste de France 3 a continué. Moi j’appelle ça de la malhonnêteté intellectuelle. Mais est-ce insulter que de penser cela ? Elle a diffusé ces images en mon absence pour tenter de faire croire que je n’ai pas toujours tenu le même discours. Or, vous remarquerez que cette affirmation est exactement le discours de la droite nancéienne à mon encontre depuis deux ans. J’ai donc expliqué sur mon blog (et vous serez juges) ce qui s’est passé. Et puis sur Facebook, beaucoup de gens ont réagi, et donc il y a eu un article dans lequel je disais à un moment donné que j’appelais cela de la médiocrité.

Je le répète, je pense être celui qui a été agressé, et il n’y a aucun emportement de ma part, ni insultes. Y a-t-il dans ce pays deux catégories de gens ? Des journalistes qui jugent, et des personnes engagées politiquement qui n’ont pas le droit d’expression et pas le droit de se défendre ?

J’ai eu le délégué régional de France 3 au téléphone, et manifestement comme cette journaliste était dérangée par mon article sur Facebook alors que je n’ai fait que répondre, j’ai préféré faire disparaître cet article parce que je le trouvais trop dur. Mais il n’y avait (je le répète) aucune insulte. En aucun cas je n’ai supprimé cet article sur la demande du délégué régional de France 3. Je l’ai fait de moi-même.

Malgré cela, la journaliste de France 3 (et peut-être d’autres) a diffusé un communiqué de presse vengeur dans lequel je suis accusé. La méthode est pitoyable, chacun jugera.

Quant à l’Est Républicain, je vous fais remarquer que le journaliste a écrit son article sans me téléphoner pour demander ma position… Le journal prétend que je n’ai jamais démenti certains propos, ils n’en sont pas à leur premier coup. Chaque fois que j’ai essayé de démentir, cela n’a pas été autrement possible que par mon blog. Par exemple à plusieurs reprises, j’ai été interviewé sur les jardins de la Méchelle pour leur dire que je n’étais pas concerné, puisque ces jardins appartenaient avant à Monsieur Lignac, ancien patron de l’Est Républicain, qui les a ensuite revendus à la Communauté Urbaine. Je vous prends à témoin : vous n’avez jamais lu cela dans la presse. Alors forcément, je dérange ces gens-là…


Valérie Pécresse et le nucléaire

Quelqu'un a dit sur Twitter : "Si la mauvaise foi de Pécresse faisait tourner les éoliennes, on serait bientôt sorti du nucléaire !".

Intervention d'Hervé FERON dans l'Hémicycle

Cette nuit dans l'Hémicycle, nous avons discuté de la proposition de loi du député Christian Kert (UMP) visant à renforcer les conditions de sécurité des mineurs accueillis dans le cadre de séjour à l'étranger. Mon collègue Régis Juanico a déposé une motion de rejet préalable au nom du groupe SRC. J'ai donc présenté l'explication de vote sur cette motion : calendrier serré ne permettant pas d'étudier la proposition de loi dans de bonnes conditions ; moyens de contrôle insuffisants pour les autorités administratives ; mise à mal des lignes budgétaires sur l'éducation populaire, des aides pour les droits aux vacances, le droit aux loisirs depuis des années, RGPP ; etc. Les bonnes intentions de cette proposition de loi cachent une inefficacité flagrante. En tout cas, j'affirme avec certitude qu'elle rend impossible l'organisation de centres de vacances dans de bonnes conditions. Voilà pourquoi nous avons présenté et voté pour la motion de rejet, qui n'a malheureusement pas été adopté.

Hervé FERON sur LCP

50 arbres pour Tomblaine

Comme la presse locale couvre mal l'actualité tomblainoise, sachez qu'à l'occasion du 50è anniversaire d'Auchan, le magasin de Tomblaine a offert 50 arbres à la Ville, qui ont été plantés par les services municipaux :

Arbre TOmblaine

Arbres Tomblaine


Pourquoi j’ai refusé de participer à l’émission de France 3 ce midi

Ca fait plus de deux ans que je subis les mensonges du quotidien local. Vendredi dernier, j’ai reçu très tardivement un message sur ma boîte vocale de la part d’un journaliste de France 3, c’était une véritable injonction pour que je l’appelle, je tiens à votre disposition l’enregistrement pour que vous vous rendiez compte sur quel ton les journalistes peuvent s’adresser à vous.

J’ai donc rappelé, et la journaliste que j’ai eue au téléphone m’a demandé de venir sur le plateau de France 3 le soir. Je n’ai découvert que sur place qu’il s’agissait d’un débat avec Nicolas Holveck, directeur de l’ASNL. Le minimum de politesse aurait été de me prévenir.

Ce matin lundi vers 11h00, une journaliste (peut-être ?) de France 3 m’appelle pour me demander de venir à 12h40. Je lui demande de quoi il s’agit, elle m’explique de façon très détaillée le contenu de l’émission, et j’accepte de venir. A 12h58, avant le début de l’émission, cette personne m’annonce qu’elle va diffuser un reportage à charge, puisqu’il s’agit, en isolant quelques phrases que j’ai prononcées, de démontrer que j’aurais changé d’avis, et que j’aurais été à un moment donné favorable à l'agrandissement du stade Marcel Picot. Vous savez tous que cela est parfaitement faux, j’ai trouvé cela parfaitement malhonnête, et j’ai refusé de participer à cette émission dans ces conditions.

Plus inélégant encore, mais ces gens-là n’ont honte de rien, cette présentatrice a tout de même diffusé ces images à charge. Vous jugerez par vous-mêmes…

Hervé FERON sur France 3 et LCP

Aujourd'hui, je serai sur France 3 à 13h00.

Puis je serai l'invité de Nathalie Cuman pour l'émission "Le Député du Jour" sur LCP, à 13h50. Vous pourrez revoir la vidéo en replay après l'émission sur le site de LCP :

LCP

Bravo Anne-Sophie !

Comme la presse locale ne l'a pas dit, Anne-Sophie MATHIS, championne du monde de boxe, est Tomblainoise, elle habite et a grandi à Tomblaine.

Tomblaine est fière de sa championne du monde de boxe !

 

En prise directe

  flux RSS

         Facebook

  Twitter

  Dailymotion

En images


Hervé Féron avec Najat Vallaud-Belkacem
et la réalisatrice yéménite, Khadija Al-Salami

 

 

En vidéo

Intervention d'Hervé Féron en Séance Publique pour les victimes de la répression
de la Commune de Paris

Nombre de Visiteurs

Affiche le nombre de clics des articles : 
4212112

`

Copyright © 2011 Hervé Féron.Tous droits réservés.Template hervé féron

Propulsé par un logiciel libre sous licence GNU/GPL