Actualité

Nancy... laisse béton !

On me dit que l'Est Républicain aurait utilisé un article que j'ai écrit à propos de ce projet horrible de création d'un immeuble de 8 étages et de 27m de haut en plein centre ville de Nancy, ce journal citant même ses sources : ma page Facebook !
Sur le coup, j'étais très étonné que ma position soit relayée par un journal qui n'a jamais fait part de mes actions ou de mes interventions à l'Assemblée Nationale, qui n'a jamais repris le moindre de mes communiqués de presse, alors que j'étais député pendant 10 ans...
En même temps, je suis plutôt flatté de voir que ces journalistes viennent s'instruire régulièrement sur mon site ou sur ma page Facebook...
Mais, j'ai mieux compris les motivations de cet article de l'Est Républicain quand on m'a dit qu'il conclue en disant que je ne suis pas un élu de la Ville de Nancy... Est-ce à dire que je devrais me taire ?
Ce serait occulter le fait que je suis Conseiller Métropolitain et  Président du groupe d'opposition "La Gauche du Grand Nancy", alors que l'urbanisme est une compétence de la Métropole... J'ai été député de Nancy, et si tout cela ne suffit pas, les citoyens ont peut-être encore le droit de s'exprimer ?
On me dit encore que cet article  sous-titre "la gauche pas opposée à un immeuble"...
Tout le monde s'en fout ! On a besoin de réflexion, d'analyse, pas de polémiques fabriquées et inutiles...

D'ailleurs, même dans l'opposition à la ville de Nancy, je ne suis pas sûr que la gauche ne soit pas opposée à cet immeuble. Certains élus de gauche de Nancy expliquent très clairement sur les réseaux internet qu'ils trouvent l'actuelle galerie marchande très laide et qu'il faudrait la remplacer, allant jusqu'à faire des propositions que je partage, (comme des jardins suspendus ? Ou en tous cas de la végétalisation pour atténuer l'hyper-minéralisation de l'ex Place Thiers...). Mais ils ne souhaitent pas cet immeuble massif.

Et puis quand je constate que le jour où j'ai publié cet article sur mon site, il a été visité près de 5000 fois, quand je vois le nombre de fois où il a été liké ou partagé sur Facebook, je me dis que je ne dois pas être tout seul à partager cet avis et à souhaiter un référendum pour que les habitants du Grand Nancy puissent donner leur avis.
Hervé Féron.

Macron, fossoyeur des Communes et de l'Education Populaire.

(1ère partie : "En mission pour les banques").

Quand on est banquier chez Rotschild, on ne devient pas Président de la République par hasard. On  le prévoit, on l'organise, tout est forcément savamment programmé. On est l'envoyé des banques, défenseur de leurs seuls intérêts, on a intérêt personnel à les défendre, on est chargé de mission. Qui aurait la naïveté de penser que cela pourrait se passer autrement ?
Alors, on fait campagne sur une image déjà bling-bling à s'égosiller, à grands coups de meetings à hurler le rêve à vendre à poumons perdus. On fait croire aux pauvres qu'on va s'occuper d'eux...

On fait rêver sur le terrain du populisme labouré depuis des années par les médias démagos (pléonasme ?), sur le thème du jeunisme, du dégagisme,... Macron ne propose rien de nouveau. On nous dit qu'il serait moderne, mais être moderne ne signifie pas être dans le progrès. Dans "moderne", il y a "mode"... Et dans l'histoire, la mode a toujours été ce qui peut arriver de pire au peuple, la mode abrutit le Peuple et lui fait gober n'importe quoi. Mais voilà, à trop s'égosiller, on finit par avoir une voix de fausset...

Alors, n'y a-t-il pas urgence à ce que les médias, qui nous ont vendu le phénomène, qui l'ont porté (et qui continuent à le faire), se réveillent par devoir citoyen et qu'on nous apporte de vraies informations ?

Le candidat des banques se moque du peuple, il n'a qu'un objectif : se ranger au diktat de Merkel, auquel François Hollande n'avait déjà que trop fait allégeance : pour résorber le déficit de la France (réduire le déficit public annuel à 3% du PIB) et ainsi mieux rembourser les banques... Ces mêmes banques que le gouvernement Sarkozy a renfloué (toujours avec vos impôts) sans contreparties, lors de la crise de 2008 !
La boucle est bouclée...

L'Etat avait alors apporté sa garantie aux banques pour leur permettre d'emprunter sur les marchés, mais sans entrer au capital de ces banques (comme l'avait fait Barack Obama) ce qui lui aurait permis d'avoir la main sur les orientations financières, d'orienter le financement des banques sur le développement économique et la relance de l'activité, plutôt que de choisir la spéculation financière qui, elle, ne crée pas d'activté...

Savez-vous que l'ensemble de l'impôt sur le revenu (donc votre argent) suffit tout juste à payer les intérêts de la dette qui est un des premiers budgets de la nation ?

Quelle pourrait-être la solution qui permettrait d'améliorer les conditions de vie du Peuple ?

Dans un rapport publié en 2013 par le think tank Génération Libre, il était proposé un moratoire de trois ans sur les taux d'intérêts : il suffirait que le Parlement vote l'introduction de Cacs (clauses d'action collective) dans les contrats obligataires pour que le gouvernement puisse ouvrir les pourparlers avec les détenteurs d'obligations, dont la perte réelle ne devrait pas dépasser 10 %. Pour être efficace et avoir une chance d'être accepté par le marché, il va sans dire que ce moratoire devrait s'accompagner d'un choc de libéralisation sans précédent, selon la logique du «payer pour réformer» (rachat des rentes). La charge d'intérêt «économisée», soit environ 170 milliards d'euros, serait donc consacrée au financement des réformes structurelles qu'aucun gouvernement n'a été capable de mettre en œuvre depuis trente ans. C'est la recette classique qui si souvent fut mise en œuvre pour les pays en voie de développement par… le Club de Paris !

Emmanuel Macron, chargé de mission des banques, infiltré dans le gouvernement Hollande-Valls, ministre de l'économie, porte largement sa part de responsabilités passées, aujourd'hui il les renie, mais il ne change pas de cap.
Le rêve est d'ores et déjà terni. Pour financer l'effort national qu'Emmanuel Macron nous imposera pour mener à bien son projet, les Communes et l'Education Populaire sont les premières variables d'ajustement budgétaire.
A suivre...

MACRONIE

Le transfert de Neymar.

Bonjour d'Avignon.

Bonjour d'Avignon
... d'où j'adresse cette petite carte postale à Emannuel Macron...

Hervé Féron.

 

 

En prise directe

  flux RSS

         Facebook

  Twitter

  Dailymotion

En images

Hervé Féron avec Najat Vallaud-Belkacem
et la réalisatrice yéménite, Khadija Al-Salami

En vidéo

Intervention d'Hervé Féron en Séance Publique pour les victimes de la répression
de la Commune de Paris

Nombre de Visiteurs

Affiche le nombre de clics des articles : 
2346072

`

Copyright © 2011 Hervé Féron.Tous droits réservés.Template hervé féron

Propulsé par un logiciel libre sous licence GNU/GPL