Actualité

Une voiture électrique peut émettre plus de CO2 qu'un vulgaire diesel

Si l'on englobe l'ensemble de son cycle de vie, une voiture électrique peut émettre plus de CO2 qu'un vulgaire diesel... Les batteries électriques ? Des réservoirs bourrés de métaux rares, très polluants et monopolisés par la Chine. Guillaume Pitron, ancien juriste devenu journaliste, a pendant huit ans parcouru la planète – Chine, Malaisie, Indonésie, Afrique du Sud, Amérique du Nord – pour enquêter sur la fameuse "transition écologique"... qui n'est pas si verte. Il en relate les dessous dans "La Guerre des métaux rares", aux éditions Les Liens qui Libèrent. Ecoutez

Publié le 13-02-2018 par NouvelObs Chronique

Lien : ici

Des milliers de gens laissés sur le carreau.

Avant, il y avait les emplois aidés (dernière dénomination : CAE). Certes ça n'était que de l'emploi précaire, mais ça permettait aux Communes et aux associations qui jouaient le jeu de proposer de l'emploi aux personnes les plus en difficulté, de la formation, et un accompagnement pour rechercher le retour à l'emploi pérenne. Cela restait de l'espoir. 

Et puis est arrivé Emmanuel Macron, son gouvernement et ses députés godillots.

En tant que Maire, au plus près de la population,  je souhaite apporter un témoignage factuel.

 

Parce que Macron ne défend l'intérêt que des banques, les pauvres il ne connait pas, il les méprise.

Son gouvernement et ses députés sont incompétents, donneurs de leçons et complètement hors sol, il ne savent pas ce que c'est qu'un pauvre. Ils ne sont là que par opportunisme et les médias sont complices.

Ce gouvernement est amateur, il fait des effets d'annonce, il présente des réformes et le lendemain matin quand il se réveille, il se demande "comment on fait ?". Les exemples sont nombreux : suppression de la taxe d'habitation, accès au logement social, etc.

Les résultats sur le terrain, dans la vraie vie (pas celle des salons mondains), est catastrophique.

Sans aucune concertation, en septembre 2017, les Préfectures ont été missionnées pour les basses besognes : plus de CAE signés = des milliers de pauvres gens de tous âges qui attendaient, qui espéraient, se sont retrouvés du jour au lendemain sur le carreau.

De temps en temps on entend des discours édulcorés, mais surtout mensongers. Il y aura de nouveaux contrats aidés en 2018... 

Le changement c'est maintenant : ça ne s'appellera plus des CAE (grotesque, encore une idée géniale d'un technocrate de Bercy qui va nous coûter une fortune rien que dans les changements des formulaires et d'en-tête de courriers...).

Mais pour l'instant on ne sait pas comment vont s'appeller ces nouveaux contrats. On sait juste que leur nombre sera diminué par deux, que les critères d'éligibilité seront plus resserrés encore qu'avant (comment inventer le moyen de rendre la pauvreté variable d'ajustement budgétaire...) et aussi que Pôle Emploi viendra faire des contrôles sur place (décidément, c'est une obssession !). Ridicule, chacun sait que c'est impossible et que ça coûterait là aussi une fortune ! 

Macron rêverait-il d'un Etat définitivement policier pour faire taire tout ceux qui ne l'idolâtre pas ?

En attendant, quand on interroge la Préfecture pour savoir quand on pourra signer ces nouveaux contrats et qui pourra en bénéficier, il n'y a pas de réponse. Waterloo morne plaine, comme si on avait honte de porter des politiques publiques aussi minables...

Les communes, elles, sont exangues à force de baisses de dotations et de transfert de charges, on les étrangle. Les associations se voient de plus en plus couper leurs vivres. L'Etat, parce qu'il est inculte, ignore que ce sont les Communes et les associations qui sont garantes de la Cohésion Sociale, de la Solidarité et de la Fraternité dans notre pays.

Non, mais allo ? Quoi... Macron ! C'est les pauvres qu'on abandonne !!!

Pour la création d’une Fondation européenne pour la mémoire du génocide contre les Roms !

Conseil d'Administration, Voeux et Médailles à l'Omh Grand Nancy.

Je suis administrateur de l'Office Métropolitain de l'habitat du Grand Nancy au titre 
de la Métropole. Le premier Conseil d'Administration de l'année 2018 se tenait hier, 
présidé par Laurent Hénart, Maire de Nancy.

La veille, j'avais participé au Comité Directeur de l'Association des Maires de France
et j'avais entendu l'immense inquiétude des maires, eu égard à l'attitude et aux mesures
prises par ce Gouvernement, dont on peut se demander si il ne souhaite pas purement
et simplement mettre les Communes sous tutelle des fonctionnaires de Préfectures en
diminuant les recettes et en faisant des cadeaux aux contribuables (suppression de la
Taxe d'Habitation) sur le compte des Communes ? Il est évident que le compte n'y sera
plus et que les Communes verront qu'au delà du tour de passe-passe affiché, leur
Dotation Globale de Fonctionnement sera encore diminuée ! A terme, ce sera du service 
public qui disparaitra (les cantines scolaires, les bibliothèques, les Foyers Résidences de 
personnes âgées,... tout ce qui n'est pas de la Compétence obligatoire des Communes !)
Et ce seront les personnes les plus fragiles qui en pâtiront, pendant que monsieur Macron
fait des cadeaux à ses amis imposés sur les grandes fortunes...
Et de toutes manières, l'Etat n'aura pas d'autre solution pour compenser la Taxe d'Habitation
que de créer ou augmenter un ou plusieurs autres impôts (TVA ? CSG ? Impôt Foncier ? ou
autre).

Et quand le lendemain, je participe au CA de cet office public de l'habitat, j'ai vraiment
l'impression que j'entends les mêmes histoires. Là encore, Emmanuel Macron (et ses
députés godillots) fait royalement (le terme est choisi) des cadeaux avec l'argent des autres !
Pour justifier sa scandaleuse baisse des APL, il impose (sans aucune concertation) aux bailleurs
sociaux une "réduction de loyer solidarité" (pour l'Omh du Grand Nancy, c'est une perte sèche 
de recettes d'1,2 million d'€ !), il augmente des cotisations aux bailleurs (+ 0,6 million d'€ pour
l'Omh !). Vous ajoutez à ça l'augmentation de la TVA de 5,5% à 10% et la baisse des aides à la 
pierre... les bailleurs sociaux, tout comme les Communes sont étranglés ! Ils sont alors contraints
de réduire les dépenses d'entretien et notamment la remise en état des logements vacants (avant
que d'être reloués). De même, les projets d'investissement sont revus considérablement à la baisse...

On sait qu'une grande majorité de français est éligible à l'habitat social, ce sont donc aux personnes
les plus pauvres, les plus vulnérables qu'on s'attaque là. Cette conception de la politique est 
scandaleuse. Ce sont les principes mêmes de la République qui sont remis en cause : la libre
administration des Communes, les moyens pour les bailleurs sociaux de proposer du logement 
digne pour tous. Si vous lisez l'article du Monde ci-dessous, on perçoit bien cette tentation qu'à 
Emmanuel Macron à vouloir privatiser (aussi) les offices publics de l'habitat !

Les bailleurs sociaux, dans cette tourmente, font un travail remarquable et c'est le cas pour ceux 
qui interviennent en complémentarité sur le territoire du Grand Nancy.
A l'Omh, les équipes sont professionnelles et compétentes, le directeur général Frédéric Richard
excelle dans le métier qui est le sien, par son savoir-faire et ses qualités humaines. Le CA dans sa 
diversité reconnait cette qualité de travail. C'est ainsi que dans cette période très compliquée, le
budget 2018 a été voté à l'unanimité.

Après ce premier CA de l'année, a eu lieu la cérémonie des voeux, en présence des personnels et
des partenaires... Sur cette photo, je suis au côté du Président de l'Omh Laurent Hénart, de son
directeur général Frédéric Richard, et des deux maires de Laxou,Laurence Wieser, et Maxéville,
Christophe Choserot (également administrateur de l'Omh), puisque notre réunion avait lieu au
CILM de Laxou, dans une salle parfaitement à cheval entre les deux Communes.  


Frédéric, Richard, puis Laurent Hénart ont pris la parole. Sur la photo, on n'aperçoit 

pas le député... Et pour cause ! Il est arrivé à la fin des prises de paroles, il est reparti
presque aussitôt après, juste le temps de se montrer et de serrer quelques mains.
Décidément, en ce qui concerne son manque de sérieux et son manque d'intérêt, il
fait dans la constance...
On le comprend, car ainsi, il a évité de devoir entendre le bilan déjà très lourd de son 
gouvernement... et de devoir éventuellement en répondre ?
Cela m'a rappelé ce que j'avais entendu la veille à l'Association des Maires de France : 
des Maires qui témoignaient et qui disaient que la plupart des députés En Marche sont 
pitoyables, ils sont hors sol, ils ne savent pas ce que vivent les gens, ils ne connaissent
pas les difficultés de gestion d'une Commune,... Et même quand ils réalisent, ils évitent 
les débats. 
Ils ont bénéficié d'un effet d'aubaine, ils ont été élus par une petite minorité, il faut tout 
faire pour que cette fragile légitimité ne soit pas remise en cause. Alors, on leur dit comment 
voter, ils obéissent, ou bien ils sont absents...il ne faut surtout pas faire de vagues.

Après ces voeux, une remise de médailles du travail a suivi un repas convivial, pour honorer
justement toutes ces personnes qui oeuvrent au quotidien pour la qualité de vie des locataires.
Les offices publics de l'habitat ont là une belle mission de cohésion sociale dans la proximité et 
d'aménagement du territoire, non monsieur Macron ?

 

Il y a 4 ans... 4 ans seulement ? Ou 4 ans déjà ?

Facebook me rappelle qu'il y a pile quatre ans cette photo avait été prise à l'occasion des élections européennes. On y voit à nos côtés Michel Dinet et Jacques Chérèque, c'était hier... quelle tristesse.
Nous étions ensemble pour soutenir Édouard Martin et Catherine Trautmann qui sont aussi sur cette photo et qui étaient candidats aux Européennes.

 

Les Maires mécontents.

Je suis à Paris au Comité Directeur de l'Association des Maires de France.
La température ? Les maires sont unanimes pour constater que Macron remet en cause les principes de la Décentralisation, la libre administration des collectivités locales et place progressivement les collectivités sous la tutelle de l'État...

 

Ça roule pour l'association "si on s'parlait" !

Samedi l'association "si on s'parlait" de Laxou organisait sa traditionnelle galette des rois et elle m'avait invité gentiment comme à l'époque où j'étais député.
Cette association fait un extraordinaire travail de lien social sur le quartier de la Cité des Provinces à Laxou. Une équipe dynamique autour du président Olivier Nicloud et du directeur Ouardi Hafiane a mis tant d'actions en œuvre sur ce quartier, que "si on s'parlait" est devenue aujourd'hui indispensable. Accompagnement à la scolarité, ateliers en pieds d'immeubles, séjours familles, animations intergénérationnelles, sorties culturelles, jardins partagés, implication dans le Projet de Rénovation Urbaine, l'association est ancrée dans ce quartier et reconnue par ses habitants. Par son fonctionnement très participatif, elle forme sans cesse à la citoyenneté active.

 


Ce bilan est d'autant plus remarquable que l'association ne bénéficie pas réellement de subventions de fonctionnement et qu'elle doit sans cesse monter des dossiers pour chercher des aides sur projets... Tout cela est rendu encore plus compliqué quand l'Etat décide soudain et sans concertation de supprimer les emplois aidés (merci monsieur Macron, merci Monsieur Garcia...)
Cet après-midi festif était aussi l'occasion d'inaugurer un minibus flambant neuf, récente acquisition de l'association et de remercier les partenaires financiers qui ont contribué à cet achat.
Ces partenaires sont la Fondation de la Caisse d'Epargne (que représentait Jean-Pierre Barbot), la Fondation Batigère, et l'achat de ce minibus a également été possible grâce à la Réserve Parlementaire que j'avais sollicitée à l'époque...


Après les discours d'accueil d'Olivier Nicloud et Ouardi Hafiane, les élus présents ont pris la parole : Valérie Beausert-Leick et Pierre Bauman, Conseillers Départementaux, toujours aussi proches des associations, des gens et des réalités du terrain, Laurence Wieser, Maire de Laxou, très sympa, et également intéressée par "si on s'parlait" (franchement Laxou a gagné au change avec cette nouvelle Maire...).


Et puis la parole a été donnée aux partenaires.
Je me suis permis de revenir un peu sur cette Réserve Parlementaire. D'abord ce n'est pas la Réserve Parlementaire du député, il ne s'agit pas de mon argent. Ensuite, tout ce que les médias ou les candidats opportunistes En Marche (arrière ?) ont pu dire par rapport à cette Réserve Parlementaire est mensonger.

Il a été dit que cette Réserve était inégalitaire, qu'elle était occulte, qu'elle  servait aux députés en fonction de leurs affinités à faire du clientélisme, de l'électoralisme...
C'est vrai que sous Sarkozy, elle était inégalitaire et parfois occulte (j'étais député dans l'opposition, Valérie Debord bénéficiait de sommes 10 fois plus importantes que moi...) Mais François Hollande et les Socialistes ont réglementé cela et dès 2012, les députés bénéficiaient tous d'un "droit de tirage" égal. La répartition de la Réserve Parlementaire était alors publiée publiquement chaque année. Et de toutes façons, cette Réserve Parlementaire ne pouvait plus être attribuée par copinage, puisque quand un député était sollicité, il devait d'abord proposer cette aide au Ministère et l'association ou la Commune qui sollicitait cette aide devait alors constituer un dossier pour argumenter, démontrer que le projet avait du sens et était véritablement d'intérêt général. C'est ensuite le Ministère qui décidait ou non de l'éligibilité de l'association ou la Commune à cette aide financière dans le cadre stricte de l'enveloppe annuelle réservée au député par année. L'association méritait donc cette aide !!! Pour ce qui me concerne, j'ai proposé de la Réserve Parlementaire pour des dizaines de petites associations, ce qui leur a permis de réaliser de nombreux projets, et, pour les Communes, ce sont très majoritairement des maires de droite qui ont bénéficié de ces aides sur ma circonscription quand j'étais député ! Ce qui démontre bien que je ne faisais pas du clientélisme. Même Laurent Garcia m'a sollicité pour sa ville de Laxou et il a alors profité de la Réserve Parlementaire ! Lui qui, avec tous les députés godillots En Marche s'est ensuite empressé de voter par démagogie (et sans honte !) la suppression de la Réserve Parlementaire. Cette suppression ne me dérangerait pas, si on n'en avait pas profité dans le populisme ambiant pour la légitimer en rabâchant au bon peuple que leurs élus sont tous des tricheurs et des voleurs. Cette suppression ne me dérangerait pas, si elle n'avait pas permis au passage de faire faire à l'Etat des économies (encore !) sur le dos des associations et des petites Communes ! Car, aucun média ne s'est ému de constater que ces aides qui permettaient tant de petits projets d'intérêt général n'ont été remplacées par...rien !  C'est le peuple que Macron abandonne et que Macron méprise.
Ce que je n'ai pas dit samedi, c'est que chaque année, les associations recevaient ces subventions (demandées l'année précédente) vers le mois de mai. Or, cette année, rien n'est arrivé en mai, rien en juin, rien en juillet. Je n'étais plus député, mais je ne voulais pas laisser ces associations et Communes en difficultés, il me fallait en quelque sorte "assurer le service après-vente".... J'ai appelé à plusieurs reprises les Ministères concernés. Ils étaient embarrassés, ça allait venir, mais cela devait encore traîner... Moi, j'avais de bonnes raisons de douter de l'honnêteté de ce nouveau Gouvernement qui très vite nous a démontré sa capacité à ne pas tenir la parole de L'Etat...
En octobre (!) l'association "si on s'parlait" m'a rappelé pour demander des nouvelles. Ne sachant plus comment faire, j'ai répondu en conseillant de demander au nouveau député de se renseigner, car il me semblait que c'était tout de même de sa responsabilité. Laurent Garcia a été appelé... il a répondu dès le lendemain (quelle rapidité !) en racontant qu'il s'était renseigné auprès du Ministère et qu'aucun dossier n'avait été déposé pour "si on s'parlait" ! Il est évident que c'était un mensonge et lorsque la Réserve Parlementaire a été versée quinze jours plus tard, cela en a été la preuve flagrante.
Samedi, après les prises de paroles et avant la galette, une séance de photos a été organisée, avec les enfants et les responsables de l'association, les partenaires, les élus, tous devant le beau minibus ! Un panneau pour remercier les partenaires avait même été réalisé...touchant.


L'actuel député ne figure pas sur la photo, parce qu'il est arrivé après les prises de paroles, après la fête, au moment où on terminait de boire le verre de l'amitié. Peut-être n'était-il pas fier de lui ? Ou bien ne se sentait-il pas concerné ? Ou bien avait-il eu encore un rendez-vous important ailleurs ?

Les Vœux du Maire de Vandoeuvre.

J'ai mis deux jours pour écrire ce que j'ai ressenti jeudi soir à l'occasion de la cérémonie des voeux du Maire de Vandoeuvre Stéphane Hablot.
Comme toujours à Vandoeuvre, ça a été une très belle manifestation avec un public nombreux et une prise de parole de Stéphane Hablot de qualité, après la projection d'un montage vidéo de grande qualité réalisé par le service communication de la Ville de Vandoeuvre.
Stéphane Hablot a eu la gentillesse d'insister publiquement sur nos relations fraternelles.
Mais ce qui m'a touché particulièrement, c'est l'accueil des gens présents, j'avais l'impression de connaître tout le monde, d'être chez moi... J'ai été député pendant dix ans de Vandoeuvre, j'ai travaillé avec toutes les associations, j'ai toujours répondu aux demandes d'aides ou de soutien individuels. Et Vandoeuvre me le rend bien. 
C'est vrai que j'y ai beaucoup d'amis. Je me suis attaché. J'ai été sincèrement ému par cet accueil. Toutes celles et tous ceux qui m'ont présenté leurs voeux bien sûr, mais aussi qui m'ont témoigné leur amitié, leur plaisir de me retrouver à cette occasion, leurs félicitations pour ce que j'ai fait ou pour ce que je continue à faire.
J'ai à peine aperçu celui qui est devenu député depuis, il semblait bien esseulé, ne pas connaître grand monde et s'est éclipsé rapidement après le discours...
Certes, c'est prétentieux de l'écrire publiquement, mais tous ces témoignages amicaux m'ont vraiment bouleversé, j'avais l'impression que rien n'avait changé et que j'étais toujours député de Vandoeuvre, et je tiens à vous remercier chaleureusement toutes et tous. Je suis en train de découvrir que j'ai aimé énormément ce mandat de député pour deux raisons avant toutes autres : les rapports humains et l'idée que l'on peut être utile et rendre service à tous.

Insupportable.

Des migrants entassés dans des centres d'hébergements, lieux déshumanisés, sans chaleur, sans âme.
Ils n'ont plus d'histoire, plus d'identité, plus de droits.
Des gens dehors sans logements, dans le froid, sans toit, sans nourriture, sans hygiène, sans dignité.
Des mineurs en danger permanent.
L'hiver est toujours rude quand on est dehors...
Dans un cauchemar qui n'en finit pas, ils ont peur, ils ont honte. La plus grande violence qui leur est faite
est l'indifférence.
Cela se passe en 2018, en France, pays civilisé, pays des Droits de l'Homme, sixième puissance économique 
au monde.

A la même époque, les maires, les conseillers départementaux, régionaux, les députés, les sénateurs, les ministres, les présidents de collectivités, d'associations (et parfois même de la République...), les bailleurs sociaux, les chefs d'entreprises, envoient des millions de voeux par courriers, organisent des dizaines de milliers de cérémonies pendant lesquelles on se souhaite sincèrement, à l'intérieur, des tas de bonnes choses. Il y fait chaud, le champagne désalltère,les petits fours sont délicieux.
Combien cela coûte-t-il ?

J'ai fait récemment une proposition, histoire d'être concret. Je propose que les maires des plus de 5000 communes en France de plus de 2000 habitants qui seraient volontaires pour cela, accueillent chacun trois des ces familles en détresse, dans un même quartier (pour ne pas ni isoler ces familles, ni recréer des ghettos).

Allez, quand est-ce qu'un député va proposer ça au Gouvernement ???

Je formule une autre proposition : cela n'est surtout pas de la démagogie, et je ne souhaite donner des leçons à personne, je fais moi-même partie des élus qui envoie des voeux et qui organisent ces réceptions... Ces moments-là sont nécessaires pour se dire des messages apaisés, fraternels, d'espoir, au moins une fois par an. Et puis c'est aussi utile pour la démocratie, car ces voeux sont souvent le premier acte politique de l'année, ils peuvent être une sorte de compte-rendu annuel de mandat
et en tous cas une déclaration d'intention pour l'avenir...

J'émets le voeu : que cette année, on tente d'évaluer ce que coûtent à la société la totalité de ces cartes de voeux (conception, impression, envois,...) et de toutes ces réceptions...
J'émets un autre voeu : quand on aura connaissance de ce que cela coûte réellement, que l'on prenne la décision de ne rien organiser l'année prochaine, juste l'année prochaine, pour tous ces voeux institutionnels qui ne sont d'ailleurs pas très bons pour notre cholestérol...
Et qu'on utilise partout dans nos villes, dans nos villages, dans nos quartiers, l'argent ainsi économisé pour donner à manger à ceux qui ont faim, un logement au moins provisoire à ceux qui sont dehors, des chaussures pour marcher, des cahiers d'école pour apprendre.
Essayons juste une fois en 2019, pour voir...
Je ne suis pas en train de tomber dans une sensiblerie, naïveté béate, je ne suis pas soudain touché par la grâce ou quelque illumination, je me dis juste "merde ! ça ne peut plus durer !". C'est insupportable, ça n'est pas soutenable.

La charité donnée ponctuellement dans la rue ne sert à rien, même si elle est généreuse.
La solution c'est réinventer des formes de solidarité collective en remettant en cause nos propres fonctionnements.
Il est du devoir de l'Etat de susciter de telles initiatives, il faut imaginer, inventer du concret. Il est là l'Etat d'Urgence.

Allez, quand est-ce qu'un député va proposer ça au Gouvernement ???

Meilleurs voeux 2018 !

Les migrants... Si on essayait d'être humanistes et cohérents à la fois ?

Toujours présent sur la circonscription.

Pendant dix ans, j'étais député et je suis fier d'être toujours resté très présent sur le terrain et en particulier proche des associations. Celles-ci me le rendent bien aujourd'hui, elles continuent à m'inviter.
J'ai souvent permis de les aider en sollicitant la Réserve Parlementaire qui leur était bien utile, voire salvatrice. Aujourd'hui elles ont compris que la vague populiste qui a engendré la suppression de cette Réserve Parlementaire a juste permis à l'Etat de faire lâchement des économies sur le dos des associations et des petites communes qui œuvrent dans la proximité et l'intérêt général. 
 
A Vandoeuvre, j'ai travaillé avec de nombreuses associations et chaque fois qu'elles m'invitent, j'ai l'impression que le lien n'a pas été coupé. On n'oublie pas Vandoeuvre !
 
Il y a 15 jours, Guy Delaitre m'invitait à sa remise de la médaille de la jeunesse, des sports et de la vie associative au siège de l'AREMIG à Vandoeuvre. J'étais très heureux d'y participer, car Guy Delaitre est un ami, et il mérite très largement cette médaille par son savoir-faire, son engagement de toujours sur le plan professionnel, comme sur le plan associatif, au service des autres, son action dans l'Education Populaire et l'animation en Centres de Vacances. Il fait partie de ces militants d'un droit essentiel : le Droit aux vacances pour tous. Et puis surtout, il est trésorier d'une association admirable que j'ai eu l'occasion de soutenir en tant que député : l'AREMIG, qui permet un hébergement aux parents d'enfants atteints de maladie graves et hospitalisés à l'hôpital de Brabois, pour que ces parents puissent rester près de leurs enfants dans ces moments de grandes difficultés.
Bravo Guy ! Félicitations.
 


Et puis, hier samedi c'est "La Casa des Nounous" qui m'avait invité. Cette association d'assistantes maternelles de Vandoeuvre fait un travail remarquable. Elle fédère de nombreuses assistantes maternelles et dans cette profession où on travaille en étant isolé, c'est très important. Elle propose de la formation, de l'information, mais aussi des moments de convivialité, comme hier avec cette sympathique soirée country...