Tomblaine

Distribution de colis de Noël aux personnes âgées de Tomblaine.

Distribution de colis de Noël aux personnes âgées de Tomblaine.


 

Quand on a plus de 63 ans à Tomblaine, on croit aux pères Noèl, mais aussi à la mère Noèl... sur cette photo, les pères Noèl ressemblent étrangement à Alexandre Huet et Tolga Gül et la mère Noèl à Hinde Magada...

Personnes âgées de toutes origines.

Décidément les soirées exceptionnelles se succèdent à Tomblaine.
Après la belle manifestation "1936, l'héritage tomblainois", c'était ce vendredi la fête des personnes âgées de toutes origines. Une belle idée qui consiste à réunir pour une soirée festive des personnes âgées avec qui l'on prend contact à l'avance parce qu'on sait qu'elles ne sont pas très habituées à ce genre de manifestations. C'est ainsi qu'hier on avait des personnes d'origine marocaine, algérienne, tunisienne, italienne, portugaise, argentine, turque, espagnole, polonaise ou encore bretonne, auvergnate, ou tomblainoise !

Le repas chaque année est préparé par certaines de ces personnes âgées qui sont présentées au public et ovationnées, et tout cela en musique avec le groupe Ladislava puis avec les musiciens et danseurs de l'association des Portugais de Vandoeuvre.


          Le Maire a même dansé avec les portugais de Vandoeuvre.

1936, l’Héritage Tomblainois : Tomblaine célèbre les 80 ans du Front Populaire

Alors que de nombreux acquis sociaux sont aujourd’hui remis en question, la ville de Tomblaine a voulu rendre un hommage historique et militant à l’occasion des 80 ans du Front Populaire.

Vers 18h00, en inaugurant une rue « Cécile Brunschvicg » en présence des élus et des habitants, Hervé Féron a rendu hommage aux trois premières femmes Sous-Secrétaires d’État nommées sous le Front Populaire. Ce fut, à l’époque, une vraie avancée progressiste alors que les femmes n’avaient pas encore le droit de vote et n’étaient pas éligibles. À Tomblaine, comme nulle part ailleurs en Meurthe-et-Moselle, il y a maintenant une rue Irène Joliot-Curie, un rond-point Suzanne Lacore et une rue Cécile Brunschvicg.

L’hommage s’est ensuite poursuivi à l’Espace Jean Jaurès, pour l’inauguration de l’exposition croisée sur le Front Populaire, mise en place par la commune et l’Institut d’Histoire Sociale de la CGT (IHS-CGT). Devant environ 150 personnes, une conférence s’est tenue afin de rappeler les nombreux évènements locaux et nationaux qui font de Tomblaine le centre d’une histoire riche de revendications et d’acquis sociaux en 1936 (marche sur la ville de Nancy, fête du Sport, grèves dans les trois grandes usines de la ville, …). Il faut noter, par ailleurs, le témoignage poignant de Monsieur Braun, fils du Maire communiste de Tomblaine de l’époque, qui a évoqué avec précision et passion les souvenirs du petit enfant de 6 ans qu’il était.

Puis, Pierre Baumann, Conseiller Départemental du canton de Villers-Laxou, a présenté un film « En se donnant la main » de Louis Collin qui témoigne du fonctionnement et de l’importance des coopératives scolaires et de la République collaborative voulue par le Front Populaire. Ce film, par ailleurs primé lors de l’Exposition Universelle de 1937 à Paris, gagne à être une source d’inspiration aujourd’hui.

Enfin, la soirée d’hommage s’est terminée par un banquet « à la mode du Front Populaire » amical et festif, où les échanges ont été nombreux entre le public et les différents intervenants. Cette célébration, dans le contexte actuel, était indispensable, rappelant la nécessité de cohésion et de solidarité, mais aussi, informant les Tomblainois de l’importance de l’Histoire de leur ville. Les visiteurs pourront bénéficier de cette riche exposition jusqu’au 10 décembre à l’Espace Jean Jaurès.  

 

La période des fêtes est lancée à Tomblaine.

C'était une idée de Jean-Claude Dumas, adjoint au Maire, qui chaque année élabore avec talent la mise en illuminations de Tomblaine en période de fêtes. L'an dernier, il a donc eu l'idée d'inviter les Tomblainoises et les Tomblainois nombreux, les petits et les grands pour participer au lancement de la "saison des fêtes"...

Cela se passe sur la Place des Arts, et cela a été un tel succès l'an dernier que l'on a recommencé cette année et que c'est déjà devenu une tradition !

Le marché de Noèl avait connu déjà une forte affluence toute la journée de ce samedi à l'intérieur de l'Espace Jean Jaurès et à l'extérieur étaient installés des dizaines d'exposants.

Et puis a 18 heures, la nuit tombée, tout le monde s'est retrouvé sur la Place des Arts. Le Maire a dit quelques mots au micro, un message de Paix et de Fraternité, et tout le monde a compté à rebours... Le Maire a un peu chahuté le public en le faisant recommencer et puis ce compte à rebours est apparu sur l'écran géant, repris massivement par la foule : 

"10-9-8-7-6-5-4-3-2-1-0 !!!"

Le Maire a appuyé alors sur un gros bouton rouge, déclenchant ainsi l'illumination d'un grand sapin venu des Vosges, de 12 mètres de haut et des superbes feux d'artifice installés par la société JSE.

                       (Les feux d'artifice. Petits et grands étaient émerveillés.)

                     (Le public enthousiaste a applaudi chaleureusement.)


(Et comme à Tomblaine, tout se termine toujours par le verre de l'amitié, ça s'est terminé par...le verre de l'amitié : vin chaud pour les grands, jus de fruit pour les petits !)

Tournée matinale avec les employés de Véolia

Le Maire Hervé Féron et Jean-Pierre Laurency, Premier-Adjoint au Maire, ont effectué une petite tournée, très tôt ce matin, pour se rendre compte par eux-mêmes des conditions dans lesquelles les employés de Véolia collectaient les poubelles.

 

Petite tournée très instructive, il reste quelques difficultés dans des situations d’impasse pour lesquelles il faut absolument trouver des solutions pour éviter que le camion de ramassage n’ait pas à faire des marches-arrières. Sur certaines très petites impasses, sans place de retournement, la solution serait vraisemblablement de demander aux habitants d’amener chaque fois leur conteneur poubelle au bout de l’impasse. Cela se discutera chaque fois.

 

 

 

Des rescapés du Génocide contre les Tutsis au Rwanda à Tomblaine

Hier, la Ville de Tomblaine accueillait le Tour de France Imbere Heza, organisé par l'EGAM (Mouvement antiracsiste européen) et son président Benjamin Abtan. Ce Tour de France est celui des rescapés et des descendants de victimes du Génocide contre les Tutsis au Rwanda, dont l'AERG (l'Association des Étudiants et Élèves Rescapés du Génocide) et son Président Olivier.

La journée fut riche en échanges, les rwandais sont là pour témoigner du drame que leur pays a vécu et continue à vivre. Après un repas partagé au Foyer de personnes âgées de Tomblaine, ce qui a permis de rencontrer les enfants des écoles sur le temps de restauration scolaire et des personnes âgées du Foyer, les huit rwandais et Benjamin Abtan, accompagnés par Hervé Féron, se sont rendus au Collège Jean Moulin pour une rencontre d'une soixantaine de collégiens. Cet événement, très bien organisé par Madame Chaleix - Principale du Collège - et Madame Isabelle Gérard - Professeure -, fut très enrichissant à la fois pour les élèves et pour les intervenants. On peut se féliciter de la qualité d'écoute des élèves et de la pertinence de leurs questions, preuve d'un intérêt remarquable, d'une très grande maturité due certainement au travail des enseignants en amont.

Ensuite, la délégation rwandaise, s'est rendue en Mairie pour participer à l'inauguration d'une plaque commémorative, au pied de l'Arbre de la Paix, en hommage aux victimes des Génocides, portant l'inscription : "Arbre de la Paix, à la mémoire des victimes de tous les Génocides et des Justes. La ville de Tomblaine contre toutes formes de négationnisme".
Puis, il y a eu l'accueil officiel en Mairie avec un temps d'échange en présence des élus municipaux.
Les jeunes rwandais ont à nouveau présenté leur combat de tous les jours pour une plus grande reconnaissance de ce Génocide contre les Tutsis au Rwanda et pour que la vérité soit faite sur les responsabilités de certains dirigeants français à l'époque. Le problème a été également posé des génocidaires qui vivent impunément en France sans être inquiétés.

(La plaque commémorative est dévoilée devant la Mairie)

 

Les jeunes rescapés rwandais se sont ensuite rendus à l'Espace Jean Jaurès pour participer à une répétition de la batucada de Tomblaine, moyen festif pour une belle rencontre avec les jeunes tomblainois. Jeunes rwandais et tomblainois ont dansé et joué des percussions. 
Enfin l'Association "Aux Actes Citoyens" avait organisé une belle soirée chansons avec les groupes "Broken Arrow" et les "Culs trempés". Cette soirée a rencontré un très grand succès puisque plus de 350 personnes avaient réservé. Cela a été une très belle occasion pour que les jeunes rescapés rwandais puissent à nouveau s'adresser à ce public. Le message est passé à Tomblaine. Chacun sait ce qu'il reste à faire, ne pas oublier le peuple rwandais et sans cesse militer pour la Vérité.

 

Un grand merci à l'EGAM et à l'ensemble des rwandais présents pour leur participation à tous ces événements et pour leurs témoignages. 

Hervé Féron rend visite au foyer Marcel Grandclerc

Hervé Féron a rencontré, comme il le fait régulièrement, les résidents du Foyer Marcel Grandclerc. Il y est allé avec Ségolène, la Directrice, actuellement en congé maternité afin de présenter aux résidents du foyer le petit Timéo, âgé d'environ un mois. Ce fut l'occasion de prendre ensuite un pot de l'amitié très convivial avec l'ensemble des personnes présentes. 

 

Curley Taylor & Zydeco Trouble

La soirée de vendredi a été chaude, chaude, chaude à l'Espace Jean Jaurès de Tomblaine,

en partenariat avec NJP et l'association "Aux Actes Citoyens".

C'est le groupe américain Curley Taylor & Zydeco Trouble qui a mis le feu.
Le public n'est pas resté assis jusqu'au bout, les spectateurs n'ont pas résisté à l'envie
d'aller danser. 

Et puis surprise lorsqu'un musicien qui joue du wash-board a invité Hinde Magada à monter
sur scène, il lui a fait enfiler le wash-board, il s'est positionné derrière elle pour jouer
de son instrument.


Hinde Magada Conseillère Municipale, Conseillère Métropolitaine déléguée aux relations internationales, et joueuse de wash-board pour un soir.

Tomblaine récompensé pour la réalisation du parc Georges Brassens

En présence d'Alexandre Huet, adjoint au Maire et d'Emmanuel Rosina, conseiller municipal, Tomblaine a reçu un "Prix Spécial" départemental pour le parc Georges Brassens lors de la remise des prix de l'opération Villes et Villages fleuris 2016 du Conseil Départemental. Après le développement d'un espace naturel sensible de 17 hectares, de la façade végétalisée de la Maison de Santé Pluriprofessionnelle et maintenant du parc Georges Brassens, c'est la politique de Tomblaine, tournée vers le développement durable, qui est à l'honneur.

 

Dans quel pays vivons-nous ?

Comme tous les ans, la presse locale s’empare des impôts fonciers, car on sait très bien que le sport national préféré des journalistes consiste à pointer du doigt les élus. Il  faut reconnaitre que le journaliste tient compte des remarques que j’avais faites sur mon blog l’an dernier avec honnêteté. Mais, si le journaliste était venu à ma rentrée politique, il aurait été un peu informé sur la question. Les taux d’imposition à Tomblaine, pour le foncier bâti, sont élevés parce que les bases à Tomblaine sont plus basses qu’ailleurs. Il est donc toujours faux de comparer des taux et à force d’insister cela devient quasi-mensonger. Ce que les gens payent, c’est le produit des bases par les taux. Les bases de Tomblaine étant très basses, le produit des bases par les taux, pour un habitant de Tomblaine, est dans la moyenne de ce qui se pratique dans les autres communes de l’agglomération de la même strate en nombre d’habitants, c’est-à-dire entre 5 et 10 000, et bien sûr, à logement comparable. Toujours sur Tomblaine, c’est bien de rappeler que sur 3 ans, le taux d‘imposition n’a pas augmenté sauf que ce n’est pas depuis 3 ans, mais depuis 12 ans !

Après, il est évident que l’on paye trop d’impôts dans ce pays. Mais comment vouloir toujours plus de services publics, vouloir en même temps payer moins d’impôts et accepter les baisses de dotations de l’État. Les dotations de fonctionnement constituent une grande partie des recettes des communes qui leur permet de donner du service public. De 2008 à 2017, soit autant sous Sarkozy que sous Hollande, les dotations de fonctionnement de l’État pour la ville de Tomblaine auront baissé de 52% !!!

Alors arrêtons de montrer du doigt les Maires, qui travaillent beaucoup. Ceux qui ont, dans les trois dernières années, augmenté leurs impôts, ne pouvaient pas faire autrement. Désignons l’État comme seul responsable de ces difficultés que connaissent toutes les communes de France.

De plus, tout cela ne suffit pas aux services de l’État. Lorsque la Chambre des Comptes fait un rapport, lorsque le comptable du trésor analyse les situations budgétaires, ils osent écrire qu’ils préconisent à la commune d’augmenter les impôts locaux (par exemple, à Tomblaine, sous prétexte que les taux d’imposition seraient beaucoup plus bas que dans les villes de la même strate en France), c’est vraiment la double peine pour les élus. Comment ces fonctionnaires d’État peuvent-ils se permettre de donner des avis d’opportunité aux élus de la République ? D’autant plus qu’ils communiquent ces informations aux banques et alors là, c’est la triple peine pour ces élus, et par conséquent, pour les citoyens.

 

En prise directe

  flux RSS

         Facebook

  Twitter

  Dailymotion

En images

Hervé Féron avec Najat Vallaud-Belkacem
et la réalisatrice yéménite, Khadija Al-Salami

En vidéo

Intervention d'Hervé Féron en Séance Publique pour les victimes de la répression
de la Commune de Paris

Nombre de Visiteurs

Affiche le nombre de clics des articles : 
2251345

`

Copyright © 2011 Hervé Féron.Tous droits réservés.Template hervé féron

Propulsé par un logiciel libre sous licence GNU/GPL