Tomblaine

Un beau moment.

 Cette salle de boxe a une belle histoire, elle porte le nom de René Cordier, l'entraîneur mythique qui a formé tant de grands champions. René Cordier qui tout jeune travaillait là dans l'usine Bouyer où l'on fabriquait des motoculteurs, il y a passé son CAP. 
> 50 ans plus tard, il entraînait dans cette salle des jeunes boxeurs tomblainois. Un soir, on lui a fait la surprise d'inviter tous les champions qu'il avait formés pour une belle fête et pour inaugurer cette nouvelle salle qui porte désormais son nom "salle de boxe René Cordier". Un autre jour, la Ministre des sports, championne Olympique Laura Flessel, de passage à Tomblaine est passée saluer René en plein entraînement dans cette salle. Depuis la photo de cette rencontre orne la salle d'entraînement.
> Et puis, l'idée est venue de réaliser une fresque sur un des murs représentant Cassius Clay, alias Mohamed Ali, le plus grand boxeur de tous les temps. 
 
 
 Bien sûr, on s'est adressé à Martine Sauvageot, artiste très prisée à Tomblaine où elle est active dans la vie associative et où elle a déjà réalisé plusieurs fresques. Martine a énormément de talent, mais elle sait aussi transmettre son savoir-faire. Alors l'idée d'un chantier-jeunes a été suggérée. Une des grandes richesses à Tomblaine, c'est le réseau de jeunes que nous avons formés et qui interviennent dans de nombreuses actions auprès des plus jeunes. Amine Benhennou a participé à tracer les contours avec Martine et Ismael Arbouze a encadré trois jeunes filles qui ont réalisé cette fresque :
> Chaimaa Larguem (qui a elle-même pratiqué la boxe), Safaa Guarnaoui et Naelle Amroun.

> Aujourd'hui, on s'était donné rendez-vous à l'Espace Jean Jaurès pour inaugurer cette superbe fresque et rendre hommage aux artistes. Petit moment émouvant et sympathique, René Cordier nous a fait l'amitié d'être présent, ainsi qu'Anne-Sophie Mathis quadruple championne du monde de boxe, qui a grandi à Tomblaine. Tout le monde était réuni pour l'occasion, le Maire, ses adjoints,  d'autres jeunes boxeurs, leurs parents, Yohan Noizette, entraîneur du club de boxe thaï, des responsables d'autres associations, le service d'animation municipal, la famille Tomblainoise...
> Et sur un coin de la fresque, les jeunes artistes ont écrit une citation de Mohamed Ali, comme un conseil adressé aux jeunes boxeurs qui s'entraînent dans cette salle "vole comme un papillon et pique comme une abeille".

C'est beau Tomblaine, et la nuit aussi.



 
 


Bravo aux services techniques de la Ville et à Jean-Claude Dumas, adjoint au Maire. 





Journée festive à Tomblaine !

La journée de samedi à Tomblaine se voulait festive, solidaire et populaire et ce fut réussi.
Depuis le matin 54 commerçants, dont 44 dans l'Espace Jean Jaurès et 10 sur la Place des Arts offraient un très beau marché de Noël à l'approche de fêtes.

 

Et puis à 18h30 un public très, très nombreux de petits et de grands se pressait sur la Place des Arts, bien que la manifestation n'ait pas été annoncée dans la presse.
Le Maire accompagné de ses adjoints remerciait les nombreux commerçants, les services municipaux et tous les bénévoles qui s'étaient mobilisés et surtout Jean-Claude Dumas qui avait orchestré la manifestation depuis le choix du sapin monumental, venu tout droit des Vosges, jusqu'aux illuminations de la Ville en passant par le spectacle pyrotechnique préparé par la société tomblainoise JSE (Jouets et Spectacle de l'Est). 
Il signalait aussi la présence d'étudiants en deuxième année de médecine qui tenaient un stand, dont tous les bénéfices serviront à acheter des cadeaux de Noël pour des enfants hospitalisés. Le Maire indiquait aussi que cette belle fête était dédiée à Anna-Bella qui mène un dur combat depuis longtemps à l'hôpital, qui est née un 25 décembre, un jour de Noël et qui garde ses yeux d'enfants chaque fois qu'on illumine la ville pour les fêtes de fin d'année.
Un dessin animé a été projeté sur l'écran géant de la façade de l'Espace Jean Jaurès "La légende de St Nicolas", animé aussi par tout un jeu pyrotechnique, véritable création artistique de la société JSE (magnifique !)

 

Le Maire a ensuite accueilli St Nicolas, qui commençait sa longue tournée en Lorraine par une première étape à Tomblaine, pour le plus grand bonheur des enfants. Et comme beaucoup d'enfants avaient participé aux ateliers de dessin dans l'après-midi, ils ont pu offrir leurs dessins à St. Nicolas, le rencontrer, lui parler "en vrai" et se faire prendre en photo avec lui...

 

Enfin il fallait déclarer officiellement ouvertes les festivités de fin d'année. Le public devait pour cela compter à rebours en même temps que les chiffres s'affichaient sur l'écran géant de 10 à 0. Il a fallu recommencer trois fois, parce qu'on ne comptait pas assez fort (le système de déclenchement des illuminations ne fonctionne que si on compte très fort et uniquement si tout le monde compte !)... À la troisième tentative, la Place des Arts noire de monde donnant de la voix (les petits comme les grands !), le Maire a appuyé sur un gros bouton rouge déclenchant ainsi les illuminations de la Ville et du sapin géant, sous les regards émerveillés des enfants, comme des adultes et sous leurs applaudissements. 

 

 

 

Comme toujours à Tomblaine, cela s'est terminé par le verre de l'amitié vin chaud pour les parents et jus de fruit pour les enfants...
Si cette fête est gratuite et familiale, ouverte à tous, c'est parce qu'en lançant cette période de fêtes, le message qui est passé est une invitation à la solidarité, dans ces périodes difficiles pour tout le monde, à l'approche des rigueurs de l'hiver, prêter attention aux autres et se serrer les coudes, pour bien vivre ensemble.

La remontada de l'année !



Elles ne lâchent jamais rien !
En Nationale 3, les basketteuses de l'ASPTT Nancy Tomblaine affrontaient cet après-midi la SIG de Strasbourg et ça a été dur, dur...
Les tomblainoises nous ont habitués depuis longtemps à entrer dans leurs matches en mode diesel... et une fois de plus, il a fallu attendre la quatrième minute pour voir leur premier panier réussi.
Les strasbourgeoises jouaient très bien le coup et enfilaient les tirs à trois points, profitant des faiblesses de la défense adverse.
Les Nancéo-tomblainoises étaient ainsi menées pendant la majeure partie de ce match âpre et disputé des deux côtés.
Au début du quatrième quart-temps, les plus optimistes avaient du mal à y croire, les strasbourgeoises menant de ... 14 points !