Le Conseil de Métropole, c’est de l’enfumage.


Ce mandat pour l’exécutif de la Métropole du Grand Nancy aura été catastrophique jusqu’au bout et à tous points de vue. Le Conseil de Métropole n’est plus qu’un simulacre de démocratie pour notables essoufflés. Il ne sert à rien, le seul moyen de résister pour les citoyens est de s’organiser pour les municipales de mars 2020, en tirant toutes les leçons à partir de l’observation attentive de l’attitude des élus actuels...
Et voilà qu’ils nous rebalancent une délibération visant à confirmer l’intérêt général du projet de Tram, préalablement à la déclaration d’utilité publique... Il faut remarquer qu’en affirmant l’intérêt général, on exclue complètement l’hypothèse d’intérêts particuliers. Oui, quand des élus sont trop lâches pour prendre position, parce qu’ils veulent préserver leur bonne place et par petits calculs politiques, cela s’appelle de l’intérêt particulier... 
Et quand on affirme pendant des mois que la montée du tram par l’avenue du Général Leclerc à Vandoeuvre est techniquement impossible, alors que c’est faux, puis qu’on reconnaît finalement que c’est possible, mais qu’on exclue de travailler sérieusement sur cette hypothèse, on peut se demander si les attributaires du marché ne sont pas déjà identifiés avant même délibération du Conseil de Métropole (ce n’est pas extrapoler, on a déjà vu ce film avec le Grand Nancy Thermal) et là on peut légitimement se poser la question des intérêts privés ? Quand mettra-t-on ce genre de débat à l’ordre du jour du Conseil de Métropole... ou bien d’une Cour de justice ?

Vendredi au Conseil de Métropole, ils ont prévu cette délibération Sur le Tram et... le Débat d’Orientation Budgétaire !!! On croirait qu’ils le font exprès par provocation. Si on considère la délibération de début 2019, par laquelle ce Conseil de Métropole a validé les Autorisations de Programmes pour les années à venir, il est clairement démontré qu’en 2023, nous serons collectivement endettés à hauteur d’un milliard d’euros, grâce à la gestion d’A. Rossinot et de tout son exécutif.
Le coût du tram devrait avoisiner les 500 millions d’euros.

Première conclusion, nous n’avons pas les moyens de faire ce tram.
Deuxième conclusion ce Conseil de Métropole, c’est de l’enfumage.

La déclaration d’intérêt général est ou devrait être un exercice de démocratie, on peut remarquer que cet exécutif ne pratique la démocratie que lorsqu’elle est rendue obligatoire par la Loi, ce qui est le cas. Mais ces petits malins trouvent toujours le moyen de pervertir la Loi... En effet, affirmer que le tram est d’intérêt général, n’est pas démontrer.
- Il n’est pas dit que cette nécessité absolue est la résultante des décisions unilatérales de déplacer les entreprises et les universités vers Brabois pour une hyper-concentration avant même que d’avoir imaginé comment les gens se déplaceraient pour s’y rendre... Il est vrai que lorsqu’on bénéficie d’une voiture avec chauffeur, y compris pour ses déplacements personnels, on ne peut pas se rendre compte des difficultés quotidiennes de nos concitoyens... 
- Il n’est pas dit que plusieurs associations, et pas des moindres, se plaignent de ne pas avoir été entendues. Leurs remarques dans le cadre de l’enquête publique ont été balayées et le vice-président n’a pas daigné les recevoir. Selon la délibération qui reste floue sur la notion d’associations « reçues » ou « à recevoir », il n’a pas l’intention de les recevoir.
- Il n’est pas dit les objections ou propositions de ces associations exclues. L’association Devibra qui démontre que le passage dans le Val de Villers détruira une biodiversité très riche et impactera la faune comme la flore. Cette association explique que la nouvelle idée de remblai (dont on ne connait d’ailleurs pas la hauteur) aura un impact encore plus important que le viaduc sur le Jardin Botanique ! Elle rappelle que le projet prévoit toujours un autre viaduc près du château du Montet ! Le Collectif de défense des usagers des transports et de l’environnement, écarté lui aussi du débat, malgré sa contribution à l’enquête publique, conteste le tracé, le calendrier et les coûts ! Il continue à préconiser... une montée à Brabois par l’avenue du Général Leclerc sur deux voies réservées... J’avais fait une proposition un peu différente, mais assez proche. Et quid des interventions de Françoise Hervé qui a beaucoup travaillé sur ce sujet et qui a émis des propositions concrètes ? Comment peut-on rester sourd à tant de contestations et de mécontentement ?

Il parait évident qu’on ne peut pas avoir confiance en ce Conseil de Métropole où le débat reste structurellement insincère, du fait de son exécutif. 
Aujourd’hui, ce serait au représentant de l’Etat d’intervenir et de remettre de l’ordre et de la légalité dans ce grand cirque dont les citoyens sont et seront les victimes. Alors, il ne faut pas s’étonner que Rossinot et Hénart multiplient les courbettes et alliances en direction des macronistes et invitent Édouard Philippe et Jean-Michel Blanquer à un show convenu, inutile, coûteux, payé par l’argent public (à combien le déplacement en avion ?).  
Au Conseil Municipal de Nancy, Laurent Hénart dit que ce tram ce sera prendre une longueur d’avance, mais il omet de dire qu’il a largement participé à faire que nous avons déjà pris 50 longueurs de retard. Ces élus-là sont hasbeen ! 

La preuve, il reconnaît qu’il faudrait passer de 20.000 passagers à 65.000-70.000 ! Il serait temps de s’en préoccuper !
Quant à la Gauche... Bertrand Masson dit aujourd’hui ce que j’ai toujours dit, tant mieux. Et par exemple, il insinue qu’on pourrait faire des économies sur l’aménagement du Parc des Expositions ou encore en abandonnant le Grand Nancy Thermal (on croit rêver ! Il a voté pour !!!) Il faut lui reconnaître qu’il avait été un des rares à Gauche à ne pas être complice de la mascarade du Tram au Conseil de Métropole. 
Mathieu Klein reste dans un grand flou, posture inaudible et incompréhensible, étonnant. Comme s’il ne voulait pas reconnaître qu’il n’a pas été combatif quand il le fallait. Et finalement... Il vote pour ce projet  !!! Quand on sait que ce projet incohérent et impossible  du tram avait été voté aussi par les élus « de gauche » de Vandoeuvre (sauf Annie Lévi-Cyferman), on se dit que l’avenir ne passe pas par cette gauche de compromission et de calculs... à moins qu’un jour, ils se ressaisissent et se retrouvent sur de vraies valeurs, dans l’intérêt général ?
On peut toujours rêver.

 

En prise directe

  flux RSS

         Facebook

  Twitter

  Dailymotion

En images


Hervé Féron avec Najat Vallaud-Belkacem
et la réalisatrice yéménite, Khadija Al-Salami

 

 

En vidéo

Intervention d'Hervé Féron en Séance Publique pour les victimes de la répression
de la Commune de Paris

Nombre de Visiteurs

Affiche le nombre de clics des articles : 
4066564

`

Copyright © 2011 Hervé Féron.Tous droits réservés.Template hervé féron

Propulsé par un logiciel libre sous licence GNU/GPL