Hervé FERON

Françaises, Français, dormez-bien, on s'occupe de tout...

Chaque fois qu'une fronde, une révolte, une  révolution a fleuri, elle a été récupérée par la bourgeoisie réactionnaire que les injustices structurelles du système et du pouvoir en place arrangeaient bien finalement.
Je pense depuis longtemps que la création, l'imagination, le moindre acte culturel dans ce pays dérangent et, à ce titre sont mis à mal, empêchés et pour cela organisés, structurés, par le pouvoir en place.
Il y a la Culture Populaire et puis il y a les nantis de la Culture. La crise sanitaire, l'incompétence au grand jour de ce gouvernement, dont seule la médiocrité peut être qualifiée de cultivée, la vulgarité, l'inconstance, l'indécence de cette "sinistre de la culture" ont empêché les français de penser, ont interdit aux artistes de s'exprimer, ont terriblement décrété la distanciation sociale et culturelle.
Je pense à tous ces comédiens, ces musiciens, ces peintres, ces sculpteurs, ces spectateurs, anéantis, étouffés, stigmatisés non-essentiels, qui crèvent silencieusement...
Et quand je vois les querelles des "nantis de la Culture", autour de la cérémonie des Césars 2021, dont chacun sait depuis longtemps que derrière la bouffonnerie snobinarde, il reste toujours le moment essentiel qui permet de révéler, de consacrer, d'honorer des Truffaud, Audiard, Coluche, Adjani, Blier et tant d'autres...
Nécessaires, indispensables Césars, mais bouffonerie snobinarde quand même, qui ne laisse pas de place aux artisans du fait culturel...
Ou, quand je vois que des scènes nationales comme la Manufacture à Nancy sont occupées et médiatisées, comme si "ces gens-là" comme disait le grand Jacques, étaient des acteurs de la révolte !!! C'est une imposture mise en scène, si gentille qu'elle arrange bien le pouvoir. 
Les bobos se révoltent, dans ces lieux que le peuple ne fréquente pas, mais qui captent toutes les subventions des DRAC au détriment des compagnies théâtrales besogneuses et créatives, dans ces lieux où la culture est réservée à quelques-uns, où on invite le public, où le directeur, dont le salaire est de toutes façons garanti, produit ses propres mises en scène, puis il invitera, avec l'argent public,
la création d'un autre directeur de Centre Dramatique National, qui lui même l'invitera à son tour. La notion même d'économie circulaire est ainsi détournée... Le contraire de la Culture Populaire, c'est l'entre-soi.
Alors quand je vois que la révolution est en route avec ces bobos-là et montée en épingle par les médias, je suis partagé entre l'envie de partir dans un grand éclat de rire rablaisien ou le besoin de gerber... tout simplement.
Hervé Féron.

 

En prise directe

  flux RSS

         Facebook

  Twitter

  Dailymotion

En images


Hervé Féron avec Najat Vallaud-Belkacem
et la réalisatrice yéménite, Khadija Al-Salami

 

 

En vidéo

Intervention d'Hervé Féron en Séance Publique pour les victimes de la répression
de la Commune de Paris

Nombre de Visiteurs

Affiche le nombre de clics des articles : 
4654438

`

Copyright © 2011 Hervé Féron.Tous droits réservés.Template hervé féron

Propulsé par un logiciel libre sous licence GNU/GPL