Actualité

Avis de recherche.



Toute violence est condamnable. Celui qui jette un pavé sur un policier ne peut ignorer qu'il est en train d'essayer de tuer. Casser les biens publics ou privés est inadmissible. La terreur ainsi instituée est assimilable à des actes de terrorisme.
Empêcher les commerces de fonctionner porte préjudice aux petits commerçants, et aux employés des plus grands commerces.
La voiture de cette députée LREM en Dordogne brûlée est inadmissible.
Bien sûr, il faut combattre et punir sévèrement les casseurs et les infiltrés de toutes sortes qui ont détourné le mouvement des gilets jaunes. 

Mais après, il reste quoi ? Un peuple en colère, en gilets jaunes ou non, un peuple divisé. Macron est le Président de toutes les fractures. Triste bilan au bout de 18 mois !

Car la première violence c'est celle qui est faite par les classes dominantes envers le peuple en colère. C'est parce qu'elles vont jusqu'au bout de leur mépris que la colère n'est toujours pas apaisée.
Que peut-on attendre de son intervention de ce soir ? C'est un menteur. Ses ministres ont déjà annoncé que rien ne bougerait. Il va juste annoncer l'accélération de ses réformes injustes et inégalitaires.
Si vous avez bien entendu les demandes des gilets jaunes, écoutez Macron ce soir et comparez les propositions... Le peuple ne demande pas la charité, il souhaite ne plus être accablé et voir son niveau de vie progresser. L'augmentation du SMIC est urgente, la baisse des taxes sur la consommation aussi.
Après s'être caché pendant 15 jours, Le petit président va donc faire un nouveau numéro télévisé. 
Dans le Grand Nancy, on avait cru entendre qu'André Rossinot avait rejoint Macron ? C'est bizarre, depuis quelques temps, il n'en parle plus. Mais là aussi on a la classe dominante qui écrase tout sur son passage... Politique glauque, dossiers opaques, argent public dilapidé... Dans un an et demi, il faudra gérer le lourd héritage... Quand est-ce qu'il s'en explique ? 

Si j'écris tout cela, c'est parce que, vous l'avez remarqué, sur le Grand Nancy, c'est l'omerta. Ces écrits restent pour que l'on se souvienne. Il faudra aussi que chacun assume ses positions et ses votes.
La plupart des élus locaux se terrent, ils ne font pas les malins, ils ne sont pas fiers, même ceux qui se prétendent soudain gilets jaunes (grotesque) ou qui vont (se) défiler avec "les amis de la terre", pour paraître...

Quand est-ce qu'une vraie gauche propositionnelle, à l'écoute du Peuple (et non de ses éternels militants de base )et pragmatique se reconstituera-t-elle sur le Grand Nancy ?

Et puis, avez-vous remarqué qu'on n'entend plus parler des députés En Marche ? Pour ceux qui ne s'en souviennent plus, ils s'appellent Carole Grandjean et Laurent Garcia. Macronistes de la dernière heure pour être élus, on ne les voyait déjà pas souvent à l'Assemblée, surtout au moment des votes (là où il faut être courageux...), on ne les voit même plus du tout. Où sont-ils ? Je suis inquiet, et si on lançait un avis de recherche ?