Grand Nancy Métropole

La contre-revue de présentation du "Grand Nancy Thermal".

 
Le projet du Grand Nancy Thermal pose d'énormes interrogations : coût, légalité, procédures, pertinence du projet en termes d'esthétisme, de cohérence environnementale et patrimoniale, d'accessibilité à ce qu'il subsistera du service public...
Mais André Rossinot et son exécutif s'entêtent, ils continuent à marche forcée, ils s'enfoncent, persistent... et signent le contrat de trop !
Ils tentent désespérément de persuader les Grands Nancéiens de l'intérêt de ce projet, en publiant une revue de communication, financée par l'argent public.
... Mais voilà, dans cet univers impitoyable, un petit groupe d'irréductibles citoyens composé de 9 personnes de l'association "le bien commun", de trois élus métropolitains (Annie Lévi-Cyferman, Stéphanie Gruet et Hervé Féron) et d'une élue de Nancy (Françoise Hervé), sont entrés en résistance...
Quelques jours avant de déposer un recours au Tribunal Administratif, ils ont considéré que cette revue était truffée de contre-vérités, d'omissions lourdes de conséquences, d'affirmations non démontrées,... 
Bref, on vous ment !
Ils souhaitent vous présenter un nouvel éclairage et vous ont concocté ... 
LA CONTRE-REVUE !
 
 

Le bateau coule en grande pompe.

 

André Rossinot Président de la Métropole du Grand Nancy, présentait ses vœux ce matin dans un lieu mythique puisqu’il s’agissait du Palais des Congrès qui a coûté une bonne centaine de millions d’euros aux contribuables.

Cet endroit est l’ancien centre de tri de La Poste et l’on y a conservé la même culture puisqu’à l’entrée les invités étaient triés sur le volet. Des vœux en grande pompe mais une assistance plus clairsemée que les années précédentes. Sur ses deux temps de vœux André Rossinot totalisera moins de monde qu’Hervé Féron lors de ses vœux de Maire de Tomblaine mercredi et samedi soir.

Le discours a été long, mais on n’y a rien appris. Régulièrement il appelle au rassemblement mais ses pratiques claniques décrédibilisent le propos. C’est beaucoup d’auto-satisfaction proclamée, mais rien de nouveau n’est annoncé. Un nouvel élément de langage est proposé : « Il faut que nous inventions le contrat de vie territorial »… On ne peut s’empêcher de penser « Depuis quarante ans, qu’est ce qu’il a attendu pour s’y atteler ? ».

A 14 mois des élections municipales, on remarquera que le gendre d’André Rossinot, François Werner prépare des vœux de candidat à la succession. Il est vrai que Rossinot fait preuve d’un favoritisme douteux à son égard. Les maires de droite s’en plaignent en coulisses. L’incohérent trajet de la très hypothétique ligne 1 du tram passant par Villers-lès-Nancy, ne serait-il pas un coup de pouce donné au gendre-candidat ?

On remarquera que François Werner à l’approche des municipales se permet d’utiliser les listings du Grand Nancy pour inviter très très largement à ses vœux ( les adjoints de toutes les communes, les présidents d’associations subventionnées par le Grand Nancy,…). Toujours les mêmes méthodes.

La gestion catastrophique de la Métropole.

La gestion catastrophique de la Métropole.

Je suis un peu esseulé à dénoncer depuis longtemps la gestion catastrophique de la Métropole surendettée et aujourd'hui  dans une impasse totale.
On fonce droit dans le mur en klaxonnant joyeusement...
Les erreurs sont là et les conséquences s'imposeront à nous. Pour certaines, on ne peut pas faire machine arrière. L'enlaidissement irrémédiable du centre ville de Nancy aura participé à creuser le gouffre financier. De feue la Place Thiers à NancyGrand Coeur en passant par le Palais des Congrès, mesdames et messieurs les Grands Nancéens, votre facture s'en trouve aggravée de quelques centaines de millions d'euros... Alors que la plupart des grandes villes européennes développent des espaces verts (de véritables prairies pour favoriser la bio diversité) très agréables dans les centres-villes, à Nancy on organise la course au logement. On construit en surdensité, on bétonne grave ! 
Questions : 
- où allez-vous trouver des gens qui voudront venir habiter ou travailler dans ces cages à lapins ? 
- Alors qu'actuellement on ne peut plus circuler dans Nancy ni en véhicule particulier, ni en transport en commun (ce qui condamne les commerces un à un), comment ces "nouveaux habitants" vont-ils se déplacer ?

Pour le projet du Grand Nancy Thermal que la plupart de vos élus ont voté allègrement, c'est un cadeau d'une centaine de millions d'euros d'argent public qu'André Rossinot fait à la société Valvital dans des eaux qui restent troubles...

Pour la ligne numéro un du tram qui doit monter jusqu'à Brabois, André Rossinot a enrhumé les mêmes élus gogos qui font des effets de manches, mais qui ne résistent pas. Il n'a fait que renvoyer à des études sur un projet de plus de 400 millions dont la Métropole ne dispose pas. C'est donc un projet impossible, une chimère.

Je suis désolé d'insister, regrettant de ne pas être relayé par la presse sur des choses aussi factuelles. Mais nous allons collectivement à la catastrophe et je me dois d'alerter. Les écrits restent.

Vous le savez, la Métropole est la dernière de France dans son rapport dette par habitant, je le répète depuis plusieurs années. La dette devrait atteindre le milliard (!!!) d'ici 2024, nous sommes étouffés par ce poids.
Je vous ai aussi démontré (à partir de documents de la Métropole) que nous n'échapperons pas à une explosion des impôts de la Métropole.
Et, autre conséquence, je vous ai annoncé aussi une cascade de dégradations des service publics. Exemples :
=> Il y a peu, j'écrivais un article sur la diminution de la fréquence du ramassage des ordures ménagères programmée... pour après les élections municipales !

=> Jeudi 27 décembre, l'Est Républicain annonçait une augmentation de 2,2% de l'eau à laquelle vous devrez ajouter + 2 centimes par mètre cube... Il me semblait pourtant que l'eau était considérée comme un produit de première nécessité dans les pays civilisés ?

=> Vendredi 28, le même journal relaie les affirmations de la droite Métropolitaine quant au futur réseau Stan... 
Alors, je vous donne mon avis. Je viens d'écrire à André Rossinot, qui n'en tiendra pas compte, pour lui dire qu'à Tomblaine, nous avions réussi au bout de nombreuses années à obtenir des dessertes de bus satisfaisantes (a minima). Je trouve pour le moins étrange que la proposition qui est faite soit un recul incroyable à Tomblaine ! 
Quelques exemples :
- Actuellement 4 lignes couvrant l'ensemble des quartiers desservent directement Nancy (lignes T3/5/9/et 13) avec des fréquences comprises entre 15 et 20 Minutes en heures pleines.
Demain, ils proposent de réduire à 2 lignes seulement, négligeant de nombreux quartiers, pour mener à Nancy (lignes Tempo 3 et 15) avec une fréquence de 10 et 30 minutes !

- Ils suppriment la desserte (ligne 13) dans la ZAC du Bois la Dame (1100 logements à terme), pour laquelle la voirie a été spécialement structurée par le Grand Nancy pour le passage des transports en commun, avec des abris-bus installés !!!

- Pour le boulevard Tolstoï, à l'exception d'une ligne 61, depuis Nancy vers Bosserville (avec un seul aller-retour par jour), ce secteur ne serait plus desservi par les transports en commun !!!
Ce sont des parties de ville entières qui seraient ainsi abandonnées !

Mais qu'est-ce que c'est que ce cirque ? Quelle incompétence ! Quelle irresponsabilité ! Quel mépris de la part de ceux ou de celui qui imaginent cette régression !

Dette abyssale - explosion des impôts incontournable - dégradation des services publics. Quelles sont les solutions ?

Une solution urgente : arrêter immédiatement le projet Valvital, nous n'avons pas les moyens de ce projet-là, un autre beaucoup moins coûteux et qualitatif est possible.

Et puis, il faut changer la méthode : le mode de gouvernance, de prises de décisions, les objectifs réels, restaurer la responsabilité budgétaire, pour un budget au service de la vie des habitants.

Je pense qu'il faut travailler à construire un autre avenir à la Métropole, une Métropole humaine, proche des habitants, respectueuse des Maires dans leur rôle, les compétences qu'ils doivent pouvoir retrouver et leurs responsabilités de proximité.

Dès ce début 2019, il faut se préparer pour la Métropole de demain.

Il faudra que cessent les petits arrangements entre amis, les décisions prises par un seul homme en fonction de son humeur du jour, il faudra une ambition pour la qualité de la vie des habitants. Sincèrement, à quoi servent le Sillon Lorrain (combien d'emplois réellement créés ?), l'ADUAN devenue SCALEN, les dizaines de bureaux d'études, les campagnes de communication, et tant d'autres inventions si chères au Président et si coûteuses aux habitants, qui n'apportent que bavardages stériles et justifications de décisions incohérentes ?

Il faut aujourd'hui travailler à ce qui sera une reconquête avec des élus (peu m'importe qu'ils soient de droite, de gauche ou de nulle part, il faut des élus de progrès) et des citoyens de bonne volonté, sincères et courageux qui souhaitent se mettre à la disposition des habitants, par un service public structuré et qui retrouve tout son sens premier. L'emploi, le pouvoir d'achat, un niveau de vie décent, l'accès aux services publics et l'écologie doivent être les priorités.
Mais pas l'écologie des bobos, "pour faire bien", une écologie réaliste et efficace, une stratégie de l'écologie qui devra être évaluée pour démontrer qu'elle n'est pas qu'effet d'annonce...

La seule mission des élus est de trouver la voie pour faire société.

On a commencé le travail, toute les bonnes volonté sont les bienvenues...

Communiqué du 18 décembre 2018.

COMMUNIQUÉ

Le président de la Métropole du Grand Nancy a signé, début décembre, le contrat de délégation de service public qui confie à la société Valvital la réalisation d'un centre aquatique et thermal à Nancy Thermal et son exploitation pour 30 ans.

Cette signature est intervenue 5 mois après la délibération du Conseil de la Métropole qui l'autorisait, et plus d'un mois après la date prévue initialement. C'est dire la fébrilité et l'inquiétude du président du Grand Nancy devant les oppositions qui se sont manifestées contre un projet auquel il tient mais qu'il a conçu sans prendre l'avis des habitants.

Celui-ci ayant rejeté le recours gracieux que nous lui avons adressé et ayant signé le contrat, nous allons, comme nous l'avions annoncé, intenter un recours en contentieux auprès du tribunal administratif. 

Une telle action coûte cher. Si le Grand Nancy se permet, pour sa défense, de faire financer par les contribuables un numéro de la revue Métropole Actu distribué dans tous les foyers de l'agglomération et presque entièrement consacré à une plaidoirie en faveur de son projet, nous n'avons, nous, pour défendre notre conception de l'intérêt général, que nos ressources personnelles et celles des habitants qui voudront bien nous soutenir.

Nous devons trouver environ 8000 € pour payer les frais de justice. C'est pourquoi nous lançons un appel à tous ceux et celles qui sont solidaires de notre action à nous soutenir financièrement, selon leurs moyens. Il n'y a pas de petite contribution, même 4,45 € (le tarif actuel de l'entrée aux piscines) seront les bienvenus, davantage aussi...

Les chèques sont à libeller à l'ordre de « Le Bien commun - Recours Grand Nancy Thermal » et à envoyer à l'adresse suivante : Le Bien commun – 67, rue de la Ravinelle – Nancy.

Nancy, le 18 décembre 2018



Pierre Christophe, Thierry Doumergue, Charles Henry, Noël Le Monnier, Joël Lopparelli, Michel Mietkiewicz, Edith Moreau, Sylvie Prévost, Jean Van Belleghem, membres du collectif Le Bien commun.

Hervé Féron, Stéphanie Gruet, Annie Levi-Cyferman, conseiller(e)s métropolitain(e)s du Grand Nancy.

Françoise Hervé, conseillère municipale de Nancy.

Vous avez dit fusion ?

 

Dans cette interview sur France 3, j'ai été "coupé au montage", ce que je comprends bien, les formats dont disposent les journalistes ne permettent pas de vous donner la parole plus longtemps que ça.
Mais il me semble que l'essentiel de ce que j'ai dit n'a pas été retransmis.
Voilà donc ce que j'aurais voulu que vous entendiez :

Cette proposition est une vraie très mauvaise idée.
Qu'est-ce qui motive cette soudaine proposition ? La situation financière catastrophique de la Métropole dont la dette avoisinera le milliard d'euros en 2024 !
Cela est dû à l'hyperconcentration du pouvoir et à la confiscation des domaines de compétences des maires.
En décidant tout seuls, ils ont multiplié les erreurs et nous ont mené avec entêtement à cette catastrophe que je leur annonçait régulièrement pourtant.
Et là Laurent Hénart voudrait fusionner les Communes, c'est à dire renforcer encore cette concentration des pouvoirs et faire payer aux Communes la note salée en supprimant les services publics ?
Il tente de jeter de la poudre aux yeux des habitants (pendant ce temps-là on ne parle pas de la gestion catastrophique d'André Rossinot et de ses proches).

=> Il ne dit à aucun moment comment une fusion amènerait des économies.

=> Il propose de remplacer les Communes par des "Mairies de quartiers". En dépendance de la gestion technocratique du très, très grand Nancy ! Triste conception de la démocratie de proximité. La création des Communes a été un acte fondateur de la République, une avancée sociale et démocratique. Ce qu'il propose n'est pas la fusion, mais la dissolution. C'est une proposition rétrograde et anti-démocratique.
À l'heure où les gilets jaunes tentent de faire entendre leurs difficultés à M. Macron et ses amis (Rossinot, Garcia, Hénart, Choserot...), comment peut-il ignorer toutes ces personnes que l'on aide au quotidien dans nos Communes ?

=> il reprend ma proposition d'interroger les citoyens ! Mais on connait leur façon d'organiser la concertation (le tram, Nancy-Thermal...)
Et, souvenez-vous, ils ne vous ont jamais interrogés sur la création de la Communauté Urbaine, puis de la Métropole. Ils ne vous ont jamais interrogés sur la confiscation des compétences des Maires, ils ne vous ont jamais interrogés sur la spoliation des Communes quand le Grand Nancy leur confisque les terrains pour les revendre avec (très grosse) plus-value au passage.

Cette boulimie pour tout maitriser, tout décider, tout avaler, tout ingurgiter a rendu le Grand, le trop Grand Nancy en état d'obésité pathologique. A trop vouloir se grossir pour devenir aussi grosse que le boeuf, la grenouille avait fini par éclater... Métropole du Grand Nancy, Nancy Grand Coeur, Grand Nancy Thermal... La Métropole du Gros Nancy est poussive et essoufflée.

 

Rien ne va plus...



Si vous vous souvenez de ce que j'avais dit au Conseil de Métropole de juin 2017, j'avais annoncé "qu'André Rossinot
nous menait en bateau". Quand la plupart des élus de gauche avaient voté la délibération sur le tram, je leur avais
expliqué qu'André Rossinot par cette délibération du mois de juin reportait une décision au mois de décembre suivant.
Et je prédisais qu'en décembre suivant, André Rossinot nous renverrait à nouveau à des nouvelles études...
C'est exactement ce qu'il s'est produit vendredi !

C'est la stratégie de la fuite :  commencer par annoncer un tel projet, permet de faire rêver les plus naïfs (ainsi que les 
courtisans), mais le différer sans cesse permet de le reporter à une époque où d'autres devront assumer ce terrible héritage.

Alors que s'est-il produit vendredi ? André Rossinot et son exécutif, Christophe Choserot en tête, ont présenté un dossier au
Conseil de Métropole, dont la seule avancée était de faire voter la mise en place d'une Enquête d'Intérêt Public ! (je l'avais dit !!!)
Et comme le dit Françoise Hervé "présenter aujourd'hui un dossier de DUP concernant un chantier qui ne débutera qu'en
2021 pour ne s'achever que sept ans plus tard, sans savoir s'il est financièrement possible, relève du gag !"

Vous avez dit dépôt de bilan ?

 
 
Je suis très heureux de voir que l'Est Républicain de samedi soulève un certain nombre d'incohérences gravissimes que je dénonce depuis si longtemps au Conseil de Métropole ou sur mon site herveferon.fr mais qui n'étaient pas relayées jusqu'alors. Je vous renvoie tout d'abord à ce que j'écrivais sur ce site sous le titre "Le tram, on vous enfume... un lien direct avec le Grand Nancy Thermal", voilà le lien :
http://herveferon.fr/index.php/tomblaine-et-la-cugn/cugn/2845-le-tram-on-vous-enfume-un-lien-direct-avec-le-grand-nancy-thermal

 

Si j'écris à nouveau aujourd'hui, c'est parce que plusieurs personnes se sont étonnées de ne pas voir mon intervention dans la presse suite au Conseil de Métropole de vendredi. D'habitude, je suis présent, je prends la parole et le lendemain la presse n'en rapporte rien. Mais cette fois-ci, c'est normal, je n'étais pas présent. J'avais hospitalisé, la veille dans la nuit, en urgence ma mère qui a 95 ans et j'ai choisi ma priorité. Il est vrai aussi que je ne crois plus du tout à cet exercice de non-démocratie qu'est le Conseil de Métropole...
 
L'excellent article de l'Est Républicain vous apprend ce que je dis de façon plutôt esseulée depuis très longtemps. 
Car la Métropole du Grand Nancy est très endettée, elle est la dernière de France dans le rapport dette par habitant. Et cela se dégrade chaque année à cause de tous les investissements inconsidérés, dispendieux, et la plupart du temps si laids que le Grand Nancy a entrepris.
Le quartier Nancy Grand Coeur coûte une fortune, pour de la bétonisation outrancière, on y construit une ville inhumaine, la Place Veil est désespérément minérale et inhospitalière (l'actuel marché de Noël est ainsi le plus moche de France ! Pauvres commerçants, qu'ont-ils fait pour être traités ainsi ?), le déménagement de la caserne Joffre (qui n'a que 20 ans) va coûter une fortune. Le Palais des Congrès a coûté beaucoup trop cher, les déménagements de dentaire et pharma ont coûté une fortune, on a ainsi généré un traffic routier qui pourrit la vie des gens au quotidien... Que d'erreurs et que d'argent public dilapidé !
Sans compter que ceux qui conçoivent cela ont deux points communs : ils sont incompétents pour anticiper les difficultés de transports et ils n'ont aucun sens de l'esthétisme et de la qualité de la vie.
 
Depuis longtemps, je dis aussi qu'André Rossinot veut régner en maître absolu jusqu'au bout et qu'il se fout comme de l'an 40  de ce qu'il adviendra après lui. 
 
En s'obstinant dans son projet de Grand Nancy Thermal (il ne s'en vante pas, mais il a signé le contrat avec Valvital la semaine dernière... Au fait, le saviez-vous ?), projet qui coûtera une bonne centaine de millions aux contribuables, il rend tout simplement impossible la réalisation de ce tram !
Et donc tous ceux qui se disent réjouis par ce projet vous mentent, Christophe Choserot le premier. La journaliste précise qu'il serait pourtant socialiste... Je ne crois pas. Je pense qu'il n'a jamais été socialiste, beaucoup trop libéral pour ça. Il a juste été adhérent du Parti Socialiste. À force d'être trop libéral, on ne peut plus être proche du Peuple et on ne met plus l'intérêt général en priorité. Non, Christophe Choserot, aujourd'hui est une sorte de macroniste contrarié de la dernière heure... comme André Rossinot, c'est vous dire ! Ces pauvres gens sont politiquement en errance.
Et tous les Conseillers Métropolitains qui ont voté le projet du Grand Nancy Thermal, alors que je les ai prévenus, devront un jour rendre des comptes, y compris les socialistes qui tentent piteusement de se redorer le blason en faisant des effets de manches sur le coût du tram au Conseil de Métropole. 
Seuls Annie Lévi-Cifferman, Hinde Magada et moi avons voté contre le projet Valvital. Stéphanie Gruet et Pascal Jacquemin s'étaient abstenus.
Relisez-moi : le Milliard de dette en 2024, je vous l'avais prédit ! Mais je démontrais aussi que cette gestion irresponsable et calamiteuse allait faire exploser vos impôts et diminuer les services publics en même temps que de faire des grands-nancéiens les contribuables les plus endettés de France.
 
Pour les impôts, c'est simple : une dette abyssale = des traites énormes pour rembourser le capital sur le budget d'investissement, ce qui vous empêche d'investir par ailleurs. Mais pour rembourser ce capital, il faut de l'autofinancement (prélevé, lui, sur le budget de fonctionnement). Ce besoin d'autofinancement augmente donc mathématiquement et grève terriblement le budget de fonctionnement sur lequel on doit payer aussi les intérêts d'emprunt qui explosent de la même façon. Au bout d'un moment, on a un budget de fonctionnement tellement contraint, qu'on ne peut plus fonctionner, alors on diminue ou on supprime des services publics. Chronique d'une mort annoncée !!!
 
... Quant à la proposition de Laurent Hénart de fusionner les Communes, c'est une hérésie !
Réfléchissez : quand vous a-t-on demandé votre avis pour créer la Communauté Urbaine et confisquer à vos maires la quasi totalité de leurs compétences ? Cela a-t-il permis de réaliser des économies ? Non, le gouffre financier est là, béant, pour le démonter.
Cela a-t-il amélioré le service public ? Non. Exemple : savez-vous "qu'ils"ont décidé de passer de deux collectes des ordures ménagères à une seule ? Savez-vous qu'ils ne mettront en œuvre cette modification qu'après les élections municipales de 2020 ?
Nous ne devons pas accepter que la fusion des Communes puisse passer autrement que par un référendum proposé aux habitants.
Car la fusion des Communes, n'aurait pour conséquences qu'une concentration du pouvoir encore plus oppressante, l'éloignement des élus de la population, et des petites communes considérées comme des variables d'ajustement budgétaire par le 
trop-Grand Nancy. Savez-vous qu'André Rossinot a acheté le tiers de la Ville de Tomblaine (la Plaine Flageul) à l'Etat pour un euro symbolique et qu'il revend ces terrains dans la plupart des cas pour 60€ le mètre carré ? Cela s'appelle spolier les petites Communes.
 
Lorsque vous avez un problème dans vos Communes, c'est votre Maire, que vous allez voir, alors que dans 90% des cas le responsable est le Président du Grand Nancy, mais lui, est si loin de vous et de vos petits problèmes....
Alors la fusion, pourquoi ? Qu'est-ce qui ferait que la fusion des Communes diminuerait la dette colossale créée par la droite du Grand Nancy ? Soyons un peu  sérieux et respectons un peu la population.
La solidarité, oui. La fusion et l'hyper-concentration des pouvoirs, non.
 
Aujourd'hui, le seul acte responsable consisterait à arrêter immédiatement le projet Valvital pour le remplacer par un projet financé par l'entreprise privée qui exploitera le site. 
 
Sans cela, le tram ne se fera jamais, nous n'aurons plus les moyens de fonctionner.
 
C'est là que les gilets jaunes du Grand Nancy pourraient bien venir poser des questions...

L'opération "Grand Nancy Thermal se visite" est reportée !



Le Grand Nancy avait souhaité tenter une opération de séduction (ils devaient avoir encore un peu d'argent disponible sur leur budget communication...) en lançant
pour samedi 8 décembre une opération séduction "Le Grand Nancy Thermal se visite".
Et voilà qu'ils reportent ! Quel dommage ! Les élus de la Métropole auraient-ils du mal à assumer ce projet ???

Allez, on peut toujours rêver... et si André Rossinot, ORL de métier venait à sortir soudainement de sa surdité et qu'il entende le Peuple qui gronde... Et si il ne signait
finalement pas le contrat avec la société Valvital ?

Voilà une interview de Françoise Hervé que la presse n'a jamais diffusée.



On comprend pourquoi les gilets jaunes utilisent les réseaux sociaux, tant les médias sont devenus complices
de l'autocratie dans ce pays. Le Peuple ne fait plus confiance aux journalistes.

Cette interview est intéressante à bien des titres. On y comprend qu'André Rossinot n'a jamais souhaité entendre les
gens qui travaillent (comme Françoise Hervé), mais il fonctionne toujours à marche forcée. Il a réussi à rendre suffisamment 
serviles les élus de la Métropole, y compris les élus de gauche, pour qu'ils gobent tout et qu'ils abandonnent le Peuple...

La démonstration est faite dans cette interview que longtemps André Rossinot a tenté de nous faire croire que le tram ferré ne 
pouvait pas techniquement monter l'avenue Jean Jaurès à Vandoeuvre. Or, c'était faux. 

Lui, son projet, c'était de ne pas faire monter le tram jusqu'à Brabois. Alors, il nous a embarqué dans un projet qu'il sait irréalisable !
Donc, il "propose" de faire passer le tram par Villers-les-Nancy (pour mieux servir les intérêts du gendre...).
Il prévoit d'étaler le financement, et donc les travaux et la mise en oeuvre, jusqu'en... 2026 !!!
Le projet est évalué à 400 millions, donc beaucoup plus cher que cela n'aurait pu coûter. Comme par ailleurs il veut faire un cadeau
à Valvital de 100 millions, chacun sait que le Grand Nancy ne pourra jamais assumer la ligne numéro 1 de transports en commun
sans une explosion de vos impôts, de la dette du Grand Nancy et une réduction drastique du niveau des services publics !

Valvital, c'est la société à qui il veut donner plus de 100 millions d'argent public (donc le votre) sur 30 ans pour réaliser son projet
de Grand Nancy Thermal. Et dans le même temps cette société Valvital réalisera sur ce même projet un bénéfice de 87 millions qui
seront redistribués à ses actionnaires...

Si je suis formellement contre les violences, toutes les formes de violences, contre les dégradations, contre le fait d'empêcher les
petits commerces de fonctionner, comme les gros commerces (car dans les gros commerces, il y a des petits travailleurs qui sont 
pénalisés...), les premiers voyous de la république, c'est Macron et sa bande. Mais localement, c'est Rossinot et sa bande. Ils trahissent 
le Peuple en permanence.

André Rossinot se doit comme Macron d'entendre la colère du Peuple, il se doit d'annoncer qu'il ne signera pas ce contrat avec Valvital,
il doit accepter de changer ses méthodes.

Il y en a assez de la bétonisation à "Nancy Grand Coeur" qui enlaidit la ville dans la continuité de l'horrible place Simone VeiL, il 
faut arrêter de faire travailler les amis, il faut arrêter le projet Valvital et il faut repenser le projet de la ligne numéro 1. 
C'est un appel aux élus de la Métropole, ayez enfin un peu de courage, arrêtez le massacre !

Voilà l'article en question.

 

Mme Hervé, lors de l'instruction du premier projet de tram, vous êtes souvent intervenue pour 
contester le choix d'un tram sur pneus. Rappelez-nous cette histoire.

Conseiller communautaire de 1995 à 2008, je me suis constamment opposée au projet du tram Bombardier, 
en m'appuyant sur son historique et sur une analyse de ses caractéristiques techniques et de ses performances. 
La suite ininterrompue de ses déboires, qui en a fait sans conteste l'un des plus grands fiascos des TC en France 
depuis longtemps, a malheureusement tout à fait corroboré la position qui était la mienne. Citons les 4.300 
pannes de l'année 2006, la rocambolesque perte d'un moteur de 800 kilos la même année, ou encore la rupture 
d'un pivot de guidage, la casse d'un timon, divers incendies, les innombrables déguidages..

Je ne m'étais pas limitée à une étude critique. Parallèlement, j'avais préconisé que soit étudiée la possibilité offerte 
par une technologie toute nouvelle, le tram ferré léger, inventé par Alstom, sous l'appellation "Citadis", et que celle-ci 
figure parmi les variantes, que la loi sur les études d'impact impose de comparer entre elles. Tout fut fait pour que cette 
comparaison objective n'ait pas lieu. Il me fut même opposé en séance publique de la Communauté Urbaine que cette 
technologie n'existait pas. Or le premier tram Citadis était au même moment en construction à l'usine d'Aytré-La Rochelle 
et fut livré en 1999-2000 à Montpellier, pendant qu'était inauguré le tram Bombardier de Nancy!...

Enfin, osera-t-on rappeler que le tram Bombardier a été débouté par le Tribunal Administratif de Nancy pour illégalité de la 
procédure? Mais en France ces infractions n'entraînent pas de sanction...


Que pensez-vous de la position du Grand Nancy, qui affirme ne pas être en mesure d'assumer financièrement la réalisation 
de la ligne 1 dans sa totalité?

Cette situation est regrettable pour plusieurs raisons. Là encore, le passé éclaire le présent et permet de l'apprécier à sa juste 
mesure.

Il faut savoir qu'au tournant des années 80 Nantes et Nancy penchèrent pour l’adoption d’un tramway. Nancy opta finalement 
pour un trolleybus, qu'on fut obligé de remplacer quinze ans plus tard par le Bombardier. Nantes, quant à elle, construisit sa 
ligne 1 de tram et les rames qui y circulent encore aujourd'hui ne seront remplacées qu'en 2021! On peut donc dire que ce que 
les Nantais ont payé une fois, les Nancéiens l'ont, eux, payé trois fois et même plus: trolley, tram Bombardier, grand relevage, 
c'est-à-dire quasi reconstruction dudit tram et maintenant adaptation de la piste de roulement et de ses dépendances.

En second lieu, je révélerai l'épisode suivant. En 2008, alors qu'il venait de nouveau d'être réélu maire de Nancy et président de 
la Communauté Urbaine, je suis allée rendre visite à André Rossinot, afin de l'inviter à traiter au fond le problème du tram, dont 
les réparations incessantes étaient un gouffre financier, et à s'inspirer du cas de Caen, qui soumis aux mêmes déboires que nous, 
venait de décider de remplacer le système Bombardier par un tram ferré, en réutilisant la plateforme existante. Mon conseil n'eut 
pas de suite. C'était il y a dix ans. On continua à pratiquer l'acharnement thérapeutique et à alimenter un puits sans fond. Aujourd'hui 
Caen est prête à inaugurer sa ligne. Nous, nous adoptons enfin la même solution, mais nous en sommes encore à définir le projet --la 
Métropole commence à craindre de ne pas être au rendez-vous en 2023-- et nous n'avons pas d'argent...


Quel est votre avis sur la montée à Brabois?

Comme je l'ai écrit dans le cadre de la concertation, la rupture de charge, qui est le terme consacré pour désigner le fait que des 
passagers transportés par un premier véhicule sont obligés d'en emprunter un second pour poursuivre leur itinéraire, est une étape 
coûteuse en temps, en organisation, en confort, que les opérateurs de transport essaient de limiter dans toute la mesure du possible. 
La correspondance tram/BHNS au vélodrome représentera une dégradation du déplacement, notamment pour les patients fréquentant 
les hôpitaux. Le public ne s'y est d'ailleurs pas trompé, en se montrant, dans sa grande majorité, défavorable à cette hypothèse.

La mairie de Vandoeuvre a pris une excellente initiative en commandant à des cabinets d'études extérieurs une expertise, notamment sur 
la faisabilité de la correspondance tram/BHNS au Vélodrome. Les résultats sont parlants: on générera des blocages récurrents de cet important 
noeud de circulation, lequel connaît déjà un certain nombre de difficultés. Comment penser en effet transborder quai à quai, sans problème, 
les 300 passagers d'un tram dans des bus de 180 places? On mesure l'engorgement du carrefour, à la simple considération que 30 trams de 
38 mètres de long et 15 BHNS de 18 mètres l'emprunteront à l'heure...

Ce n'est pas au moment où on déménage là-haut le coeur hospitalier de Nancy, au risque --redoutable-- de faire de l'avenue de Strasbourg 
une friche, qu'on peut imaginer ne pas desservir correctement le Plateau. Il est d'intérêt public de construire d'un seul jet le tram fer de la 
Porte Verte à Brabois. L'irrigation d'une métropole par un réseau de TC performant est une nécessité vitale, de la même manière qu'est vitale 
la circulation sanguine dans le corps. Les erreurs des dernières décennies, comme les hésitations d'aujourd'hui, laissent malheureusement 
penser qu'à Nancy on ne l'a pas encore tout à fait compris. Le Grand Nancy a pris un retard considérable en matière de transports publics, 
ce qui n'est pas sans impact sur son attractivité.

Dans cette optique, la recherche du meilleur tracé Vélodrome-Brabois revêt donc une importance décisive. A ce propos, j'ai été particulièrement 
surprise de lire dans le document officiel, intitulé "Notice du projet", la même affirmation erronée qu'il y a vingt ans --elle a d'ailleurs servi à 
éliminer le tram ferré--, selon laquelle l'avenue Jean Jaurès était, en raison de sa déclivité, inaccessible à ce mode. L'hypothèse a en conséquence 
été, une nouvelle fois, exclue a priori, sans autre forme de procès. Or, pour l'avoir fait vérifier par des ingénieurs, je puis affirmer qu'un tram ferré 
est capable d'emprunter cette artère, dans des conditions analogues au tram Bombardier.

Au lieu de se priver d'une manière infondée d'une possible solution, réintégrons-la dans l'éventail des variantes, étudions-la et comparons-la avec 
les autres. Cela me semble la seule démarche rationnelle.


Et pour le reste?

La création d'un équipement de TC, tel qu'une ligne de tram, est une opération complexe, qui inclut de multiples volets. Une fois le tracé adopté, 
il faudra veiller à de nombreux points, par exemple choisir le meilleur matériel, ne pas se tromper sur la capacité des rames, prévoir le captage au 
sol pour certaines sections, comme la traversée du centre historique, ou l'engazonnement de la piste de roulement dans certains quartiers, organiser 
le chantier de la manière la plus rationnelle et efficace, etc. Mais, je dirais, chaque chose en son temps…
 


... et pendant ce temps-là le scandale continue...



Je suis un peu surpris de voir que certains élus "de gôche" se vantent d'être des gilets jaunes,
détournant ainsi à leur profit une initiative spontanée de citoyens, alors que ces mêmes élus 
"de gôche" se commettent avec la droite de la Métropole sur des projets scandaleux qui vont 
plomber le niveau de vie des habitants du Grand Nancy pour des dizaines d'années. Un peu 
de décence tout de même !!!
D'ailleurs, je me dis qu'ils ne serait pas étonnant de voir ces gilets jaunes pointer leur nez du
côté de la Métropole pour demander des comptes à son Président André Rossinot et à ses amis
tout aussi encoquinés...

Pourquoi ?

=> Pour défendre les dizaines de milliers de personnes qui doivent prendre leurs véhicules personnels 
quotidiennement pour monter travailler à Brabois, parce que André Rossinot a décidé unilatéralement
du développement exponentiel du site de Brabois, avant même de penser à organiser les transports 
en commun pour permettre aux grands nancéïens d'aller travailler.

=> Pour dénoncer le surendettement présent de la Métropole et l'aggravation programmée de cette 
situation, due à l'irresponsabilité de son exécutif. Les conséquences provoqueront une hausse d'impôts
importantes et inéluctable.

=> Pour dénoncer le gâchis d'argent public dû à des décisions inconsidérées et aux méthodes des plus 
douteuses : en particulier le projet du Grand Nancy Thermal qui verra la Métropole verser à Valvital et
pour ce projet plus de 100 millions d'argent public sur 30 ans, quand cette société prévoit dans le même
temps de réaliser sur ce même projet des bénéfices à hauteur de... 87 millions d'€ qui seront redistribués
aux actionnaires !!!

Mesdames, messieurs, gilets jaunes, c'est de votre argent qu'il s'agit !!!

Alors quand je vois qu'à l'ordre du jour du bureau de Métropole de demain vendredi, on continue (à marche 
forcée) à programmer des délibérations concernant ce projet de Grand Nancy Thermal en balayant complètement
le fait que 9 citoyens du collectif "le bien commun", 3 élus métropolitains et une élue de Nancy ont engagé des
recours... c'est un déni de démocratie et un irrespect permanent.

Quand je vois qu'une autre délibération prévoit des avenants avec l'EPFL concernant le site Méchelle-Picot à
Tomblaine, sans aucune concertation préalable avec le Maire de Tomblaine, alors que cette plaine de la Méchelle
a été gelée depuis de nombreuses années, par le Président de la Métropole qui l'a fait réserver par l'EPFL en 
mentant aux tomblainois et aux riverains quant à ses projets d'intérêt public sur ce site. 
Quand je vois qu'il a ainsi organisé un véritable taudis insalubre, glauque et dangereux à cet endroit. Si je vous 
dis que je lui ai écrit début janvier 2018 pour lui demander de mettre en sécurité 5 des maisons en ruines à cet 
endroit en les démolissant et mettre par la même occasion en sécurité les squatters ponctuels, les riverains, les 
milliers de spectateurs du stade Picot, les 3000 élèves de la cité scolaire... Et qu'aujourd'hui fin novembre, malgré
les promesses, les travaux de démolition n'ont toujours pas été engagés !!! C'est une déni de démocratie et un 
irrespect permanent ! 

Le Grand Nancy, c'est l'univers du mensonge et des petits arrangements entre amis. Le bureau et le Conseil de
Métropole sont une grand-messe stérile et ne sont que verbiage insincère et dénué de sens.
Et pendant ce temps-là, le scandale continue...

 

En prise directe

  flux RSS

         Facebook

  Twitter

  Dailymotion

En images


Hervé Féron avec Najat Vallaud-Belkacem
et la réalisatrice yéménite, Khadija Al-Salami

 

 

En vidéo

Intervention d'Hervé Féron en Séance Publique pour les victimes de la répression
de la Commune de Paris

Nombre de Visiteurs

Affiche le nombre de clics des articles : 
3426391

`

Copyright © 2011 Hervé Féron.Tous droits réservés.Template hervé féron

Propulsé par un logiciel libre sous licence GNU/GPL