Actualité

Aux Actes Citoyens

Hervé Féron a lancé un super début de festival "Aux Actes Citoyens" avec Bertrand Masson, Mathieu Klein, Stéphane Hablot, Gérald Dahan, Véronique Colucci, et Stéphane Ferrara !!

 

 

Précision importante

Madame, Monsieur, Chers amis,

Vous êtes très nombreux à soutenir ma candidature aux élections législatives.

Ce matin, l’Est Républicain a publié une interview de Mathieu Klein dans laquelle il énumère tous les candidats socialistes qu’il soutient en Meurthe-et-Moselle. Il ne vous aura pas échappé que seul mon nom n’est pas cité.

À la première heure ce matin, Mathieu Klein m’adressait un sms pour me dire qu’il est désolé parce que, bien sûr, il a cité mon nom comme celui des autres candidats socialistes et bien sûr Mathieu Klein m’apporte tout son soutien. Il s’agit donc d’un oubli malencontreux de l’Est Républicain qui selon Mathieu devrait être corrigé demain.

Avec Mathieu Klein nous avons parfois des divergences d’idées mais nous avons toujours entretenu une parfaite solidarité et nous nous rejoignons toujours sur l’essentiel.

Cordialement,

 

Hervé Féron

La matinée du Député-Maire

À 8h ce matin, Hervé Féron était interviewé sur France Bleu Sud Lorraine. Il est revenu sur les résultats du premier tour des élections présidentielles et sur le rôle propositionnel et constructif qu’auront à jouer les Députés de gauche sous ce futur quinquennat afin de porter leurs idées, leurs valeurs et un projet cohérent et ambitieux pour le pays. Il a appelé à nouveau à voter pour Emmanuel Macron, sans toutefois lui accorder un blanc-seing.

Cliquez sur ce lien pour écouter le podcast de l'interview

***

 

À 10h, le Député est allé au lycée Marie Marvingt de Tomblaine pour présenter le rôle et le travail d’un élu local, comme Maire et comme Député. Cette intervention s’est déroulée dans le cadre des tables de la citoyenneté organisées par les élèves de 1ère Commerce du lycée.

Précision importante :

Je suis étonné de voir un article titré « Parti Socialiste : la grande division » au dessus de ma photo dans l’Est Républicain d’aujourd’hui. L’article qui suit parle de « PS qui se déchire », « plusieurs lignes de fractures (entre Bertrand Masson et Mathieu Klein, Hervé Féron) », … Pour ma part, je n’ai évoqué aucune fracture et je n’ai absolument pas parlé des divisions du Parti Socialiste. Au contraire, à la question du journaliste qui me demandait : « Que pensez-vous de ceux qui demandent la démission des socialistes qui ont soutenu Emmanuel Macron pour le 1er tour ? » j’ai répondu : « Je pense que nous n’avons pas les moyens aujourd’hui de régler les comptes, l’heure est plus que jamais à se serrer les coudes ».

Après, chacun aura l’attitude qu’il souhaitera pour ce deuxième tour, pour ma part, c’est clair, j’appelle à voter Emmanuel Macron pour faire barrage au Front national. C’est d’ailleurs le sens de l’appel de dimanche soir de Benoît Hamon. Mais je reste solidaire de mes camarades socialistes et bien évidemment du Secrétaire Fédéral, Bertrand Masson.  

Hervé Féron
Maire de Tomblaine
Député de Meurthe-et-Moselle

Résistons !

Par ces quelques mots, je souhaite adresser mes condoléances et m’associer à la douleur de la famille et des collègues du policier assassiné, hier soir, sur les Champs Élysées, mais aussi apporter mon soutien aux policiers blessés et à leurs familles. La République est touchée en son sein et plusieurs de ses symboles ont été attaqués, en premier lieu sa Police. Garante de la sécurité et de la Loi sur le territoire, la Police est aujourd’hui la cible des terroristes, ces femmes et ces hommes qui sont, tous les jours, au service de la République nous défendent au péril de leur vie. Je leur apporte tout mon soutien et toute mon estime pour leur dévouement et leur travail au service de la France. La démocratie ensuite, pilier inaliénable et indispensable de notre République, valeur universelle qu’il nous faut défendre, chérir et protéger à tout prix.

Perpétrer cet attentat à deux jours des élections présidentielles est un message mortifère qui cherche à nous effrayer, à faire disjoncter notre processus démocratique. Il ne faut pourtant rien céder à la peur, allons voter, comme preuve que nous ne nous laisserons pas intimider, que ces criminels ne contrôlerons pas nos votes, que notre démocratie ne sera pas sensible à leurs injonctions, résistons !

Il ne faut pas non plus céder aux sirènes ultra-sécuritaires et aux mesures hâtives et irréfléchies qui ne répondent pas aux problèmes. Attention à ne pas se tromper de constat et à ne pas se laisser tenter par des mesures inapplicables et inconséquentes. Je pense qu’il est nécessaire et indispensable de remettre le service public au centre de ces problématiques : augmenter les moyens de la Police, créer 5 000 postes de policiers et de gendarmes et remplacer tous les départs à la retraite, renforcer les renseignements territoriaux et augmenter les moyens de la Justice et des services pénitenciers. Nous ne trouverons pas de solutions en diminuant les effectifs et les moyens de ceux qui sont garants de notre sécurité. Il faut, au contraire, les aider, les accompagner aux mieux dans leurs tâches et rétablir une confiance, un contact et un lien sur le terrain. Cela devrait redevenir le rôle de la police de proximité, des patrouilles pédestres et des renseignements territoriaux, qui doivent voir leurs moyens augmenter. Je pense qu’il faut mettre en place un coordinateur national des renseignements et renforcer les moyens de l’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information (ANSSI) afin que cet aspect essentiel de la lutte contre le terrorisme, nerf de la guerre, soit le plus réactif possible et que l’ensemble des actions se conjuguent parfaitement. Il n’y a aucune efficacité à aligner des mesures inapplicables, notre force se trouve dans la coordination, la réactivité, la fermeté de nos mesures de sécurité ainsi que dans le soutien de tout notre pays à notre Police nationale.

Ne cédons pas aux injonctions de ces criminels, portons fièrement et faisons vivre tous les jours notre démocratie, chacun avec nos convictions. Pour citer le poète Tennyson « Nous sommes ce que nous sommes. Un seul tempérament de cœurs héroïques, affaiblis par le temps et le destin, mais fort dans sa volonté de lutter, de chercher, de trouver, et de ne pas céder ».

Hervé Féron
Député de Meurthe-et-Moselle
Maire de Tomblaine

Le clip de Gosh "ça m'saoule" est sorti !

Le clip de Gosh est sorti !
Faites tourner !
 

Funérailles Républicaines : Retour sur la Proposition de Loi d'Hervé Féron

Jean-Claude Couturier, Président de l'Association crématiste de Lorraine, revient sur la Proposition de Loi d'Hervé Féron, qui a récemment été votée à l'Assemblée nationale, instituant des obsèques laïques et républicaines :

Nouveaux dispositifs concernant la délivrance des Cartes Nationales d'Identité

Le 27 décembre 2016, Hervé Féron a posé une Question Écrite au Ministre de l’Intérieur, qui n’a toujours pas obtenu réponse, dans laquelle il s’inquiétait de la portée de l’article 19 du décret n°2016-1460 du 28 octobre 2016, qui va mettre fin à la délivrance des Cartes Nationales d’Identité (CNI) par de nombreuses Mairies, non-équipées du dispositif de recueil (DR). Ainsi, aujourd’hui, seules 2 000 Mairies pourront délivrer les nouvelles CNI, les autres étant dépossédées de cette prérogative qui était pourtant un moyen de lier des liens avec certains citoyens qui ne se déplacent que peu à la Mairie. Cette nouvelle mesure n’apporte rien, elle pourra même avoir de lourdes conséquences en créant des fractures territoriales entre les communes et leurs habitants, en particulier ceux qui ne peuvent se déplacer aisément. Par ailleurs, les 2 000 Mairies ayant des dispositifs de recueil se voient chargées d’un surcroît de travail important, sans moyen d’y pallier. Hervé Féron déplore que le Ministre n’ait pas encore daigné lui répondre et surtout que, encore une fois, on privilégie les économies sur les services rendus aux citoyens.

Invitation à méditer ...

Un appel international, cosigné par Hervé Féron, publié dans le journal le Monde

Hervé Féron a cosigné un appel international, publié aujourd’hui dans le Monde, « Pour la fin de l’impunité pour les génocidaires et leurs complices » qui ont pris part au génocide contre les Tutsis au Rwanda en 1994. Plusieurs « hauts génocidaires » vivent actuellement en Europe et en particulier en France, sans être inquiétés par la Justice. Cette impunité, alors que ces personnes sont aujourd’hui condamnées par contumace au Rwanda, est un frein à l’exercice de la Justice et donc à la consolidation de l’État de droit dans ce pays et à la construction d’un avenir sain et apaisé.

Vous trouverez, en cliquant sur ce lien, cette tribune publiée sur Le Monde.

Rumeurs...

Il y a bien longtemps que j’ai décidé de ne plus commenter les « erreurs » de la presse me concernant … mais parfois il faut juste rétablir très clairement quelques vérités, sinon (et c’est un comble) on me reproche d’avoir laissé passer de fausses informations. J’ai pu lire, dimanche, dans l’Est Républicain, à propos des sénatoriales, que « le nom d’Hervé Féron, Député sortant de la 2ème circonscription de Meurthe-et-Moselle, avait été cité parmi les potentiels candidats ». Je ne sais pas d’où ce journaliste  a tiré cela, mon nom n‘a jamais été cité pour les sénatoriales, je ne me suis jamais déclaré auprès de qui que ce soit, je n’ai jamais eu l’idée d’être candidat aux sénatoriales et personne, à ma connaissance, n’en a parlé.

L’article continue : « l’intéressé choisit finalement de se représenter aux législatives. En position de favori, compte tenu des divisions qui s’annoncent à droite. Mais sans certitudes cependant de l’emporter. Une réorientation sénatoriale n’est donc pas à exclure. »

C’est ce qui s’appelle insister lourdement. Je ne choisis pas de me représenter aux législatives par défaut, il est probable que je sois en position de favori mais cela n’est pas dû aux divisions qui s’annoncent à droite. Je base la pertinence de ma candidature sur le fait que j’ai beaucoup travaillé pendant ce mandat, j’ai été très actif à l’Assemblée comme en circonscription, en lien permanent avec les citoyens et les associations sur l’ensemble du territoire, répondant à toutes les interpellations. J’ai été très actif en Commission des Affaires culturelles et de l’Éducation, je suis 23ème Député sur 577 pour ce qui concerne les interpellations par Questions Écrites auprès des Ministres. Bref, j’ai fait le travail. Mais c’est vrai qu’apparemment, le journaliste qui écrit cela a du mal à le reconnaître, en tout les cas, il n’a pas dit un mot de mon activité pendant tout le mandat. Alors bien sûr, on est jamais sûr de gagner, mais ce sont les mêmes observateurs qui m’ont toujours annoncé perdant, lors de toutes les élections auxquelles je me suis présenté. Regardez les résultats et cherchez l’erreur. Je suis candidat aux élections législatives de la 2ème circonscription de Meurthe-et-Moselle et j’ai l’intention de gagner pour continuer à servir l’intérêt général. Une réorientation sénatoriale est donc à exclure.

Hervé Féron

C'est le grand jour

Les pronos d'Hervé Féron

Retrouvez, dans l'Est Républicain d'aujourd'hui, les pronostics d'Hervé Féron pour les matchs de Ligue 1 de ce week-end :

Pinocchio rejoint Macron

Ce n’est pas beau de mentir. Les enfants savent que quand Pinocchio disait des mensonges son nez s’allongeait et, l’autre jour, j’ai vu à la télévision le nez de François Bayrou s’allonger démesurément. Il n’y a  pas si longtemps, il vilipendait Emmanuel Macron, pour ce qu’il est personnellement, comme pour son projet. Et voilà qu’il annonce, soudainement, une alliance avec Macron. Quelle mouche l’a piqué pour qu’il soit pris soudain d’un macronite aigue ? Manifestement, il en a bafouillé son latin. Je me suis repassé en boucle l’enregistrement de ses explications télévisées et je n’ai rien compris. Sinon qu’il y a là, de toute évidence, une recherche d’intérêt personnel. Chacun sait qu’il a tenté de négocier un poste de Premier ministre, personne n’est dupe. Encore un coup d’éclat qui ne va pas grandir la classe politique.

Ce qu’il faut savoir, c’est que j’étais Député de 2007 à 2012, en même temps que François Bayrou. Je ne l’ai quasiment jamais vu siéger. Dans son grand souci de préserver les dépenses publiques, il s’est employé à user le moins possible son siège à l’Assemblée nationale. Que ce soit ses présences ou ses interventions en commissions ou dans l’hémicycle, elles sont, sur 5 ans, quasiment nulles. Ce n’est pas une simple affirmation de ma part, c’est très facile à vérifier. Par contre, tous les 5 ans, à l’époque de la présidentielle, François Bayrou nous revient, qui lave plus blanc que blanc, grand donneur de leçon.

La vérité c’est qu’il ne pèse quasiment plus rien, que le score qu’il a fait à la dernière présidentielle l’a un petit peu refroidi et qu’il sait très bien que, seul, il n’a aucune chance de dépasser les 5% des votes. La vérité c’est aussi, qu’à l’Assemblée nationale, les centristes qui se prévalent encore de François Bayrou ne sont pas légion. La vérité c’est encore, que dans les intentions de vote des électeurs, ceux qui pourraient peut être encore prêter l’oreille aux consignes de François Bayrou, pensaient depuis longtemps qu’il était cuit et avaient certainement déjà fait leur choix. En conclusion, ce ralliement négocié ne changera pas grand-chose au score d’Emmanuel Macron.

Quant aux sondages, il serait temps que l’on retrouve un peu la raison dans ce pays. Bien évidemment, comme tout le monde, je redoute le score du Front National, mais, il faut savoir que le Front National fait des bons scores quand il y a une forte abstention comme par exemple lors des élections départementales et régionales. La présidentielle, reste une élection mobilisatrice et, proportionnellement, on peut espérer que les choses se passent différemment que ce qu’on nous annonce.

Le dernier sondage commandé par BFM TV nous indique que 40% des sondés ne savent pas encore quel sera leur choix. Déjà cela relativise les pronostics. Mais on peut être sûr que dans les 60% qui s’expriment, on trouve largement les mécontents qui ne se déplaceront pas pour aller voter aux urnes mais qui expriment leur mécontentement face aux sondeurs en annonçant un vote extrême.

Je crois plus que jamais que les sondeurs se trompent et c’est une raison pour motiver tous les progressistes, tous les républicains, pour militer, pour rassembler, pour rappeler au devoir de citoyenneté, pour redonner espoir.

Pour ce qui me concerne, c’est clair, c’est Benoît Hamon.

 

Hervé Féron

 

En prise directe

  flux RSS

         Facebook

  Twitter

  Dailymotion

En images

Hervé Féron avec Najat Vallaud-Belkacem
et la réalisatrice yéménite, Khadija Al-Salami

En vidéo

Intervention d'Hervé Féron en Séance Publique pour les victimes de la répression
de la Commune de Paris

Nombre de Visiteurs

Affiche le nombre de clics des articles : 
2138287

`

Copyright © 2011 Hervé Féron.Tous droits réservés.Template hervé féron

Propulsé par un logiciel libre sous licence GNU/GPL