Actualité

Qu'en est-il de la laïcité ??? En ce sens, votre Député interroge le Premier ministre

"Monsieur Hervé Féron attire l'attention de M. le Premier Ministre sur l’usage du verbe « sanctuariser ».

En effet, le Chef de l’Etat a affirmé sa volonté de faire de « l’école primaire […] la priorité de l’année à venir ». C’est ainsi qu’il a annoncé lors d’un déplacement en Lozère le 21 juin 2011 le gel des suppressions de classes primaires.

Il a, à cette occasion, affirmé vouloir « sanctuariser l’école primaire », terme relayé sur le site internet de la Présidence de la République et dans les media.

Toutefois, au regard de la propension affichée du Président de la République à porter le concept de laïcité – au fondement des valeurs de l’Ecole républicaine – à son paroxysme dans l’étendue du débat public, cette expression parait peu opportune et déplacée.

D’autre part, ce vocable à connotation religieuse laisse place à une dimension affective et subjective laissant entrevoir le risque sous-jacent d’immobilisme pour une Education Nationale déjà fragilisée. Il donne l’impression d’une inadaptabilité accrue du système éducatif face à ses enjeux contemporains, déterminé à présent par sa permanence et son caractère intangible

Il lui demande donc d’évaluer la pertinence de ce terme et de clarifier sa signification."

 

(Question posée par Hervé FERON au Premier ministre, le 24 juin 2011)

 

François Fillon en visite au Vatican

François Fillon en visite au Vatican

 

"M. Hervé Féron attire l'attention de M. le Premier ministre sur sa présence au Vatican à l'occasion de la béatification du Pape Jean-Paul II le 1er mai dernier. Il lui demande s'il trouve normal de s'être déplacé à l'étranger pour la béatification d'un Pape alors qu'il n'a pas fait le déplacement sur place à Mayotte pour accueillir le cent-unième département français il y a maintenant un mois."

 

(Question posée par Hervé FERON au Premier ministre, le 17 mai 2011)

Baccalauréat : Hervé FERON interroge le ministère.

La période du baccalauréat est l'occasion pour l'ensemble des députés de poser certaines questions écrites au ministère de l'Education nationale. En outre, hormis la fuite qui a précédé l'épreuve de mathématiques du baccalauréat scientifique, la question plus générale de la réduction des effectifs d'enseignants est plus que légitime, dans la mesure où cette année encore, elle a porté préjudice à des candidats au baccalauréat et à des enseignants.

Mercredi 22 juin 2011, deux questions écrites allant en ce sens ont été posées par Hervé FERON à M. le Ministre de l'Education nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative :

 

1 - "M. Hervé Féron attire l'attention de M. le Ministre de l'Education nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative sur les fuites qui ont précédé l'épreuve de mathématiques du baccalauréat général scientifique. La rumeur était persistante, elle est désormais confirmée : l'un des exercices de mathématiques a été posté lundi soir, veille de l'épreuve, sur un forum. Le ministre a décidé que l'épreuve ne serait pas réorganisée et l'exercice des probabilités non comptabilisé. L'exercice de probabilités comptant pour 4 points est donc annulé et un nouveau barème devrait être transmis aux correcteurs. Pourtant, le compromis trouvé par le ministère ne satisfait pas du tout l'Association des professeurs de mathématiques de l'enseignement public (Apmep), qui demande que l'épreuve soit réorganisée dans son intégralité. Aussi lui demande-t-il de bien vouloir expliciter les raisons qui ont motivé son choix d'annuler l'exercice et de redéfinir un nouveau barème."

 

2 - "M. Hervé Féron attire l'attention de M. le Ministre de l'Education nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative sur les défaillances inadmissibles qui ont eu lieu à l'occasion de la correction des copies de philosophie du baccalauréat 2011. Les observateurs disent que ce qui devait arriver est arrivé, mais personne ne l'excuse pour autant. En effet, depuis des années, on ne recrute pas assez de professeurs et l'Éducation nationale manque d'enseignants, notamment en philosophie. Ceux-ci étant peu nombreux et tous les candidats au baccalauréat passant l'épreuve de philosophie, chaque correcteur est en devoir de corriger un nombre très important de copies. La politique de réduction des postes de professeurs (il y en a par exemple trente de moins dans l'académie de Créteil) et le non-remplacement des professeurs partis à la retraite ne pouvaient guère laisser espérer une amélioration. Et, de fait, cette année, dans les trois académies de la région parisienne (Versailles, Paris, Créteil), vingt-quatre paquets, soit environ 3 000 copies, ne sont pas corrigées. Tous les professeurs ont été convoqués, y compris certains professeurs de classes préparatoires qui n'ont pas enseigné en terminale depuis des années, ou des enseignants à la retraite. La politique de réduction d'effectifs du gouvernement dans l'Éducation nationale est la seule responsable de cette situation inadmissible et l'on voit bien que l'on a franchi un cap difficilement justifiable. Aussi lui demande-t-il pourquoi le gouvernement s'obstine à vouloir réduire le nombre de postes aux concours de recrutement des enseignants, contribuant ainsi à mettre professeurs et élèves dans une situation souvent critique, illustrée aujourd'hui par ce dysfonctionnement."

Aux Actes Citoyens : Ouverture de la 20ème édition grandiose !

Hervé Féron en compagnie de Marianne James

Le Festival « Aux Actes Citoyens » est le seul festival dans la région qui ne bénéficie jamais de la une de votre quotidien local. Et pourtant, chaque fois, l’évènement est au rendez vous. Pour la 20ème édition qui a débuté samedi, Marianne James était la marraine et a passé plusieurs heures avec le public d’ « Aux Actes Citoyens » qui a découvert les nombreuses installations artistiques étonnantes et qui a même enregistré un hymne composé sur le moment pour « Aux Actes Citoyens ». Cette ouverture a été un grand moment de fête comme en témoigne les centaines de personnes présentes à l’ouverture. Les prochaines représentations du Festival sont quasiment à  guichets fermés.

 

Marianne James avec les demoiselles de Tomblaine Danse

 

Une superbe reconstitution de la Scala

180 197… 180 198… 180 199… 180 200 !!!

Manifestation contre la RGPP

 

 

Chaque année depuis 2007, on assiste au même rituel. On commence à en avoir un peu l’habitude. Et puis, Sarkozy nous avait prévenus… L’étonnement serait donc de mauvais augure…

Mais voilà, si la surprise n’est plus au rendez-vous, nous avons encore le droit de nous indigner ! Non ! Nous avons le DEVOIR de nous indigner !!! Mais nous indigner de quoi au juste ? Des suppressions de postes dans la fonction publique bien sûr !

En vertu de la règle de non-remplacement d’un départ à la retraite sur deux, ce sont 32 000 postes qui disparaîtront cette année, et quelques 30 500 postes en 2012. Et, une fois n’est pas coutume, la moitié des suppressions concerne une nouvelle fois l’Ecole (et, une fois de plus, nous aurons le droit à l’éternelle double posture de nos députés UMP locaux, qui s’indigneront des fermetures de classes ici, mais auront sans remords voté le budget de l’Etat à l’Assemblée…).

Au total, ce sont désormais 180 200 emplois dans la fonction publique qui auront été supprimés en dix ans… Ajoutons à tout cela le gel actuel des salaires des fonctionnaires, et on obtient le célèbre cocktail explosif à l’origine des mouvements sociaux de la France… Cela, nous ne pouvons décemment pas l’accepter !!!

Derrière ces chiffres, il existe pourtant une réalité : un pays qui souffre, des hôpitaux qui fonctionnent difficilement, une insécurité croissante, une justice mise à mal, un système de santé dégradé, une école malmenée, etc. En clair : la droite orchestre depuis 2007 la mise à sac du service public et, par la même occasion, anéantit le contrat social qui liait jusqu’alors les Français à leurs dirigeants et faisait l’essence même de notre démocratie…

300 000


300 000, c'est le nombre de visites atteint hier sur le blog d'Hervé Féron.  C’est aujourd’hui un des moyens utilisés dans la communication du Député. A cette occasion, il vous propose de venir fêter cela samedi 21 mai à 17h, au local de la section socialiste de Vandoeuvre.

 

En prise directe

  flux RSS

         Facebook

  Twitter

  Dailymotion

En images


Hervé Féron avec Najat Vallaud-Belkacem
et la réalisatrice yéménite, Khadija Al-Salami

 

 

En vidéo

Intervention d'Hervé Féron en Séance Publique pour les victimes de la répression
de la Commune de Paris

Nombre de Visiteurs

Affiche le nombre de clics des articles : 
3358879

`

Copyright © 2011 Hervé Féron.Tous droits réservés.Template hervé féron

Propulsé par un logiciel libre sous licence GNU/GPL