Grand Nancy Métropole

Carton plein !

Le week-end dernier avait vu toutes les équipes sportives professionnelles de la Métropole du Grand Nancy gagner leurs matches... il restait ce mardi au GNVB, Grand Nancy Volley Ball, leader invaincu de Ligue B, à affronter France Avenir 2024. Encore une belle victoire 3-0 ! 
J'ai eu le plaisir, à l'issue de ce superbe match, avec le Président du club Serge Petiot, de remettre le Prix du meilleur joueur à Fabian Plak. Le central néerlandais a marqué 11 points (88% en attaque) et effectué 3 blocks. Belle soirée.

 

Énorme !

Je prends énormément de plaisir comme vice-président délégué aux sports et aux grands évènements à la Métropole du Grand Nancy. Vendredi j'ai assisté à la victoire de nos volleyeuses du VNVB face à Istres, pendant que nos handballeurs remportaient à Strasbourg leur troisième victoire consécutive, j'ai assisté hier, samedi, à la victoire de l'ASNL contre Dunkerque, cet après-midi je donnerai les coupes pour la régate organisée par le Sport Nautique de Nancy Aviron sur le bassin Nancy-Tomblaine...  
Mais il y a aussi de grands moments d'émotion.
J'ai donné le départ, revolver en main, ce matin de la course "Octobre rose" ...  Au stade Raymond Petit à Tomblaine, 2632 femmes étaient inscrites pour cette superbe manifestation qui consiste à courir pour sensibiliser à la nécessaire prévention contre le cancer du sein. Bravo au Nancy Athlétisme Métropole, à son Président, à Pascal Thiébaut et aux nombreux bénévoles mobilisés. Avec Mathieu Klein, la Métropole du Grand Nancy est heureuse et fière de soutenir cet évènement.
Bien sûr, toutes les précautions ont été respectées, les marcheuses portant le masque tout le temps de la marche, les coureuses pouvaient retirer leur masque après 500m de course et devaient le remettre à l'arrivée.
Par l'échauffement collectif et festif, ces dames habillées de rose, à perte de vue, nous ont offert le plus beau spectacle de l'année, chargé d'émotion au nom de la solidarité et de l'envie de vivre. Merci à toutes.


France 3 Lorraine aujourd'hui

Toute jeune et déjà un beau parcours.

Hania Hamidi a 21 ans, elle est conseillère municipale à Tomblaine. Sur notre liste pour les élections, je lui ai proposé d'être conseillère métropolitaine. Ainsi, elle est devenue la plus jeune de tout le Conseil de Métropole du Grand Nancy.
Je suis plutôt fier de lui avoir fait confiance, elle a du talent.
Aujourd'hui, elle vient d'être élue Présidente de la Commission "Attractivité et Partenariats" à la Métropole.
Les tomblainois sont bien représentés.
 

Palais des Sports Jean Weille... ne pas s'exciter... tout va bien.

Je suis surpris par la teneur de l'article en page sports de l'Est républicain de ce samedi 1er août, quant aux propos tenus
par le Président du SLUC basket Aurélien Fortier, par comparaison au contenu du communiqué officiel très cohérent qu'il 
a souhaité diffuser aux supporters, aux abonnés et aux partenaires du SLUC (après me l'avoir cordialement fait partager) 
ou encore eu égard à la discussion sereine que nous avons eue tous les deux par téléphone vendredi 31 juillet.

En effet, je lis "Aurélien Fortier regrette d'avoir été mis devant le fait accompli et notamment le silence d'Hervé Féron..."
Tout d'abord, chacun sait que ce n'est pas mon style de me taire quand il s'agit d'assumer mes actes. Il n'y a donc pas de "silence
d'Hervé Féron".

Ensuite, quels sont les faits ? En raison de la crise sanitaire,  la Métropole a recherché des solutions avant les élections pour permettre 
au club de handball d'évoluer dans une salle plus grande pour recevoir son public nombreux dans le respect des règles sanitaires... 
Aurélien Fortier explique qu'une réunion de travail a eu lieu le 2 juillet avec l'élu alors en responsabilité, puis une autre le 15 juillet avec 
le technicien de la Métropole. 

Faut-il rappeler que j'ai été élu Vice-Président de la Métropole le ... 17 juillet ?  

J'ai rencontré les techniciens de la Métropole, assez vite,  le vendredi 24 juillet pour faire un tour d'horizon sur les dossiers en cours. C'est 
ce jour-là seulement que j'ai été informé de ce sujet... Il m'a été demandé un "accord de principe" sur une utilisation du Palais des Sports 
Jean Weille par le Handball, pour certains matches (puisqu'à chaque fois il m'a été reprécisé "à condition que ce soit compatible avec le 
calendrier du SLUC Basket... Avec toujours la priorité à l'activité du SLUC Basket"...). Aurélien Fortier était en vacances, donc pas facilement 
joignable et il m'a été dit clairement que les deux clubs étaient d'accord, j'ai donc donné cet accord de principe.

L'initiative du président du club de handball d'informer la presse a été malheureuse, car on peut comprendre qu'avant d'annoncer quoi que 
ce soit, il aurait été correct que je rencontre les présidents des deux clubs. Moi, j'ai déjà expliqué que j'ai souhaité cette vice-présidence, parce qu'il
me semble que je peux rendre service, je souhaite donc travailler de façon constructive avec tous les clubs, je respecte chacun de ces clubs et j'ai de
la considération pour les difficultés et les contraintes de leurs présidents. Je ne vais donc pas arriver comme ça et prendre des décisions intempestives
ou autoritaires. 

Jeudi 30 juillet, j'étais à Paris quand un journaliste m'a appelé pour me faire régir à ce propos, j'ai été très clair et le journaliste a bien repris mes propos : 
dès lors qu'on me disait que techniquement tout était réglé, que les deux clubs étaient d'accord, je pense que dans ce contexte de crise sanitaire
il faut se serrer les coudes et je donne donc un accord de principe. 

Lorsqu'on m'a demandé si c'était moi qui avais débloqué la situation, j'ai répondu non, lorsqu'on m'a demandé si cela augurait d'une installation pérenne 
du handball à Jean Weille, j'ai répondu non, que ça n'était pas le sujet du jour.
J'ai découvert le lendemain vendredi 31 aoûtdans la presse qu'il subsistait des désaccords et qu'il y aurait des problèmes techniques. J'ai joins alors Aurélien 
Fortier au téléphone, on s'en est expliqué et je trouve son argumentation (reprise dans le communiqué  qu'il m'a transmis) très cohérente et entendable.

Nous avons convenu que dès son retour de vacances, nous allons nous rencontrer avec les techniciens de la Métropole pour évaluer les difficultés techniques.
Puis nous organiserons une rencontre avec les deux présidents de club, le Président de la Métropole Mathieu Klein et moi-même pour discuter de tout ça.

Ensemble nous trouverons les bonnes solutions dans le souci d'aider le mieux possible les deux clubs et dans le respect de nos engagements. 
Hervé Féron.

Très fier...

Cet après-midi, c’était l’installation du Conseil de métropole du Grand Nancy. Un moment historique puisque Nancy ayant basculé à gauche, on peut nourrir beaucoup d’espoir d’évolution des politiques publiques à la Métropole.
Sans surprise, Mathieu Klein a été élu Président de la Métropole du Grand Nancy et je tiens à le féliciter publiquement.
 
 
Bien sûr, chacun portait un masque et pour ma part, j’arborais fièrement le masque aux couleurs de la ville de Tomblaine qu’une tomblainoise m’a gentiment confectionné.
 
 
Pour ma part, j’ai été élu Vice-Président de la Métropole, délégué aux sports, aux grands équipements et aux grands évènements sportifs. Cela me convient bien, je l’avais même souhaité, car il me semble que c’est un domaine où il y a beaucoup à faire et j’ai la prétention de penser que je pourrai rendre service dans l’intérêt général.
L’élection du Président a eu lieu sous la présidence du doyen d’âge, par ailleurs nouveau maire de Saulxures-les-Nancy (félicitation à lui) Bernard Girsch.
Le secrétaire de séance est habituellement le plus jeune de l’assemblée.
Et bien, je suis très fier d’avoir permis à des jeunes d’intégrer le Conseil Municipal de Tomblaine, je suis très fier d’avoir proposé à l’une de ces jeunes, Hania Hamidi, de représenter avec moi la Commune de Tomblaine. Elle est brillante et saura assumer avec talent sa tâche. Elle est ainsi la plus jeune de tout le Conseil Métropolitain !
 
 
Tout comme je suis très fier de compter parmi nos conseillers municipaux, la plus jeune (et peut-être aussi la plus jeune conseillère municipale de toute l’agglomération) Chaïma Ouaffik, 20 ans. Chaïma est née en Espagne, elle est de nationalité espagnole, membre de l’union européenne. je trouve son parcours admirable, en France depuis 5 ans, elle parle français comme vous et moi et elle suit actuellement des études (BTS).
 
 
Des jeunes femmes qui s’engagent en citoyenneté et qui auront toute leur place pour que nous progressions tous ensemble.

Mascarade.

En cette époque où  il est conseillé d'avancer masqué, ce n'est pas un euphémisme de dire que le Conseil de Métropole convoqué aujourd'hui par A. Rossinot est une mascarade. Convoqué au Centre Prouvé, haut symbole de l'hyper bétonisation du centre de Nancy, mais archétype aussi de la dette abyssale de la Métropole, due aux dépenses dispendieuses et aux budgets insincères et déséquilibrés...
Ils vont être perdus les petits nouveaux du Conseil de Métropole, lorsqu'ils vont devoir pénétrer masqués dans ce gouffre de la communication rossinienne qui va aussitôt les avaler ... au bal, au bal masqué ! Ohé ! Ohé !

Il y a des vieux artistes de music-hall sympathiques qui n’en finissent plus de faire leur tournée d’adieux et cela peut durer parfois des années. A. Rossinot, lui, avait déjà fait un ou deux mandats de trop, puis en 2014 il promet d’arrêter à mi-mandat, mais il ment et il reste, puis avant les élections municipales de mars 2020, il programme un départ théâtral à répétition (conseil municipal, conseil de métropole...) avec la claque organisée... Puis survient le confinement, alors il reste encore et continue à gérer et là, aujourd’hui... il nous revient !
Personne n’est dupe. Il a dealé avec Laurent Hénart le fait qu’après il aura toujours un poste, une fonction, qui lui permettra d’intriguer et de faire fonctionner les réseaux d’influence qui lui resteront... Parce que le pouvoir est une drogue ! Sauf que l’overdose, ce sont les Grands Nancéiens qui en sont les victimes.
C’est pour cela, vous l’aurez remarqué, que Rossinot a longtemps été tiède quant à la candidature de L. Hénart, mais depuis qu’ils ont pactisé, Dédé est une véritable groupie... Il est en campagne !

Je vais me permettre de vous donner quelques informations que malheureusement vous ne trouverez pas dans la plupart des médias locaux.

Je n’irai pas participer à la mascarade. Pourquoi ?

1) Parce que je n’en peux plus d’A. Rossinot, de ses manigances et roueries... Il n’a plus sa place là, il est illégitime dans ce rôle aujourd’hui. Son règne sans autre partage que celui fait à la technocratie inhumaine et donc incompétente, a duré beaucoup, beaucoup trop longtemps . Il faut vite qu’il parte et que l’on tente de sauver ce qu’il restera de sauvable pour les Grands Nancéiens.

2) Parce que ce Conseil de Métropole est une manipulation, une opération de communication mensongère, qui participe à la campagne électorale en utilisant l’argent public (et en faisant cela au Centre Prouvé, ils y mettent les moyens !) Pouvez-vous nous dire ce que coutera réellement une telle opération ?
D’ailleurs le premier point à l’ordre du jour est intitulé « communication - Crise du Covid 19 - Plan de résilience métropolitaine » !!! Ils avouent d’entrée que c’est de la communication ! Cela signifie aussi qu’après d’interminables prises de paroles pour s’auto-satisfaire, s’auto-féliciter, s’auto-glorifier, il n’y aura pas de vote ! Juste des affirmations...
La plupart des points à l’ordre du jour sont d’ailleurs tous de la même veine, celle de la « satisfaction de soi », le point 3 annonce même « Accompagnement de la crise sanitaire et cohésion de la société métropolitaine » ! Il fallait oser !
Le point numéro 6 intitulé « appui au tissu économique dans la crise » aura pour rapporteur, comme par hasard... Laurent Hénart. Je suis sûr qu’ils vont nous parler avec fierté de la plateforme digitale qu’ils ont mise en oeuvre sur Nancy « achetezgrandnancy.fr»... Mais je suis sûr aussi qu’ils oublieront de préciser que cette plate forme est peu dynamique, particulièrement inefficace et qu’elle aura couté ... 37000€ à la collectivité ! Sans compter toute la campagne de publicité faite autour de cette opération (la communication est le domaine pour lequel la Métropole ne communique jamais les coûts...).. Et puis ils ne diront pas que cette plateforme compte parmi ses initiateurs Jean-Martin Mondoloni (Tête de liste Les Républicains à Bastia)...

Le point 7 aborde dans un melting-pot « le soutien à la culture, aux sports et aux loisirs » Alors là ! On décroche le pompon ! En effet à la lecture d’un certain nombre d’équipements et d'événements sportifs et culturels qui seront aidés, on ne peut pas décemment voter contre (même si on peut remarquer que le festival de théâtre « Aux actes Citoyens » de Tomblaine est « oublié »...). Mais la manoeuvre (récurrente de la méthode rossinienne) consiste à noyer dans ce dossier conséquent... « La poursuite du projet du Grand Nancy Thermal» !!! 
Donc, les Conseillers Métropolitains auront le choix : soit ils votent pour les aides aux événements culturels et sportifs et ils votent pour le Grand Nancy Thermal (qui est le scandale du siècle) en même temps, soit ils ne veulent pas voter pour le Grand Nancy Thermal et alors là, ils voteront contre les aides aux événements sportifs et culturels !
C’est d’autant plus grave que les nouveaux élus ne savent certainement pas que le Grand Nancy Thermal a fait l’objet de vices de formes et de vices de procédures multiples qui ont été démontrés, mais jusque là toujours étouffés, ils ne savent pas que ce dossier important fait l’objet actuellement de plusieurs recours en justice, ils ne savent pas que ce projet prévoit plus de 80 millions d’euros d’argent public donnés sur 30 ans à des délégataires privés qui ont écrit qu’ils redistribueraient plus de 80 millions d’euros à leurs actionnaires sous forme de dividendes, sur 30 ans... 
Ils ne savent pas non plus que ce projet, avec d’autres, a participé à ce que la Métropole (si on laisse faire, si on engage les autorisations de programme enfilées par la bande à Rossinot en janvier 2018) sera endettée d’ici deux à trois ans à hauteur d’un milliard d’euros et qu’elle est la plus mal classée de France dans le rapport dette par habitant !

3) En conclusion, je dirais que si je ne veux pas participer à cette mascarade, c’est que dans le microcosme du Grand Nancy, c’est l’omerta. Ce Conseil de Métropole est un piège pour les nouveaux élus. Il aurait été compréhensible d’organiser une séance pour gérer les affaires courantes, mais cette réunion de communication dans laquelle seront enfilés quelques dossiers très importants est une insulte à la démocratie.
Ce Conseil de Métropole n’aura pas légitimité à voter, car il est fait de bric et de broc... En effet, il sera composé d’anciens élus qui ne le seront plus dans 15 jours, qui jusque là se sont toujours couchés devant Rossinot et qui aujourd’hui n’en ont plus rien à faire. D’anciens élus qui le seront encore dans 15 jours, mais qui se sont également toujours couchés devant Rossinot et qui ne changeront rien à leur attitude... D’anciens élus qui sont encore en campagne et qui ne sont qu’intéressés par la communication... Puis de nouveaux élus, à qui on va soumettre des votes en n’étant informés de rien...
Grand Nancy, ta démocratie a foutu le camp depuis longtemps !

Il est arrivé ce que j’avais prédit...

Dernier Conseil de Métropole du mandat hier.
Comme prévu Rossinot avait mis en scène son départ et, comme prévu, toute sa cour s’est levée et l’a applaudi.  Un remake du dernier Conseil Municipal de Nancy. Tels des groupies décérébrés, certains se sont même tapé les deux Conseils à se pâmer devant l’idole des jaunes en une interminable tournée d’adieux.

Et, malheureusement, la presse ne semble avoir retenu que cet épisode comme un évènement marquant, alors qu‘il aurait été  plus important d’évoquer le terrible bilan que l’ensemble des Grands Nancéens devront traîner très longtemps comme un véritable boulet...

Mais cette mise en scène et les 61 délibérations à l’ordre du jour n’avaient d’autre but que de détourner l’attention. Je l’avais prédit, je vous l’avais écrit, il fallait absolument passer le sujet du bilan sous silence.

J’avais aussi prédit que le vice-président aux finances, qui a fait allégeance au monarque depuis longtemps, après lui avoir fait un brin de cour, cirage et lustrage de pompes, rappellerait « qu’entre 2014 et 2020, ils ont investi 700 millions, sans augmenter l’encours (il ne précise pas « de la dette », car il avait promis de ne pas dire le mot !) et la capacité de remboursement a légèrement diminué... » fin de citation. C’est terrible de cacher une telle situation derrière ce genre de considération... 
Explication : 1) ils ont investi 700 millions, combien de centaines de millions ont été de mauvais investissements, inutiles, sur des décisions non partagées et pour faire travailler les amis ?
2) L’encours de la dette n’aurait pas augmenté. Oui, mais durant ces 7 années budgétaires, nous avons énormément remboursé en capital comme en intérêts et si l’encours de la dette n’a pas augmenté on aurait donc pu espérer qu’il diminue d’autant, pour une Métropole qui est la plus mal classée de toutes les métropoles de France dans le rapport dette par habitant...
3) L’encours de la dette n’aurait pas augmenté, ils oublient de dire qu’ils ont voté au début de l’année 2019 des autorisations de programme qui décalent d’énormes dépenses sur les prochaines années et qui feront que nous serons tous endettés collectivement à hauteur d’un Milliard d’euros dès 2020, ce que la Métropole ne sera pas en capacité d’assumer !!!
4) Si la capacité de remboursement, comme il le dit, a légèrement diminué, ce n’est pas une bonne nouvelle ! Cela signifie que la situation s’est encore dégradée !!!

Il est gentil Pierre Boileau, c’est vraiment le mot, il est gentil (« on l’aime bien au village »), mais là, c’est carrément de l’irresponsabilité.

J’avais dit que celles et ceux qui voteraient contre ce budget 
« retrouveraient honneur et cohérence ». On peut donc se réjouir que la « gauche » (du moins s’intitulent-ils comme ça eux mêmes) ait voté contre. Même si c’est un peu tard pour tenter de donner des leçons, après s’être tus si longtemps et Avoir aussi peu travaillé... La gauche molle, quand elle s’efforce devient demi-molle, mais reste insuffisante. Ce qui étonne, c’est qu’on puisse continuer à cautionner le scandale financier du Grand Nancy Thermal, le scandale écologique de Nancy Grand Coeur (avoir laissé faire, c’est cautionner) ou encore le scandale écologique et financier du tram-balafre du jardin botanique...

Heureusement, il y a Annie Lévi Ciferman qui, elle, a toujours tenu le même discours, il y a Stéphanie Gruet, Hinde Magada qui n’ont jamais manqué de courage. 

Mais si la compromission de toute la droite n’étonnera personne, on remarquera que P. Jacquemin, le traitre de service, le Ganelon de Villers, s’est une fois de plus tristement illustré en s’abstenant ! Le Président de la Commission des Finances s’abstient sur le vote du budget, messieurs-dames ! Un monument de lâcheté et d’incompétence ! C’est effectivement Pascal Jacquemin qui m’avait dit être d’accord avec moi et mon analyse sur le dossier du Grand Nancy Thermal, mais qui m’avait confié ne pas pouvoir signer le recours au Tribunal Administratif, car il espérait que Werner embauche sa fille à la Mairie de Villers ! Désolé, mais il y a un moment où il faut dire les choses !
Et puis, celui qui décroche le pompon, c’est S. Hablot, le Jacquemin de Vandoeuvre... Celui qui est capable de se déclarer dans la presse gilet jaune et en même temps de s’acoquiner avec la droite Grand Nancéenne dans toutes les magouilles, celui qui se dit de gauche et qui s’affiche avec Rossinot sur son tract de campagne, celui qui est le plus grand cumular de toute la Lorraine...
Comme s’il n’avait pas encore assez trahi, il vote bien sûr pour ce budget (il faudra qu’on s’en souvienne à Vandoeuvre !) et en plus il intervient en séance pour faire de la lèche à Rossinot !!!

Les électeurs iront bientôt aux urnes, il faut faire savoir dans toutes les 20 Communes les comportements qu’ont eus pendant ce mandat, chacun des candidats aux prochaines municipales.

Retrouver honneur et cohérence.

Le dernier Conseil de Métropole du Grand Nancy aura lieu cet après-midi avec au programme pas moins de 61 délibérations dont... le budget. Quand on entend « Métropole », « Grand Nancy », « 61 délibérations », on se dit que cette intercommunalité a été nourrie aux hormones de l’oligarchie, bouffie d’orgueil et de prétention, gonflée d’ambitions et d’arrogance. Tout est dans la démesure et l’irresponsabilité.
Ce dernier Conseil du mandat et de l’ère Rossinot (avec qui on n’en aura pas fini pour autant) devrait permettre de faire le bilan, si triste soit-il. Mais une fois de plus, personne n’en sera dupe, mettre à l’ordre du jour 61 délibérations dont le budget, assommera les participants à cette nouvelle mascarade et noiera le poisson dans d’interminables bavardages de substitution. A force, la ficelle est un peu grosse.

Pour le budget, c’est clair (même si Jacquemin, Président de la Commission des Finances et néo-Wernérien converti n’y comprend rien), ils vont asséner des chiffres et des phrases toutes faites, vides de sens et conformes aux codes de langage qui leur auront été transmis par la technocratie locale...
Ils vont nous dire (on parie ?) que l’épargne brute et l’épargne nette s’améliore (si peu !), il ne diront pas que cela est dû aux économies générées par la diminution de tous les services de proximité dans les 20 communes qui sont la variable d’ajustement budgétaire de ce « machin trop lourd » qu’est la Métropole. Il passeront si vite sur l’état de la dette. Car ils ne diront pas (or, c’est facilement vérifiable et c’est juste mathématique) que la dette de 2019, ajoutée aux autorisations de programme qu’ils ont votées au début de l’année 2019 pour les années suivantes nous infligera une dette dépassant le Milliard d’euros dès 2022 ! 
Voilà pour le budget, pour le bilan, on sait que le Grand Nancy termine 16ème sur 18 au classement général de l’attractivité des métropoles, avec un flop particulier sur l’emploi et les transports, on a remarqué que sur l’enseigne commerçante malheureusement la plus fréquente quand on se promène au centre-ville de Nancy, on peut lire « liquidation avant fermeture », au CHRU de Nancy, après avoir supprimé 500 postes ces dernières années, on annonce 598 nouvelles suppressions, dont 210 rien qu’en 2020 (!), les Grands Nancéiens, qui travaillent où qui vivent sur le plateau de Brabois, vivent l’enfer deux fois par jour pour se déplacer... Et puis, une question... qui peut donner la somme des dettes cumulées de la Métropole, de la Ville de Nancy et du CHRU ? Trois entités présidées depuis des décennies par A. Rossinot, puis L. Hénart ?
Alors celui ou celle qui votera le budget de la Métropole du Grand Nancy ce vendredi 31 janvier 2020, assumera ce triste bilan et signera le fait qu’il en est co-responsable. S’abstenir serait fuir.
Celles et ceux qui voteront contre retrouveront honneur et cohérence.

 

En prise directe

  flux RSS

         Facebook

  Twitter

  Dailymotion

En images


Hervé Féron avec Najat Vallaud-Belkacem
et la réalisatrice yéménite, Khadija Al-Salami

 

 

En vidéo

Intervention d'Hervé Féron en Séance Publique pour les victimes de la répression
de la Commune de Paris

Nombre de Visiteurs

Affiche le nombre de clics des articles : 
4359854

`

Copyright © 2011 Hervé Féron.Tous droits réservés.Template hervé féron

Propulsé par un logiciel libre sous licence GNU/GPL