Le stade Marcel Picot à Tomblaine plus accueillant.

En 2002, le Grand Nancy avait déposé un permis de construire pour des travaux de rénovation importants au Stade Marcel Picot. Dans ce permis de construire étaient prévus également des aménagements fonctionnels et esthétiques sur les extérieurs : des clôtures, un parvis qualitatif pour le différencier du trottoir devant les entrées principales,...


Mais surprise, lorsque les travaux ont été terminés, ces éléments qualitatifs extérieurs n'avaient pas été pris en compte. J'avais pourtant posé la question au Président du Grand Nancy par écrit, puis oralement en Conseil de Communauté Urbaine. Mais j'avais été remballé, comme toujours, le Président avait même précisé à l'époque que ces travaux avaient coûté suffisamment cher... L'engagement pris dans le cadre de ce permis de construire n'avait donc pas été tenu une fois de plus. L'avis du maire de la commune concernée n'était pas pris en considération comme d'habitude. . Et comme toujours la presse locale n'en avait pas dit un mot...
La vérité, c'est que les promesses prises à travers ce permis de construire prévoyait un traitement qualitatif, estimé ensuite par ces gens-là, trop beau pour Tomblaine.
Comme je ne voulais pas m'engager dans un nouveau combat inutile et bloquer la situation, j'avais accepté de signer le Certificat de Conformité pour ce permis, bien qu'il ne soit pas complètement finalisé.

Depuis 2002, je n'ai eu cesse de demander que les abords du stade soient améliorés. Il fallait démonter ces affreuses cahutes rouges qui ne servaient plus depuis longtemps au club et qui étaient source d'insécurité. Les horribles grilles donnaient l'impression de parquer les spectateurs comme dans un univers carcéral. Les soirs de matches, elles n'étaient pas un gage de sécurité, mais au contraire leur aspect inhospitalier participaient à créer un climat de tension. Le reste de la semaine, ces grilles servaient surtout à retenir les papiers et ordures diverses qui volaient au vent et venaient s'agglutiner à leur pied... Bonjour tristesse.

Je n'ai jamais cessé de demander ces aménagements qualitatifs, car je pense qu'un stade doit être un cadre apaisé et apaisant. Sans être entendu. L'ASNL exprimait également les mêmes demandes.

... Et voilà que quinze ans plus tard, le Président du Grand Nancy a entendu ma demande (peut-être pour s'assurer que le maire de Tomblaine faciliterait les travaux dus au changement de la pelouse, travaux qui ont généré tout l'été des nuisances subies par les riverains Tomblainois...). 
Les services du Grand Nancy ont très bien travaillé dans un temps record aussi contraint que l'enveloppe financière. Le projet a été concerté avec le club et les services de police pour apporter plus de sécurité à l'accueil des supporters nancéiens, comme des supporters des clubs visiteurs.



Et cette fois-ci, je dois reconnaître que j'ai été complètement associé au projet et au choix de la nouvelle clôture. Le résultat est celui que j'avais souhaité : des panneaux gris-blancs, métalliques pour la sécurité, disposés avec des claires-voies. Chacun de ces panneaux est perforé de multiples petits trous représentant en motif le Chardon Lorrain, emblème de la Lorraine et aussi de l'AS Nancy-Lorraine. Les cahutes rouges, moches et inutiles ont disparu. Cela vaut le coup d'être persévérant !



Devant l'entrée 2 du stade, ce n'est pas le traitement qualitatif qui avait été annoncé en 2002, mais ils ont réussi tout de même à réaliser dans la petite enveloppe financière un enrobé bitumeux rouge qui marque l'entrée de façon plus esthétique...


Les grilles de la rue Jean Moulin sont donc déjà oubliées, et c'est heureux sur une rue aussi passante qui mène à la cité scolaire fréquentée quotidiennement par 3000 élèves... Mais, n'oublions pas que le Président du Grand Nancy a accepté ces travaux en 2017 pour la rue Jean Moulin seulement, en annonçant que les grilles de la rue Louis Barthou seraient, elles, remplacées en 2018. 



 rue Louis Barthou : image misérabiliste

En attendant cela permet de faire la comparaison entre l'avant et l'après, mais espérons qu'il ne faudra pas attendre quinze ans de plus pour que la promesse soit tenue !

 

En prise directe

  flux RSS

         Facebook

  Twitter

  Dailymotion

En images

Hervé Féron avec Najat Vallaud-Belkacem
et la réalisatrice yéménite, Khadija Al-Salami

En vidéo

Intervention d'Hervé Féron en Séance Publique pour les victimes de la répression
de la Commune de Paris

Nombre de Visiteurs

Affiche le nombre de clics des articles : 
2496718

`

Copyright © 2011 Hervé Féron.Tous droits réservés.Template hervé féron

Propulsé par un logiciel libre sous licence GNU/GPL