Hervé FERON

Le Président ne fait que des coups de communication, le Président ne fait que mentir.

Le Président ne fait que des coups de communication,

le Président ne fait que mentir.

 

«Je veux,  dès la sixième de cette année, qu'on commence à avoir des élèves qui plantent des arbres», a déclaré le chef de l'État dans une interview sur la chaîne Youtube HugoDécrypte . Il a estimé que ce ne serait pas possible «pour l'intégralité des sixièmes» cette année, mais a souhaité qu'on ait à terme «cette génération où chaque collégien aura planté son arbre», pour «aider» à tenir l'objectif d'un milliard d'arbres plantés en dix ans.

Un milliard d’arbres en dix ans !

 

Le Président de la République n’a pas de honte :

 

-       Des annonces comme celles-ci sans discernement ne sont que des artifices de communication, dignes de Pinocchio (voir extrait d’un article ci-dessous).

 

-       Il ne dit pas que ce sont les collectivités publiques qui vont devoir payer ça, alors qu’il ne cesse de les ponctionner en baissant leurs dotations, en ne compensant pas, comme promis, la part de Taxe d’Habitation supprimée, en n’attribuant pas les aides qu’il annonce… En laissant les industriels distributeurs de gaz ou d’électricité se comporter comme des voyous et s’engraisser sans cesse, avec des prétextes fallacieux et la complicité du gouvernement Macron…

 

 

-       Un milliard d’arbres en dix ans ! Savez-vous que lorsque les collectivités investissent, elles paient la TVA perçue par l’Etat. Puis elles sont remboursées (d’une partie seulement) via ce qu’on appelle le FCTVA, Fond de Compensation de la TVA, cela se justifie parce qu’elles ont mission d’engager ces dépenses dans l’intérêt public… Et savez-vous que dans le cadre de la Loi de Finances pour 2023, il a été décidé que les collectivités ne sont plus éligibles au FCTVA … lorsqu’il s’agit d’acheter des arbres !!! Supprimer le remboursement de la TVA aux collectivités lorsqu’elles achètent des arbres à planter et dans le même temps annoncer glorieusement qu’il faudra que ces collectivités plantent un millier d d’arbres en 10 ans … je vous prie monsieur le Président de bien vouloir excuser ma trivialité, mais cela s’appelle du foutage de gueule. Je vous rappelle à un minimum de respect pour les Françaises et les Français.

-       Hervé Féron.

 

Extrait d’un article du Figaro (« sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur » Beaumarchais) :

 

Emmanuel Macron veut planter « 1 milliard d’arbres d’ici 2030 » pour faire face aux conséquences du réchauffement climatique. Une « politique du chiffre néfaste » : mieux vaut préserver les vieilles forêts.

La formule est séduisante. Elle a le mérite d’être simple, consensuelle et facilement mobilisable. Emmanuel Macron veut planter « 1 milliard d’arbres d’ici 2030 » pour faire face aux conséquences du réchauffement climatique en France. Soit 10 % de nos forêts. L’annonce a tout du spot publicitaire mais, au-delà de l’effet de communication, cette solution magique prônée par le gouvernement pose une multitude de questions. Elle détourne le débat autour des politiques forestières — alors que les effectifs de l’Office national des forêts (ONF) sont, en ce moment même, taillés à la hache — et traduit une méconnaissance du fonctionnement des écosystèmes.

« Le nombre d’arbres plantés est un très mauvais indicateur pour évaluer une politique forestière. On alimente une vision biaisée de la forêt », confirme Sylvain Angerand, coordinateur des campagnes à l’association Canopée. Comme l’expliquent de nombreux écologistes, une forêt, normalement, ne se plante pas. Elle croît et pousse par elle-même avec ses forces spontanées. Elle se régénère naturellement, en symbiose avec les êtres, la faune et la flore qui la compose.

Si certaines situations demandent une attention particulière et nécessitent parfois des plantations ponctuelles, pied par pied, pour enrichir la forêt ou faire face à des dégradations, on ne peut faire de cette pratique l’alpha et l’oméga d’une bonne gestion forestière. « Si on plante, c’est qu’on s’est planté »,entend-on souvent dans les bois.

« Une posture écopaternaliste » (…)

 

En prise directe

  flux RSS

         Facebook

  Twitter

  Dailymotion

En images


Hervé Féron avec Najat Vallaud-Belkacem
et la réalisatrice yéménite, Khadija Al-Salami

 

 

En vidéo

Intervention d'Hervé Féron en Séance Publique pour les victimes de la répression
de la Commune de Paris

Nombre de Visiteurs

Affiche le nombre de clics des articles : 
6585772

`

Copyright © 2011 Hervé Féron.Tous droits réservés.Template hervé féron

Propulsé par un logiciel libre sous licence GNU/GPL