Culture

Pierre Desproges

"Un jour, j'irai vivre en Théorie...
Parce que en Théorie, tout se passe bien."
Pierre Desproges.

Un moment d'exception.

Samedi soir, au Théâtre de la Source à Tomblaine l'école de théâtre de Metz EMARI présentait "Monsieur Fugue ou le mal de terre".
Les spectateurs étaient venus nombreux, bien que la presse locale n'ait annoncé ce spectacle que par un petit article de 4 cm sur 3, tout en trouvant le moyen de se tromper et d'annoncer un autre lieu pour ce spectacle (!) 
D'ailleurs, la presse elle-même n'a pas trouvé le lieu, puisqu'on ne l'a pas vue ce soir-là...
Ceux qui sont venus l'ont donc bien mérité. Ce très beau texte de Liliane Atlan (recommandé par l'Education Nationale), inspiré d'une histoire vraie, est porté superbement par des comédiens mis en scène par Julien Daroles.
Parmi ces comédiens, quatre ados au talent plus que naissant. C'est un travail remarquable sur un texte bouleversant. 
Le ghetto de Varsovie, des enfants qui se sont terrés pendant des mois dans les égouts finissent par se faire piéger par les nazis.Ils sont déportés vers Bourg-Pourri, la vallée de la mort. Un soldat allemand refuse de participer à ça, il partage leur voyage en camion et tente de les accompagner par le rêve et l'imaginaire  en leur racontant des histoires... 


Beau reportage de France 3 pour l'arrivée de la Girafe

Un beau reportage sur France 3 au sujet de l'arrivée de la Girafe à 
Tomblaine.


Seul l'Est Républicain absent pour cette arrivée très populaire trouve 
encore à ajouter des commentaires malsains...

Cela n'est pas grave, puisque vous trouvez toute l'actualité de 
Tomblaine (la vraie) sur nos réseaux sociaux.

"Monsieur Fugue ou le Mal de terre"

Vous ne pouvez pas être au courant si vous lisez la presse locale car il aurait été difficile de faire plus ridiculement petit pour annoncer ce très beau spectacle.

Je vous recommande « Monsieur Fugue et le Mal de terre » de Liliane Atlan qui sera joué par l’école de théâtre de Metz EMARI samedi 30 septembre 2017 à 20h au théâtre de la Source de Tomblaine. Très beau texte autour de la Shoah inspiré d’une histoire vraie.

Entrée 5 euros. Il est prudent de réserver à l’espace Jean Jaurès 03 83 33 27 50

Gosh dans Culturebox

Bel article sur Gosh dans Culturebox le magazine de France Télévisions :

ICI



Gosh, le nouveau souffle reggae de la chanson française

Par Stéphanie Loeb @Culturebox

Publié le 18/09/2017 à 09H58

Gosh et une image de son clip "ça me saoule". 

Gosh et une image de son clip "ça me saoule". 

 © Capture d'écran France 3 Lorraine

Chanteur depuis plusieurs années sous le nom d'Hugo F., le jeune auteur-compositeur-interprète originaire de Lorraine sort son premier EP 5 titres chez Wagram. Désormais, il s'appelle Gosh et son premier titre, "ça me saoule", a dépassé le million de vues sur le web. Textes drôles et pertinents, mélodies aux tonalités reggae, le jeune artiste de 26 ans poursuit son aventure musicale en beauté.

Reportage : A. Chery / S. Peev / E. Targe
 
 
Gosh
 
 
 

A Tromblaine, petite commune de 8500 habitants près de Nancy, tout le monde connaît Hugo Féron. Et pour cause : il est le fils du député-maire socialiste de la ville, Hervé Féron. Le démon de la musique l'a pris tout petit : le piano, d'abord, puis la guitare. Qui aurait pensé que le jeune lorrain finirait par signer un album chez une grande maison parisienne ? En fait, il a pris son temps.

Gosh et ses musiciens. 

Gosh et ses musiciens. 

 © Capture d'écran France 3 Lorraine

Hugo Féron alias Hugo F. alias Gosh 

Pendant plusieurs années, il s'est produit sous le nom d'Hugo F. Rencontrée lors d'une tournée, Nicoletta l'a pris sous son aile et lui a proposé d'assurer ses premières parties, notamment au Bataclan. Outre un duo avec Manu Dibango, le jeune chanteur peut également s'enorgueillir d'avoir foulé à deux reprises la scène de l'Olympia : en première partie de Gérald Dahan (mai 2015) et lors du gala pour l'Association de recherche sur Alzheimer organisé par Pierre Souchon (février 2016).  

Plus d'un million de vues sur internet

Désormais, Hugo s'appelle Gosh : c'est le surnom que lui donnent ses copains et le nom que sa maison de disques a retenu. Sorti en mars dernier, son premier single, "ça me saoule" a cartonné sur Youtube avec plus d'un million de vues. Le clip est signé Olivier Bourdon, le fils de l'ex-Inconnu Didier Bourdon. Le jeune homme y détaille tout ce qui l'ennuie dans la vie : la télé-réalité (qui lui "donne la nausée"), les faux-culs, les faux-jetons, les critiques, la censure... Bref, une critique en règle de la société, mais qu'il veut constructive : "On dénonce mais on fait des propositions aussi. C'est ce qui m'intéresse, parce que si je ne faisais que dénoncer, c'est facile. Il faut proposer, même quand on est jeune" confie Gosh. 

Pour l'heure, le jeune lorrain n'a pas encore cédé à l'appel des sirènes de la capitale et poursuit sa vie paisible sur le berges de la Meurthe, dans la banlieue de Nancy. Fan de Bob Marley, Ray Charles, Brel et Brassens, il reconnaît que ses influences datent du siècle dernier. Mais compte bien "apporter un nouveau souffle" à la chanson française. Le pari ambitieux d'un artiste à suivre.

 

 

 

En prise directe

  flux RSS

         Facebook

  Twitter

  Dailymotion

En images

Hervé Féron avec Najat Vallaud-Belkacem
et la réalisatrice yéménite, Khadija Al-Salami

En vidéo

Intervention d'Hervé Féron en Séance Publique pour les victimes de la répression
de la Commune de Paris

Nombre de Visiteurs

Affiche le nombre de clics des articles : 
2397641

`

Copyright © 2011 Hervé Féron.Tous droits réservés.Template hervé féron

Propulsé par un logiciel libre sous licence GNU/GPL