Actualité

Et pendant ce temps-là...

Nadine Morano a réussi à faire 5 fois la Une de l'Est Républicain et à être présente sur plusieurs pages intérieures chaque fois en une dizaine de jours : 

- une fois parce qu'elle attaquait la liberté d'expression de Guy Bedos,
- une fois parce qu'elle a perdu,
- une fois parce qu'elle fait appel,
- une fois parce qu'elle est allée se faire photographier dans un camp de réfugiés
- une fois parce qu'elle a dit de nouvelles horreurs chez Ruquier...

Si ça n'est pas une bonne stratégie de communication, ça, qu'est-ce que c'est ?
...et pendant ce temps-là, il y a des députés européens qui travaillent !

Le week-end du Député

Hervé Féron a ouvert le congrès des syndicats Force Ouvrière de Meurthe-et-Moselle ce vendredi matin à la Maison des Sports à Tomblaine. Invité par Patrick Feuillatre, le Secrétaire départemental du syndicat, Hervé Féron a partagé un café avec les syndicalistes, puis il a prononcé un mot de bienvenue afin de lancer une journée qui aura assurément été riche en débat et en échanges.

Après la conférence des maires en conseil de communauté urbaine, HF était invité à partager le traditionnel pot de départ pour la retraite du directeur d’Auchan-Laxou.

Hervé Féron avait connu Dominique Dugenest tout d’abord lorsqu’il était directeur d’Auchan-Tomblaine en tant que maire, puis en tant que député lorsqu’il a pris la direction d’Auchan-Laxou. C’est quelqu’un que la profession et les amis qu’il a su se faire regretteront car c’est un personnage attachant, peut-être même atypique dans la grande distribution, quelqu’un qui est passionné par la nature, ses Pyrénées d’origine et à travers son travail pour la valorisation des produits du terroir locaux. Il laisse un excellent souvenir à ses collègues et amis et va pouvoir se consacrer beaucoup plus à sa famille. Bonne retraite !

La journée s’est achevée sur une belle cérémonie pour les 60 ans des transports Vigneron à Ludres, sur sa circonscription. M. Joël Vigneron, qui dirige depuis 1987 l’entreprise familiale créée par son grand-père, l’a fait croître avec brio tout en maintenant une atmosphère conviviale, basée sur la promotion interne. Cette gestion remarquable lui a valu de se voir décerner le prestigieux prix de Transporteur de l’année en mars dernier à Paris. Félicitations à lui !

L’association « Aux Actes Citoyen », dont le but est le resserrement du lien social par l’organisation ensemble d’un événement culturel de grande qualité, organisait un déplacement pendant tout le weekend à Milan auquel Hervé Féron a participé. 51 personnes ont ainsi pu passer 2 jours sur l’exposition universelle. Enorme !

@Stefano de Grandis-objectif images Paris

Dès lundi, il est de retour à l’Assemblée Nationale pour l’examen en séance publique du projet de loi « Liberté de création, architecture et patrimoine », pour lequel il est responsable pour le groupe socialiste de la partie « Création ».

Morano : le poids des maux, le choc des photos

Les maires de Meurthe-et-Moselle, d’après la presse, étaient en colère et dans le journal de dimanche, se sont rendus à la Préfecture. Ils protestent bien sûr contre les baisses de dotation de l’Etat et sur le fond, je suis d’accord avec eux. Les collectivités ne pourront pas continuer avec ce rythme de baisses de dotations sans supprimer du service public. C’est une réalité alors que les collectivités n’ont pas de responsabilité dans l’état de la dette publique.

Mais, il faut quand même dire que cette manifestation des Maires, sur la forme, était tout à fait particulière. Si on regarde la photo, la Présidente des Maires de Meurthe-et-Moselle est entourée très majoritairement des Maires de Droite de la Communauté Urbaine qui ont vraisemblablement répondu au mot d’ordre, en bons petits soldats. Ils sont plutôt mal placés pour parler des difficultés financières des collectivités, eux qui sont collectivement responsables du fait que la Communauté Urbaine du Grand Nancy est dernière de France pour ce qui concerne le rapport dette par habitant.

Autour de cette Présidente des Maires de Meurthe-et-Moselle, il n’y a que des élus de Droite. Il s’agit donc d’une démarche très politisée. Que dire de la présence du sénateur Nachbar dont on se souvient encore, à Jarny, de ses talents de gestionnaire ? Mais que dire aussi de la présence de Nadine Morano ? Elle était là pour représenter les Maires ? Se prendrait-elle pour Valérie Debord ? On se souvient que Nadine Morano, candidate à la Mairie de Toul, en 2008, avait réalisé le superbe score de 26,26% face à Nicole Feidt, gagnante au second tour. Du coup, elle ne s’était même pas présentée en 2014. Les mauvaises langues (mais uniquement les mauvaises langues) disent alors que si elle représentait les Maires en préfecture, ça n’était surtout pas de la politique politicienne, elle n’était surtout pas en campagne pour les régionales. Tout comme le fait qu’elle soit en première page du journal, à la Une, dans des camps de réfugiés avec des petits enfants qu’elle entoure de ses bras protecteurs, le fait qu’elle soit en deuxième page du même journal avec les « Maires contre la disette » et qu’elle soit en photo toujours en page France-Monde dans le même journal où on la voit rencontrer des familles de refugiés syriens : ce n’est certainement pas parce qu’elle est en campagne pour les régionales…

J’ai vu que Francis Lalanne avait écrit une chanson sur le sort des réfugiés et qu’il s’est fait brocarder, moquer, on a dit de lui qu’il était ridicule et opportuniste.

Les sportifs ont trouvé que c’était un beau match…

Les médias parlent beaucoup des incidents très graves qui ont eu lieu ce dimanche soir lors du match de football Marseille-Lyon qui s’est déroulé à Marseille. Je suis très inquiet des dérives constatées en particulier autour de ce sport et sur le fait que trop de dirigeants et trop d’observateurs ont tendance à banaliser une montée du fanatisme.

Je trouve irresponsable la façon dont le Président de l’Olympique de Marseille a banalisé ces comportements pourtant d’une extrême gravité. La France sera-t-elle en capacité, dans un tel contexte, d’organiser dans de bonnes conditions l’Euro 2016 ?

Il est peut-être déjà trop tard pour réagir. Les insultes à caractère sexiste, homophobe, raciste, les jets de projectiles ciblés pour blesser, les slogans, les bagarres, sont insupportables.

Alors, que dire du match de football Metz-Nancy qui a été organisé pour raisons de sécurité avec interdiction aux supporters de Nancy de s’approcher du stade St Symphorien à Metz ? Je trouve étonnant, là encore, qu’après ce match, le comportement d’une très grande partie des spectateurs ait été autant banalisé. Qu’est-ce qui m’a choqué ? Dès le moment de l’échauffement, les insultes, les pancartes aux slogans agressifs, les projectiles tirés sur les joueurs nancéiens, étaient particulièrement inquiétants. L’ambiance était électrique, la violence semblait omniprésente. Au moment où les joueurs commençaient à rentrer aux vestiaires avant le début du match, j’ose espérer que le système d’arrosage automatique n’a pas été mis en route exprès pour tremper le dernier joueur nancéien qui était en train d’échauffer son gardien. Cela a particulièrement réjoui les supporters haineux placés derrière les buts, ils n’avaient pas besoin de ça…

Pendant tout le match, les joueurs nancéiens ont subi de nombreuses insultes. Le gardien de buts de Nancy a été véritablement bombardé de projectiles divers. Il fallait être particulièrement courageux pour rester dans les buts. Que dire des nombreux pétards et nombreuses fusées lancés sur le terrain, mais que dire surtout des fusées lancées directement en direction de joueurs nancéiens à certains moments du match. Il aurait pu y avoir des blessés graves. Et lorsqu’à trois reprises, les joueurs nancéiens blessés restaient étendus sur le terrain, que dire de cette foule qui reprenait en chœur : « Tuez-les, tuez-les ! »

Quand on est un être civilisé, respectueux des valeurs de la République et amoureux de ce sport, on est abasourdi.

Est-ce du fanatisme ? Est-ce une forme de fascisme ? Est-ce de la folie collective ? Il faut savoir que cela ne concerne pas que les quelques milliers de fanatiques placés derrière les buts. Dans un tel stade, il y a des milliers d’autres supporters que l’on pourrait supposer plus intelligents, plus responsables, ce sont de bons pères de famille, ce sont des gens qui vont au travail et qui sont sans histoires dans la semaine. Mais dans un stade, dans la foule, ils deviennent fous, vulgaires, stupides.

Quand ils reprennent en chœur les mêmes slogans, les mêmes chansons, quand ils reproduisent les mêmes gestes (dont certains rappellent terriblement les années les plus sombres de l'histoire) alors qu’ils sont parfois accompagnés de leur enfant dans le stade, j’ai peur pour demain. Le plus inquiétant, c'est que ces gens-là se reconnaissent en un sentiment de même appartenance, en partageant les mêmes gestes, les mêmes insultes, la même médiocrité dans laquelle ils semblent se complaire.

Il est urgent de ne pas se taire, il est urgent de résister. Il faut combattre la banalisation de ces nouveaux codes sociaux.
Il est urgent de prendre des sanctions systématiques dans ce genre de situation.

Retour sur le week-end du Député-Maire !

Après la superbe inauguration de la Place des Arts à Tomblaine, en présence de la Ministre de la Culture et de la Communication Fleur Pellerin, qui avait fait le déplacement spécialement à la demande d’Hervé Féron, le week-end a été particulièrement chargé.

En effet, samedi matin, les élus tomblainois accueillaient environ 80 nouveaux Tomblainois : cela a été l’occasion de présenter pendant toute une matinée la Ville, ses projets et en particulier le service public. Cela permet aux nouveaux Tomblainois d’entendre qu’ils sont bien sûr les bienvenus et de savoir ensuite comment ils vont pouvoir organiser leur vie dans leur nouvelle commune. Notons que les chiffres de l’INSEE montrent une augmentation de 9,74% de la population de Tomblaine en 4 ans.

 

En fin de matinée, la visite des nouveaux Tomblainois croisait l’ouverture du Forum des Associations tomblainoises. De très nombreuses associations exposent leur savoir-faire en début d’année et les adhésions suivent. C’est un moment très important car ces associations font la qualité du vivre-ensemble à Tomblaine.

Samedi à 20 heures, les élus tomblainois participaient à une sympathique soirée d’accueil pour l’installation d’un nouveau commerce à Tomblaine au 15 rue de la République, « Mon Pressing ». Rappelons qu’en 18 mois, ce sont 22 commerces ou entreprises qui sont nouvellement installés à Tomblaine. Nous souhaitons pleine réussite à ce nouveau commerce !

Dimanche matin, à 11 heures, le Député-Maire de Tomblaine donnait le départ d’un grand run organisé par l’Association tomblainoise les Moilcars : la fête a été superbe toute la journée grâce au dynamique Président Christian Boff.

Des centaines de grosses cylindrées, motos, trikes, voitures américaines, concert, stands divers… La fête a battu son plein !

Quand les grosses cylindrées rencontrent la Place des Arts.

Pour votre information

Vendredi 11 septembre, Fleur Pellerin venait à Tomblaine à mon invitation pour l'inauguration de la Place des Arts. Profitant de cela, André Rossinot a fait une pression terrible pendant plusieurs semaines pour qu'elle en profite pour faire un passage au Livre sur la Place à Nancy. Puis la pression a été également énorme pour que les médias ne couvrent pas l'événement de Tomblaine.

La ministre a passé deux heures à Tomblaine, elle y a eu beaucoup de plaisir, elle l'a dit, elle l'a écrit, à rencontrer les gens, les enseignants, les enfants, les artistes.
La manifestation à Tomblaine avait du sens, elle était esthétique, festive, participative. Loin de la lourdeur habituelle du protocole pénible et de l'hyper-bourgeoisie surfaite.

Et puis il a bien fallu qu'elle passe aussi à Nancy.
Il était donc étonnant de voir l'inégalité de traitement dans la presse ce matin, la Une consacrée à Nancy où Fleur Pellerin est solidement encadrée par... A. Rossinot, L. Hénart et N. Morano (il n'y a pas de hasard). Ce matin, on avait vraiment l'impression en tournant les pages que Rossinot avait acheté le journal.

Nombreux sont les Tomblainois qui aujourd'hui, à l'occasion de l'accueil des nouveaux Tomblainois, ou du forum des associations s'en sont offusqués. C'était LE sujet de discussion, les gens, même ceux qui n'étaient pas là la veille, se sentent insultés.

Et après cela, on nous dira que l'on veut faire Métropole ensemble, je n'en crois pas un mot.

Cerise sur le gâteau, un nouvel article pour tenter de valoriser V. Debord à propos de l'accueil des réfugiés... Il est écrit "Valérie Debord représente les 20 communes du Grand Nancy ce matin au ministère de l'Intérieur". C'est faux !

Elle n'a aucune légitimité à représenter les 20 communes. Nous avons eu une discussion à la CUGN où nous avons souhaité une attitude solidaire et harmonisée au sein de la CUGN. Mais en aucun cas nous n'avons donné mandat à V. Debord pour représenter les communes dont nous sommes les maires, elle n'en a pas la compétence et pas le mandat.

L'équipe de France des députés en nette progression !

Ce mardi avait lieu au stade Emile Anthoine à Paris un match de football opposant l'équipe de France des députés (équipe officielle parmi les équipes de France de la Fédération Française de Football) au Variété-Club de France.

Je jouais donc dans cette équipe des députés coachée avec tout le talent et la verve qu'on lui connait par Guy Roux et composée entre autres de François Baroin, Eric Woerth (qui joue au foot du pied gauche ! véridique !) et même notre ministre des sports Thierry Braillard !
Nous étions (un peu) renforcé par deux joueurs du Paris FC pour limiter les dégats.

Ce match était joué au profit du Service d'Addictologie de l'Hôpital Sainte Anne.

En face de nous, du beau monde ! et en particulier trois champions du monde : Laurent Blanc, Karembeu (Christian, mais pas Adriana), et Fabien Barthez...
Mais aussi Alain Giresse, Sonny Anderson, Claude Puel, Hervé Renard (entraineur de Lille), Patrick Bruel, MPokora,...

L'ambiance était très sympa, un peu plus star que la dernière fois (Laurent Blanc, Patrick Bruel), mais en général c'était très décontracté.

J'étais très content de voir que Patrick Bruel est devenu aussi gros que moi, même s'il avait pu bénéficier d'un maillot plus ample pour que ça se voit moins.
Le match devait être télévisé en direct par LCP, mais finalement pour des raisons techniques (travaux dans le stade) ça n'a pas été le cas. J'en ai été plutôt soulagé étant donné mon état de forme et mon niveau de jeu... Cela dit il y avait quand même des caméras (LCP, le Petit Journal de Canal+,...), on peut craindre le pire dans les jours prochains.
Le coup d'envoi du match a été donné par Julie d'Europe 1 avec qui j'ai travaillé, il y a longtemps.

Je trouve qu'Alain Giresse ressemble de plus en plus à Charles Aznavour ! A mon avis, il ne chante pas aussi bien que Charles, mais ça m'étonnerait que Charles Aznavour joue aussi bien au foot que Giresse. En tous cas, l'imitation est très ressemblante et Alain Giresse à son âge joue extraordinairement bien, vision du jeu, technique, forme physique, bravo !
Laurent Blanc, Karembeu, Barthez, jouent évidemment encore très bien.
Celui que j'ai trouvé bon, très incisif, c'est MPokora.

Dans la série des anecdotes, il faut remarquer que le Secrétaire d'Etat aux Sports Thierry Braillard avait acheté une superbe paire de chaussures de foot orange fluo, flambant neuves à Décathlon Wagram et qu'il avait oublié d'enlever l'étiquette ! Mais lui, est très sympa et joue plutôt bien pour son âge.

Finalement... on a perdu ! Mais l'an dernier on avait pris 12 à 1 ! Cette année on n'a perdu que 6 à 1... L'an dernier les 10 dernières minutes avaient été catastrophiques, cette année on a joué 10 minutes de moins...
Quoi qu'il en soit, nous sommes en nette progression, tous les espoirs sont permis pour l'avenir !!!

Moi,on me reconnait pas trop, parce que je suis coupé et lui on ne le reconnait pas trop parce qu'il a un peu grossi...

MPokora...

Fabien Barthez, avant le match, a l'air inquiet à l'idée de jouer contre moi...

6ème conférence de presse du Président de la République

Le Président de la République a donné sa sixième conférence de presse semestrielle. C’était l’occasion de faire le bilan sur un certain nombre de sujets et de réagir aux grandes questions de l’actualité.

De son intervention, je retiens en premier lieu l’annonce d’une baisse d’impôts pour les classes moyennes d’une ampleur considérable : 2 milliards d’euros qui devraient profiter à 8 millions de français. C’est un signe fort qui indique que le gouvernement a conscience des difficultés des français. Toutefois, je me pose la question de son financement. M. Hollande a annoncé qu’il proviendrait d’une diminution des dépenses. J’espère simplement qu’il n’a pas prévu de diminuer encore les dotations aux collectivités déjà exsangues ! En trois ans, ce sont déjà 11 milliards d’économies qui sont réalisées sur le dos des collectivités. Ce rythme n’est pas tenable, et j’ai déjà alerté le gouvernement plusieurs fois à ce sujet. La baisse des dotations aux collectivités, lorsqu’elle prend une telle ampleur, se traduit nécessairement par des arbitrages pour les communes qui se répercutent in fine sur la qualité du service public de proximité. Si les crédits baissent, ce sont inévitablement des services aux citoyens qui ne sont pas des compétences obligatoires des communes comme par exemple la restauration scolaire ou l’aide aux personnes âgées qui devront cesser. Cela, je ne peux pas l’accepter.

Alors, M. Hollande annonce également un plan d’investissement de 1 milliard d’euros en faveur des communes les plus pauvres et « qui  investissent ». C’est très bien d’aider les communes les plus pauvres, et de soutenir l’investissement. Mais c’est une erreur de continuer à baisser les dotations de fonctionnement. C’est le budget de fonctionnement qui en premier lieu permet d’assurer le service public et la cohésion sociale ; et qui permet ensuite de dégager des capacités d’autofinancement pour investir et faire travailler les entreprises. Lorsqu’on offre  1 milliard d’un côté en investissement pour en reprendre 11 de l’autre en fonctionnement, il est évident que le déséquilibre est trop grand pour passer inaperçu. C’est pourquoi il est urgent, si nous voulons éviter le chaos social, de cesser cette politique incohérente en redonnant des moyens aux communes sur les dotations de fonctionnement.

A propos du jugement Morano-Bedos

A propos du jugement Morano-Bedos qui est en délibéré, je voudrais juste porter à la connaissance de chacun que dans le projet de loi "liberté de création, architecture et patrimoine" étudié actuellement à l'Assemblée Nationale et qui passera à la fin du mois de septembre en premiere lecture, l'article premier est ainsi libellé : " la création artistique est libre"

Souvenir : des rires et des larmes !

Michel Didym m'a envoyé cette photo souvenir de l'inauguration du Festival "Aux Actes Citoyens" du mois de mai dernier, en présence de Romane Bohringer et de Carlo Boso, directeur de l'Académie Internationale des Arts du Spectacle !

Hugo F à l'Olympia !

Le 15 mai dernier, Hugo F était à l’Olympia avec deux guitaristes en première partie de Gérald Dahan !

Premier Olympia pour le jeune nancéien qui s’est taillé un beau succès !

La presse régionale n’en a pas parlé mais vous pouvez retrouver Hugo F à l’Olympia, saison 1, ci-dessous :

200 000 visites en 6 mois !

Le 15 février dernier, nous fêtions sur ce site la millionième visite !

Au rythme où ça avance, le 15 août, le site devrait dépasser les 1 200 000 visites !!!

Merci à tous d'être aussi fidèles !

Hervé FERON

Le Conseil Constitutionnel retoque l'article de la loi Macron sur l'enfouissement des déchets nucléaires à Bure

Vous vous souvenez peut-être que le 18 juillet dernier, j’avais interpellé Ségolène ROYAL, Ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, par une Question Ecrite, sur l’adoption cavalière d’un amendement autorisant l’enfouissement des déchets nucléaires sur le site de Bure, dans le cadre de l’adoption de la loi Macron, par usage de l’article 49.3. Je regrettais alors la méthode qui avait consisté en l’adoption d’un amendement sans débat public alors qu’il s’agit d’un sujet particulièrement sensible.

Mercredi 6 août, le Conseil constitutionnel s’est prononcé sur la conformité à la Constitution de la loi Macron, après avoir été saisi par 120 députés et sénateurs sur 19 articles de cette « loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques » qui comportait plus de 300 articles touchant quantité de secteurs.

Le Conseil a censuré en tout ou partie 18 articles « adoptés selon une procédure contraire à la Constitution », c’est-à-dire considérés comme des « cavaliers législatifs », en d’autres termes, des dispositions n’ayant rien à voir avec l’objet du projet de loi.

A ce titre, l’article 201 de la loi Macron, basé sur l’amendement lié au projet d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Cigéo) a été retoqué. Le motif se retrouve dans l’article 45 de la Constitution : « tout projet ou proposition de loi est examiné successivement dans les deux assemblées du Parlement en vue de l'adoption d'un texte identique. » Or, l’article concerné a été ajouté au projet de loi Macron après sa première lecture à l’Assemblée nationale et avant son passage devant le Sénat. L’article a quand même été validé par l’Assemblée nationale, mais sans lecture dans la mesure où les députés n’ont pu valider la loi Macron qu’en bloc, en votant la confiance au Gouvernement, en réponse à l’utilisation de l’article 49.3 de la Constitution. La loi Macron est passée en force, l’amendement aussi. En somme, les sénateurs avaient pu prendre connaissance de ce texte, mais pas les députés, ce qui représente une entorse à la Constitution.

Je me réjouis de cette nouvelle qui est la marque de la primauté des dispositions constitutionnelles qui garantissent notamment le bon exercice de la mission des parlementaires. Il n’était pas normal que les députés n’aient pas pu débattre d’un tel amendement.

Hier, le Ministre de l’Economie a annoncé que « l'expérimentation de l'enfouissement des déchets nucléaires devrait faire l'objet d'une proposition de loi au premier semestre 2016 ». Gageons que cette procédure permette enfin le débat parlementaire et plus largement le débat public sur la question de l’enfouissement des déchets nucléaires.

Pour mémoire, voici la Question Ecrite que j’avais posée à Ségolène ROYAL le 18 juillet dernier :

M. Hervé Féron attire l’attention de Mme la Ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie, sur la problématique de l’enfouissement des déchets nucléaires. Dans le cadre du Projet loi « Croissance, activité et égalité des chances économiques », un amendement a récemment été adopté prévoyant l’enfouissement à 500 mètres de profondeur de quelque 80.000 m3 de déchets nucléaires. Cet enfouissement aura lieu au Centre industriel de stockage géologique (Cigéo), édifice construit sous la supervision de l’Agence nationale pour la gestion de déchets radioactifs (Andra) en 2000 à Bure, dans le département de la Meuse. M. Hervé Féron souhaiterait faire plusieurs remarques au sujet de l’adoption d’un tel amendement. Premièrement, il regrette qu’un sujet d’une telle ampleur, complexe et très clivant, n’ait pas donné lieu à une véritable consultation publique, car le recours du Gouvernement à l’article 49-3 de la Constitution sur le Projet de loi « Macron » a totalement empêché les représentants du peuple d’en débattre à l’Assemblée nationale. Or, la question des déchets nucléaires préoccupe bon nombre de nos concitoyens français, au premier rang desquels ceux de Lorraine et de Champagne-Ardenne, qui se trouvent à proximité du site du Cigéo. En outre, M. Féron attire l’attention de Mme la Ministre sur la possibilité offerte par la Loi du 28 juin 2006 relative à la gestion durable des matières et déchets radioactifs, qui est celle de la « réversibilité ». En effet, bien que la Loi de 2006 ait décidé du stockage des déchets nucléaires, excluant de facto toutes les alternatives, elle laissait la possibilité aux générations futures de récupérer les déchets enfouis au cas où les technologies évoluent, par exemple pour les recycler grâce à une méthode nouvellement inventée. C’est ce que l’on a appelé le principe de réversibilité, à laquelle Mme la Ministre s’est elle-même déclarée favorable dans la presse cette semaine. Or, cette notion reste relativement floue, à tel point que la Loi de 2006 prévoyait que sa définition soit discutée devant le Parlement, ce qui n’a jamais été le cas. Cette année, il était prévu que l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) donne son avis sur la notion de réversibilité, ce qui aurait permis de mieux en cerner les contours ; doit-elle rester une possibilité purement virtuelle, ou bien être un véritable droit dont les citoyens pourraient se saisir ? Le Gouvernement aurait pu attendre l’expertise de cet organisme indépendant, compétent sur l’ensemble des questions relatives au nucléaire, avant de faire le choix si catégorique de l’enfouissement. M. Hervé Féron souhaiterait donc connaître les raisons de l’empressement du Gouvernement à procéder à l’enfouissement des déchets nucléaires sur le site meusien, sans même attendre l’expertise de l’ASN. Par ailleurs, il souhaiterait savoir quand le Parlement sera enfin consulté pour définir précisément la notion de réversibilité des décisions en matière nucléaire, comme cela était prévu dans la Loi de 2006.

Pour voter en décembre, il est encore temps de s'inscrire sur les listes électorales !

Vous n'êtes pas encore inscrit(e) sur les listes électorales et vous souhaiteriez voter les 6 et 13 décembre prochains à l'occasion des élections régionales ?

IL EST ENCORE TEMPS : rendez-vous dans votre Mairie jusqu'au 30 septembre pour vous inscrire sur les listes électorales !

 

En prise directe

  flux RSS

         Facebook

  Twitter

  Dailymotion

En images

Hervé Féron avec Najat Vallaud-Belkacem
et la réalisatrice yéménite, Khadija Al-Salami

En vidéo

Intervention d'Hervé Féron en Séance Publique pour les victimes de la répression
de la Commune de Paris

Nombre de Visiteurs

Affiche le nombre de clics des articles : 
2061439

`

Copyright © 2011 Hervé Féron.Tous droits réservés.Template hervé féron

Propulsé par un logiciel libre sous licence GNU/GPL