Actualité

Rassemblement pour gagner en 2017

Le 28 août prochain aura lieu le Rassemblement de rentrée de Benoît Hamon dans le but de préparer ensemble les échéances de 2017 et de définir les solutions qui permettront de retrouver de l'espérance à gauche et dans notre pays. Je soutiens et je participe à cet événement qui aura lieu à la Salle de la Légion d'Honneur à Saint-Denis pour débattre, échanger et partager.


Un p'tit coin d' parapluie...

J'ai assisté au défilé du 14 juillet à Nancy comme chaque année. J'étais à côté de Monsieur le Préfet de Meurthe et Moselle. Il pleuvait, Nadine Morano m'a gentiment abrité sous son parapluie... Un instant de romantisme dans ce monde de brutes (lol).

 

Bravo pour ce beau défilé, plus que jamais, nous sommes fiers de nos militaires, de notre police, de nos pompiers.

Que de ferveur derrière les Bleus !

France-Suisse :

Ambiance à Tomblaine...

...et ambiance à Lille !

Hervé Féron a visité l'École Nationale Supérieure D'Architecture de Nancy

Créée en 1969, elle est parmi les vingt établissements français autorisés à délivrer le diplôme d'architecture d'État. Les thématiques contemporaines comme les matériaux, l'informatique, les processus collaboratifs, l'urbanisme et le patrimoine font partie de l’axe de recherche architecturale de cette école. 

En présence de Madame Aubry-Begin, présidente du Conseil d’administration, directrice CAUE 54, Monsieur Lorenzo Diez, directeur, architecte et urbaniste de l’Etat, président de la CRGEL, Madame Sophie Chabot, directrice Recherche et Métiers et de Claude Valentin, enseignant, directeur de HAHA Architecture, Hervé Féron a débattu de la place des architectes dans la société et plus particulièrement face aux Maires et aux particuliers.

La profession d’architecte a bien évolué depuis les Ecoles des Beaux-Arts d’avant 1968. Les enseignements ne sont plus uniquement techniques, ils sont diversifiés, entre sociologie, histoire de l’architecture et urbanisme. Les architectes ne construisent plus seulement des bâtiments : ils construisent l’environnement urbain, et finalement, le caractère des lieux qui nous entourent.

Rattachées au Ministère de la Culture et de la Communication, les écoles d'architectures ne dépendent pas du Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. A l’heure où le Président de la République a annoncé le redressement du budget de la recherche, il faut remarquer que les écoles d’architectures ne sont pas concernées par ces nouvelles dotations budgétaires...

 

Barbecue des Anciens

 

Pour cette deuxième édition, 150 personnes âgées se sont retrouvées autour d'un barbecue au Centre de Loisirs d'Art-sur-Meurthe, en présence du Député-Maire Hervé Féron.

Remerciements à tous les élus municipaux, les membres du Centre Communal d'Action Sociale et le personnel municipal qui ont contribué à la bonne organisation de ce repas convivial qui a remporté encore cette année un franc succès.

Le weekend du député.

Après la très belle fête organisée à Tomblaine à l'occasion de la remise de la médaille d'Officier de la Légion d'Honneur à Job Durupt, Hervé Féron a assisté à Vandoeuvre sur sa circonscription au très beau gala de danse organisé par la MJC Lorraine.

 

Un spectacle de haut niveau, plus de deux cents enfants mis en scène avec des décors graphiques projetés très originaux et réalisés par le club vidéo de la MJC. Ça, c'est de l'Education Populaire !

Le public venu très nombreux a apprécié la prestation en deux fois une heure, orchestrée par trois professeures passionnées, dynamiques, créatives : Manon pour la danse classique, Anne-Laure pour le break-dance et Éloïse pour la danse moderne.
Excellent !

Et puis ce dimanche, Hervé Féron participait à l'ouverture de la grande braderie "Jarville dans la rue", avec le Maire Jean-Pierre Hurpeau, le ruban a été coupé pour une journée espérée sans pluie jusqu'au bout...
En tous les cas, une belle manifestation avec la participation de l'association locale des commerçants et de l'association "Alliance" qui regroupe les commerçants non sédentaires.

Article de Latribune.fr qui fait référence à l'action d'Hervé Féron

Le crédit de plus en plus accessible aux seniors en France

Avec l’espérance de vie qui augmente, il y a de plus en plus de seniors qui aspirent à obtenir un crédit. Par chance, ceux-ci se débloquent de plus en plus facilement. Il faut dire qu'il est plus simple de faire confiance à des seniors, souvent propriétaires, qu'à des jeunes sans emploi ou en CDD (contrat à durée indéterminé).

Seulement 2% des demandes de crédit concernent les plus de 60 ans

Ils ne sont pas très nombreux en France à avoir besoin d'un crédit dès l'âge de la retraite, d'après des chiffres fournis récemment par Empruntis. Pourtant, les besoins peuvent être bien présents, comme pour aider leurs enfants, s'offrir un camping-car ou un second pied à terre en France ou à l'étranger. Ainsi, si les plus de 50 ans représentent pas moins de 15% des demandes, les plus de 60 ans ne représentent que 2%.  Récemment, le député Hervé Féron (groupe socialiste, républicain et citoyen), a demandé au gouvernement ce qui allait être mis en place afin de faciliter l'accès des seniors au crédit. Afin d'appuyer sa question, celui-ci mettait en avant la qualité de vie et l'espérance sans cesse grandissante, ce qui rend légitime une demande de crédit rapide à la consommation, par exemple.

La demande augmente chez les seniors

Si les demandes représentent aujourd'hui seulement 2% chez les seniors, celles-ci sont en perpétuelle augmentation. D'après certains spécialistes, les banques prêtent d'ailleurs plus facilement aux plus de 60 ans qu'aux jeunes aux revenus irréguliers ou n'ayant pas un CDI. Effectivement, les seniors sont plus à même de séduire les banques, car il faut le savoir, plus des 3/4 des plus de 60 ans sont aujourd'hui propriétaires d'au moins un bien immobilier en France.

Mais tout n'est pas simple pour autant. Pour emprunter, les seniors doivent tout de même faire face à certaines difficultés, ce qui est aussi valable pour le rachat de crédit, mis à mal depuis quelques mois. Ainsi, l'accès au crédit se complique particulièrement à partir de 56 ou 58 ans. La retraite approchant, le pouvoir de remboursement est amené à se réduire, ce qui freine l'obtention des crédits auprès des banques et organismes spécialisés. Mais tout cela pourrait bien changer dans les mois et années à venir.

 Article La tribune, par Olivier B consultable ici

Décès de Mohamed Abdelaziz

Nous avons appris hier, le décès de Monsieur le Président de la République Arabe Sahraouie Démocratique, Mohamed Abdelaziz. Nous partageons la peine de Madame la Ministre de la Culture, son épouse Khadija Hamdi, de sa famille et de tout le Peuple Sahraoui. Mohamed Abdelaziz était un ami, il avait consacré sa vie pour la liberté et le droit à l'auto-détermination du Peuple Sahraoui. Membre du Front Polisario, il menait depuis 40 ans cette quête de façon pacifiste, mais avec une grande détermination.

Nous présentons nos sincères condoléances à sa famille et au Peuple Sahraoui.

Les gymnastes de Tomblaine n'arrêtent plus d'être à l'honneur !

Les gymnastes des classes sportives du collège Jean-Moulin à Tomblaine, sont à nouveau champion de France UNSS : Théo Noblet, Malo Genay, Mathias Blandeau, Thom Andrien, Maxence Borgeaud, Xavier Blaise et jeune officielle : Hélène Clément.

Tomblaine : commémoration intergénérationnelle du 8 mai 1945

Article de l'Est Républicain du 10.05.2016

7 avril 2016 : commémorations du génocide contre les Tutsis au Rwanda en 1994

Nous aurons l’occasion sur ce site de revenir sur l’histoire du génocide contre les Tutsis, sur la situation actuelle du Peuple Rwandais et sur l’attitude de la France avant, pendant et après ce génocide.  Hervé Féron était l’invité de l’EGAM –mouvement antiraciste européen, dans le cadre de l’initiative « Génocide contre les Tutsis : la vérité, maintenant ! ».

Hervé Féron a donc participé à Kigali aux commémorations du génocide contre les Tutsis au Rwanda qui a fait plus d’1 million de victimes entre avril et juillet 1994. Cette délégation formée par l’EGAM a réuni la jeunesse associative, politique et syndicale européenne, française et rwandaise, ainsi que des députés européens et un député français, Hervé Féron. Il s’agissait de rentre hommage aux victimes du génocide, de connaître et reconnaître l’histoire dramatique du Rwanda ainsi que sa situation actuelle pour sensibiliser la France à la vraie histoire, celle qu’on ne lui a jamais racontée. Il se pose aujourd’hui la question de la reconnaissance de la responsabilité de certains hauts représentants de l’appareil d’Etat, notamment dans leur collaboration avec le régime génocidaire, avant, pendant et après le génocide.

Alors que l’émotion était grande au Rwanda, pour ce 22eme anniversaire, les déclarations d’Alain Juppé, par tweet ont été reçues comme un manque de respect incroyable. Celui-ci a déclaré « faire procès à la France de porter une part de responsabilité dans le génocide au Rwanda est une honte et une falsification historique ». Monsieur Juppé est certainement gêné puisqu’il était Ministre des Affaires étrangères à l’époque, mais on pourrait attendre un peu plus de considération pour les victimes et les familles de victimes en période de commémoration. Quant à la responsabilité de certains représentants de l’Etat français, il serait bon de commencer par ouvrir les archives pour que le travail vers la vérité puisse s’organiser. La déclassification des archives a été annoncée en 2015 mais cela a été de la poudre aux yeux : quelques dizaines de papiers sans intérêt qui ne permettent pas l’investigation. On attend toujours que puisse se dérouler le procès de génocidaires habitants en France aujourd’hui.

La cérémonie de cette année en présence du Président de la République Rwandaise, a été marquée par l’émotion de l’allumage de la flamme de l’espoir qui brûlera pendant les 100 jours de deuil national, et par le discours d’accueil Jean-Damascène Bizimana (historien, président de la commission nationale de lutte contre les génocides) qui a rappelé que les commémorations de cette année mettent au premier plan la lutte contre le négationnisme et a remercié l’EGAM pour sa présence.

Un grand moment d’émotion a été aussi, la rencontre de l’association des étudiants rescapés du génocide. Discussions très constructives mais bouleversantes car la douleur est omniprésente.

L'association des étudiants rescapés du génocide

 

Hervé Féron et la délégation ont étés accueillis au Sénat puis au Ministère des Affaires étrangères. Il s’est entretenu avec Madame la Ministre des Affaires étrangères Louise Mushikiwabo, lors d’un déjeuner avec également Patrick de Saint Exupéry, journaliste et Benjamin Abtan président de l’EGAM. Ce déjeuner a eu lieu à l’Hôtel des Milles Collines tristement célèbre puisque c’est l’hôtel du film « hotel Rwanda ».

 

 

 

Pendant le génocide 3000 Tutsis se sont réfugiés dans cet hôtel, dont une grande partie ont pu être rescapés du génocide.

 

 

 

 

Une tribune cosignée par l’EGAM, des parlementaires, chefs de partis, anciens ministres français et européens ainsi que par des représentants d’associations antiracistes, de jeunesse politique, syndicale, associative, français, rwandais et européens, avait été publiée dans Le Monde (France), Le soir (Belgique), Igihe (Rwanda) et New Time (Rwanda). Cette tribune appelle le gouvernement français à rompre avec le silence sur la collaboration avec le régime génocidaire de certains hauts dirigeants français des années 90, avant, pendant et après le génocide contre les Tutsis au Rwanda en 1994.

Une lettre ouverte au Ministère des Affaires étrangères a été adressée par 44 parlementaires français de tous bords politiques et 43 parlementaires européens pour demander l’envoi d’une délégation parlementaire à Kigali en avril 2016 pour participer aux commémorations du génocide contre les Tutsis, Hervé Féron avait cosigné cette lettre ouverte qui malheureusement n’a  pas reçu de réponse favorable.

La Société Générale

La semaine dernière, j’alertais le Premier Ministre au sujet des dérives de la Société Générale. En effet, j’ai tenu à mettre en évidence les pratiques scandaleuses de cette entreprise bancaire qui, très peu gênée par les contradictions, profite de l’argent public tout en détruisant des emplois et favorisant l’évasion fiscale. En effet, malgré les 38 millions d’euros de subventions reçues au titre du crédit compétitivité emploi (CICE), elle annonçait des suppressions de postes massives. Avec cette stratégie, qui prévoit d’ici 2020 la fermeture de 400 agences et de 6 centres administratifs, la fermeture du centre de Nancy et la suppression de ses 114 emplois aura des conséquences sociales désastreuses pour les salariés et leurs familles, ainsi que pour l’attractivité économique du territoire. Etonnamment, cette politique drastique de réduction des coûts, en ce qui concerne le personnel, n’a pas empêché la banque de distribuer cette année 1612 millions d’euros à ses actionnaires.

Le manque de déontologie de cette entreprise a déjà été mis en évidence au cours des dernières années, à de nombreuses reprises au gré de différents scandales suscités par l’affaire Kerviel. Dans cette affaire, cette vertueuse entreprise nie systématiquement toute responsabilité dans ses erreurs, préférant imputer tous ses déboires à la faute d’un seul homme. Aujourd’hui, la mauvaise foi qui règne au sein de l’exécutif de cette banque prend un sens nouveau, au regard des révélations faites dans le cadre de l’affaire dite « Panama Papers ». Basée sur la fuite de documents confidentiels issus de la firme panaméenne Mossack Fonseca, celle-ci met à jour un vaste système de fraude fiscale qui a permis, via cette firme, la création de sociétés offshores dédiées à l’évasion fiscale ou au blanchiment d’argent.

Au cœur du vaste système frauduleux impliquant la firme Mosssack Fonseca, il semblerait que la Société Générale ait créé, pour le compte de ses clients fortunés, 979 sociétés offshores. Cette performance place ainsi la banque française dans les principaux clients de la firme panaméenne. Cette nouvelle affaire vient, une fois de plus, mettre en lumière les pratiques occultes de cette entreprise.

Ainsi, outre le fait de profiter de subventions publiques en détruisant des emplois sans que cela ne pose le moindre problème de conscience, la banque française se livre à des pratiques frauduleuses, entre optimisation et évasion fiscale. Les révélations de l’affaire « Panama Papers » viennent ainsi appuyer et renforcer les conclusions de trois ONG (CCFD-Terre Solidaire, Oxfam France et Secours Catholique-Caritas France, en partenariat avec la Plateforme Paradis fiscaux et judiciaires), qui ont déjà mis en lumière les activités lucratives de la banque au sein des paradis fiscaux, et dont je me suis fait l’écho auprès du premier ministre.

Exemptes de remords, des entreprises comme la Société générale font preuve d’une curieuse forme de moralité, qui varie et s’adapte en fonction des clients et des profits. Ainsi, ne voient-elles pas la contradiction qu’il y à profiter de subventions publiques, tout en favorisant l’évasion et l’escamotage fiscal vers l’étranger des comptes de leurs clients les plus fortunés. Cette affaire démontre bien une fois de plus l’opacité du système bancaire et le cynisme de certaines entreprises qui, dans un total mépris des règles du jeu, ne sont pas vraiment gênées lorsqu’il s’agit de confisquer les richesses et détruire les emplois.

Hervé Féron

 

En prise directe

  flux RSS

         Facebook

  Twitter

  Dailymotion

En images

Hervé Féron avec Najat Vallaud-Belkacem
et la réalisatrice yéménite, Khadija Al-Salami

En vidéo

Intervention d'Hervé Féron en Séance Publique pour les victimes de la répression
de la Commune de Paris

Nombre de Visiteurs

Affiche le nombre de clics des articles : 
2251327

`

Copyright © 2011 Hervé Féron.Tous droits réservés.Template hervé féron

Propulsé par un logiciel libre sous licence GNU/GPL