Actualité

Les potins d'abord !

HF

 

Votre journal local vous a habitués à être très gentil avec les députés de droite locaux, et c'est tant mieux car ils en ont bien besoin par les temps qui courent.

Dans un petit billet de plus aujourd'hui, on passe encore un coup de brosse à reluire à Valérie Rosso-Debord et à Laurent Hénart. Ce dernier relancerait "l'idée d'une taxation des flux financiers". Quelle imposture ! Lui qui a voté toutes les lois sarkozistes, lui qui a voté contre toutes les propositions de loi socialistes en la matière ! Mais je ne vais pas trop tirer sur l'ambulance. Il était sarkoziste, puis soudainement il a pris ses distances pour être Borloo il y a quelques mois, et voilà que maintenant il passe à Bayrou. Il ne sait plus où il habite ! C'est un SDF de plus à rajouter à la politique de casse sociale de Sarkozy...

Quant à VRD, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle est gonflée ! La petite Morano en puissance n'en finit pas de faire des effets de manche en province et de vendre son âme à Paris.

Aller voir les archives sur internet, voyez comme elle collait aux baskets d'Eric Woerth, sans cesse derrière lui dans toutes les interviews. Et puis mauvaise pioche, le vent a tourné pour Eric Woerth ! Alors elle s'est affichée partout avec Alliot-Marie, la tenant par le cou sur la photo souvenir. Et puis mauvaise pioche, le vent a tourné pour Alliot-Marie ! Alors elle n'a eu de cesse de s'afficher derrière Fillon. Dans l'hémicycle, dès qu'il éternue, elle applaudit ! Elle aurait tant aimé être ministre... Le journal local l'a si souvent annoncée ministrable ! Mais voilà, comme dit la chanson, Fillon n'a pas voulu... et Sarko non plus !

Alors voici qu'elle lave plus blanc que blanc. Elle fait partie courageusement des 40 parlementaires qui auraient signé un amendement proposant de réduire de 10 % les indemnités des députés. Elle qui cire les pompes au Président de la République et au Premier Ministre, elle s'abstient surtout de remettre en cause le salaire du Président, que celui-ci s'est fait augmenter de 170 % en début de mandat, ou encore moins celui des ministres...

Moi je propose beaucoup mieux, et plus pertinent (et moins populiste) : je propose une diminution de 20 % des frais de mandat des députés, à laquelle s'ajoute la proposition de François Hollande d'une diminution de 30 % des salaires du Président de la République et des ministres.

Mais tout cela ne nous étonne pas, chacun se rappelle que VRD a osé annoncer qu'elle était pour la suppression du bouclier fiscal, c'était écrit dans l'Est Républicain. Ce même bouclier fiscal qu'elle avait elle-même voté. Et chaque fois que nous avons proposé sa suppression (par exemple sous forme d'une proposition de loi), VRD a voté contre !

Dites la vérité autour de vous, et transmettez le message !

Contrats aidés : Hervé FERON interpelle le Préfet de Meurthe-et-Moselle

Il y a quelques jours, j'avais écrit au Préfet de Meurthe-et-Moselle pour lui dire ce que je pensais des contrats aidés et de la politique gouvernementale de casse sociale :

 

"Monsieur le Préfet,

 

Par courrier que vous avez cosigné avec Monsieur le Président du Conseil Général de Meurthe-et-Moselle, vous avez bien voulu m'inviter à une réunion le 7 novembre en Préfecture, pour la présentation des modalités du dispositif des contrats uniques d'insertion, et je vous en remercie.

Je souhaite tout de même faire quelques remarques :

- L'Etat et le Conseil Général ont signé une convention annuelle d'objectifs et de moyens et se sont engagés à conclure 1 300 contrats uniques d'insertion. Nous sommes en novembre, il est constaté la contractualisation pour 297 CAE et 22 contrats initiative emploi, plus de 900 contrats peuvent encore être conclus.

- Je remarque que les évolutions des conditions d'attribution de ces contrats décidées par le gouvernement ont eu des conséquences catastrophiques. En effet, de si mauvais résultats trouvent directement leurs causes dans la diminution de la durée des contrats, dans la diminution de la participation de l'Etat sur la prise en charge des salaires en pourcentage, dans l'absence complète de prise en charge de formations par l'Etat, dont les bénéficiaires auraient pourtant besoin.

- Ces contrats devraient être incitatifs pour les employeurs potentiels et pour les bénéficiaires, une passerelle vers l'insertion sociale et professionnelle. Malheureusement, le désengagement de l'Etat a eu les conséquences que nous constatons aujourd'hui, et ce malgré l'effort considérable que le Conseil Général de Meurthe-et-Moselle fait en la matière.

Je tenais à vous faire part de mes remarques.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Préfet, l'assurance de mes respectueuses salutations.

 

Hervé FERON"

Brassens vit encore !

A peine descendu du train, de retour de Palestine, je me suis rendu à l'espace Jean Jaurès à Tomblaine où, à l'occasion du trentième anniversaire de la disparition de Georges Brassens, une soirée lui était consacrée.

Extraordinaire ambiance ! 300 personnes avaient répondu à l'invitation de l'association "Aux Actes Citoyens". Soirée de grande qualité avec l'excellent groupe "Concurrence Déloyale". Mais la convivialité était aussi de mise, avec une première partie étonnante grâce à toutes les personnes qui, individuellement ou en groupe, avaient souhaité dire ou chanter Brassens.

En fin de soirée, le groupe "Concurrence Déloyale" a invité tous les participants de la première partie à monter sur scène pour que toute la salle reprenne en chœur "Les copains d'abord" (Géant !!!)

Soirée BRassens

Retour de Palestine

Comme je vous l'avais annoncé, je reviens d'un périple de six jours en Israël et surtout en Palestine, en Cisjordanie.

J'ai vu beaucoup de choses. J'en ai tellement vues, j'ai été tellement impressionné par les conditions de vie du peuple palestinien, qui est opprimé, humilié, persécuté au quotidien, que j'ai choisi d'écrire pour témoigner.

Il me faudra quelques temps pour écrire tout cela. Je ne manquerai pas de vous communiquer ce témoignage par l'intermédiaire de mon site. J'ai également ramené un film qui a été réalisé par un comité de résistance palestinienne pacifique. Ce film, intitulé "Notre Histoire", est absolument à voir. Je proposerai de le faire tourner et j'organiserai à Tomblaine une soirée de discussion et de projection de ce film. Je vous tiendrai au courant.

Palestinien

Photo : un Palestinien montre au monde un olivier arraché. A cet endroit, il y avait une exploitation agricole gérée par une famille palestinienne. Il y a trois semaines environ, l'armée israélienne est intervenue avec des bulldozers, elle a arraché toute la plantation d'oliviers, les abricotiers, les plantes médicinales. Ce qui n'a pas été détruit a été volé. Les soldats israéliens ont également détruit les puits et les bâtiments de stabulation.

Nancy, 36è ville de France au palmarès des impôts locaux... et un stade de plus de 60 millions d'euros !

Dans l'article précédent, j'évoquais un article paru sur le site www.capital.fr, au sujet du stade Marcel Picot.

Dans le numéro de novembre 2011 de ce même journal disponible en kiosque, que je vous conseille d'acheter, un excellent dossier du palmarès des impôts locaux a été établi pour les 100 principales villes de France.

On y apprend que Nancy se trouve en 36è position, avec une augmentation de 40% des impôts locaux en 10 ans !

Malgré cette forte augmentation, les journalistes font un constat intitulé "Un stade de 32 000 places pour la lanterne rouge de la Ligue 1". Je vous laisse apprécier :

 

"La gabegie vaut aussi pour les stades. A Nancy, par exemple, la communauté urbaine s'est lancée dans la construction d'une arène de 32 000 places, alors que son équipe de foot, lanterne rouge de la Ligue 1, attire en moyenne moins de 15 000 spectateurs par match. Coût de ce futur bijou : 63 millions d'euros. Officiellement, l'Etat en apportera 8, tandis que l'agglomération empruntera 25 millions et le club local une trentaine. Mais si l'AS Nancy-Lorraine, qui est exsangue, se révélait incapable de rembourser, ce qui est tout à fait possible, la note (336 euros par foyers) serait transmise aux contribuables. Les Marseillais, eux, paieront 332 euros pour leur stade, les Lillois 476 euros, et les Niçois 634.

Passe encore si ces dépenses étaient financées avec des fonds propres. Mais, la plupart du temps, elles sont couvertes par des emprunts, souvent logés dans des structures parallèles afin de les dissimuler au grand public. Pour établir la véritable addition de chaque commune, nous avons donc dû mener une enquête de bénédictin dans les budgets annexes, les comptes des communautés urbaines ou des syndicats des eaux. Le résultat valait la peine. Au total, selon la Cour des comptes, la dette globale des collectivités locales s'élevait en 2010 à 163 milliards d'euros, soit 8,3% du PIB."

 

En prise directe

  flux RSS

         Facebook

  Twitter

  Dailymotion

En images


Hervé Féron avec Najat Vallaud-Belkacem
et la réalisatrice yéménite, Khadija Al-Salami

 

 

En vidéo

Intervention d'Hervé Féron en Séance Publique pour les victimes de la répression
de la Commune de Paris

Nombre de Visiteurs

Affiche le nombre de clics des articles : 
3491842

`

Copyright © 2011 Hervé Féron.Tous droits réservés.Template hervé féron

Propulsé par un logiciel libre sous licence GNU/GPL