Le Grand Nancy Thermal en eaux troubles ?



J'aimerais que le plus grand nombre possible d'habitants des 20 Communes du Grand Nancy puissent prendre connaissance de ce que je leur écris aujourd'hui. Car il semble évident que le projet de thermalisme de la Métropole du grand Nancy nage en eaux troubles et ce sont tous ces habitants à qui je m'adresse aujourd'hui qui seront lésés.

Sachez d'abord que pour la délibération du 7 juillet dernier, visant à attribuer la délégation de service public à Valvital, seuls trois élus de la Métropole ont eu le courage (malgré les pressions) de voter contre : Annie Lévi-Ciferman (Vandoeuvre), Hinde Magada (Tomblaine) et moi-même. Deux élus se sont abstenus : Pascal Jacquemin (Villers) et Stéphanie Gruet (Malzéville). Tous les autres, de droite comme de gauche, se sont couchés devant André Rossinot et ont voté pour ce projet, alors que je les informais du caractère toxique de cette décision et qu'ils n'ont rien voulu entendre.

Sachez aussi que depuis début septembre, trois élus de la Métropole : Annie Lévi-Ciferman, Stéphanie Gruet et moi-même, une Conseillère municipale de Nancy Françoise Hervé et le collectif de citoyens "le bien commun" ont déposé un recours gracieux auprès d'André Rossinot pour l'enjoindre de ne pas signer ce contrat ruineux pour la collectivité...

Depuis, André Rossinot a répondu qu'il signerait de toutes façons ce contrat, les pressions de tous ordres ont continué, et il a multiplié les actions de propagande, utilisant ses réseaux habituels, mais aussi l'argent public (jusque dans le journal interne adressé aux employés de la Métropole) pour tenter de persuader l'opinion publique que ce projet serait très attractif... Tout cela sans jamais répondre à nos questions.

Et si les citoyens que vous êtes interpellaient chacun leur maire ou leur Conseiller métropolitain (de gauche comme de droite) pour lui demander pourquoi il a voté ça et surtout pourquoi il ne dit pas publiquement qu'il a été trompé ? 
Le système Rossinot est, au quotidien, à l'image d'un rouleau compresseur, ces élus sont victimes de pressions continuelles : s'ils ne baissent pas la tête, ils ne verront pas les projets sur leurs propres Communes aboutir, ils seront ainsi punis... 
Et puis, la quasi totalité de ces élus n'ont pas lu les documents (nombreux et complexes) annexés à la délibération, il faut donc constater que cette délibération était particulièrement trompeuse. Mais il y a aussi parfois des élus à droite comme à gauche qui en font un peu trop dans la docilité et l'asservissement et qui se rendent ainsi complices.

NOUS SOMMES POUR UN BEAU PROJET THERMAL À NANCY !

... Mais pas celui-là. Il est trop coûteux, il capte trop d'argent public au profit du délégataire privé, il détourne l'usage populaire au profit d'un usage privé, il ignore l'histoire, le patrimoine, l'urbanisme de ce quartier. En réalité c'est un projet immobilier offert sur un plateau doré à Bouygues, sous prétexte d'un aquadrome thermal de luxe réservé...

Il est possible de faire beaucoup mieux pour beaucoup moins cher !

Les questions que vous pouvez poser à vos élus :

- Quels sont les liens entre André Rossinot et Bouygues (car Bouygues est membre du groupement Valvital) pour que ces marchés soient attribués à Valvital, alors qu'ils sont les plus chers ? Quels sont les liens avec cet avocat, maître Cabanes, avocat parisien à la fois de la Métropole du Grand Nancy et de Bouygues dans cette affaire ? Y a-t-il appels d'offres, comme la Loi le prévoit, chaque fois qu'un avocat est recruté par le Grand Nancy, ce qui est le cas fréquemment pour cet 
avocat ?
Quel est le montant des honoraires de cet avocat dans ce dossier ? Les élus n'auraient-ils pas le droit d'information sur tous ces sujets ?

- Comment explique-t-on qu'en septembre 2011 la société Valvital s'est installée à l'adresse : Piscine Ronde Nancy Thermal 43, rue du sergent Blandan  à Nancy (informations trouvées sur leur propre site), alors que le marché, suite à l'appel d'offre pour l'exploitation d'un établissement thermal dans le cadre d'une étude clinique à Nancy, n'a été attribué ... à Valvital (!) que le 30 novembre 2011 et publié le 8 décembre, soit 3 mois plus tard !

- L'Est Républicain a publié les résultats de leur enquête :