Actualité

Primaires de la Gauche, n'oubliez pas d'aller voter les 22 et 29 janvier

Pour les Primaires de la Gauche, n'oubliez pas d'aller voter les dimanches 22 et 29 janvier :

Tous les bureaux de vote seront ouverts en continu de 9h à 19h. Le bureau de vote de Tomblaine est situé à la salle des fêtes, Boulevard Henri Barbusse. Celui de Laneuveville est au 16 rue Pierre Crémel, 54 410 - Laneuveville-devant-Nancy et celui de Buissoncourt est à la salle des fêtes, rue Haute, 54 110 - Buissoncourt.

Veuillez trouver, ci-dessous, la carte des bureaux de vote de Nancy :

Pour plus d'informations, vous pouvez vous rendre sur le site des Primaires de la Gauche.

Hervé Féron signe une pétition pour supprimer le délai de prescription concernant les violences faites aux enfants

Retrouvez le texte de cette pétition ci-dessous :

***

Pédophilie/Délai de prescription : donnons le temps aux victimes d'obtenir justice !

Aujourd'hui en France, il existe un délai de prescription concernant les violences faites aux enfants : tortures physiques et/ou psychologiques, viols, violences incestueuses. Nous ne pouvons plus tolérer que des faits d’une gravité insupportable ayant des conséquences sur la vie entière des victimes puissent être prescrits et que donc, les coupables puissent ne jamais avoir à répondre de leurs actes.

On ne peut pas décider de quand une victime est prête à parler, à entamer une action en justice, c’est-à-dire devoir revenir sur les faits, dans leurs moindres détails, et replonger dans la douleur. Parce que les victimes sont cassées psychologiquement et qu’il faut des années pour parvenir à se reconstruire, des années pour trouver la force de parler, la force d’affronter le déni des autres (familles, entourage), voire même des années pour être capable de ne pas juste s’effondrer en larmes ou avoir envie de hurler : « NON ». Parler d'abord, prendre conscience ensuite, et envisager un jour de porter plainte : des étapes différentes qui prennent du temps.

J’ai mis bien plus de 20 ans pour être prête à parler vraiment. Des  années de souffrance, de solitude, de peurs, de cauchemars, de séquelles… Une partie de ma vie foutue en l’air. Trop de temps, estime la justice, pour pouvoir traîner mon bourreau devant un tribunal. Comme pour des milliers de victimes. Aujourd'hui celui qui a brisé mon enfance, mon adolescence et une partie de ma vie est mort. C'était un monstre, mais sans condamnation, il s'est éteint en laissant le doute dans l'esprit de ses proches, il est mort sans jamais avoir eu le courage et la décence de reconnaître les faits. Ce n'est pas juste.

On est prêt à parler et à aller en justice quand on est assez entouré, soutenu, compris, aimé. Quand on a enfin trouvé la force en soi de ne plus courber l’échine, quand on a enfin compris que nous sommes les victimes et que ce n’est pas à nous d’avoir honte.
On est prêt à parler quand on a enfin pu comprendre ce qui nous est arrivé et que nous n’avons pas à nous taire pour protéger une réputation familiale, sauvegarder des apparences répugnantes ou par crainte d'être accusé de mentir. Quand on a compris que ce qu'on nous a fait est à la fois impardonnable et surtout condamnable.

Je vous demande donc de soutenir cette pétition pour que ces faits ne puissent plus être prescrits, pour donner le temps aux victimes de parler.

Parce qu'à chaque instant des enfants subissent des traitements inhumains et qu'ils vont devoir vivre avec, grandir avec, se construire dans la douleur et le manque. Un jour, ces enfants trouveront la force de dénoncer, et voudront que la justice leur soit rendue. Mais ce jour là, on leur dira qu'il est trop tard. Et ce n'est pas juste. Dans la lutte contre les violences sur les enfants, il y a aussi ça : la prise en compte de la parole des victimes qui ne doit plus se heurter au délai de prescription...

Les bourreaux doivent savoir que, tôt ou tard, ils devront répondre de leurs actes. Ils ne doivent jamais pouvoir vivre en paix. Nous devons faire en sorte que chaque victime puisse avoir une chance d’être reconnue et que les bourreaux soient condamnés comme il se doit. Car la prescription est aussi un message insidieux : « finalement, ce n’est pas si grave »… « Finalement, on s’en remet ».  Non, on ne s’en remet pas, on vit avec, plus ou moins bien, on souffre à vie. Parfois on garde en plus des séquelles psychologiques des séquelles physiques qui parasitent notre quotidien. 

On doit vivre à perpétuité avec ce qu'on nous a fait, pourquoi alors devrait-il exister un délai à respecter pour porter plainte ? 
Il est temps que ces violences soient considérées comme ce qu’elles sont et que leurs auteurs soient condamnés peu importe le nombre d'années écoulées.

L'actualité des actes pédophiles qui auraient été commis au sein de l'église à Lyon me poussent aujourd'hui à m'associer au combat de l'association "La parole Libérée" qui soutient les victimes dans ce dossier, car il devient de plus en plus évident que les victimes sont bien plus nombreuses que l'on est en mesure de l'imaginer. Parce que cette association et moi même nous souhaitons que ces crimes soient enfin reconnus pour leur extrême gravité, que leurs conséquences soient connues. 

Il est temps de dénoncer ce délai de prescription qui minimise les conséquences des viols sur mineurs, des violences incestueuses qui font des dégâts irréversibles sur la santé, la vie sociale et familiale des victimes!

Ainsi, pourrons-nous protéger nos enfants des prédateurs en faisant clairement comprendre que ces actes seront punis un jour où l'autre.

Coup de gueule !

Des évènements très graves ont eu lieu au stade Saint Symphorien à Metz lors du Match de foot Metz-Lyon. Tout le monde crie au scandale, mais j’ai vraiment envie de réagir pour dire qu’il y a un vrai problème d’irresponsabilité collective. Depuis très longtemps dans les stades, la délinquance est organisée, s’est structurée. Et quand je dis la délinquance, ce sont des incivilités, des insultes, du racisme, des agressions, ... Je ne veux pas accabler le club du FC Metz mais par contre une partie de son public est malheureusement coutumier de ces faits. Il ne faut pas s’étonner, il n’y a rien de nouveau.

J’étais présent lors du match Metz-Nancy l’année dernière  et j’avais, sur ce même site, écrit mon indignation. Lorsqu’après s’être échauffés sur le terrain les joueurs de Metz et de Nancy sont rentrés vers le vestiaire, une fusée a été tirée en direction d’un joueur de Nancy qui s’était attardé à l’échauffement et les services chargés d’arroser la pelouse ont déclenché le système d’arrosage sur ce dernier joueur avant qu’il n‘ait quitté la pelouse. De part et d’autres derrière les buts, c’était des chants guerriers, haineux, des banderoles incitant à la haine et, autour de moi, je voyais des gens qui dans la semaine pourraient être de braves pères de famille, sereins et qui se libéraient en hurlant des insanités contre les nancéiens. On n’a peut-être pas mieux parfois derrière les buts de Nancy mais, de toute manière, il faut arrêter tout cela et très vite.

Samedi, des soi-disant supporters Messins ont volontairement tiré sur le gardien lyonnais avec des artifices qui peuvent tuer ou blesser grièvement. Alors que le gardien lyonnais était à terre et que le médecin était en train de le soigner, ils ont recommencé en les visant précisément. C’est inadmissible, ce sont des délits graves. C’est gens-là doivent être interdits définitivement de stade. Il faut en appeler à la responsabilité collective. Ne supportez plus qu’autour de vous le moindre spectateur hurle la moindre insulte à l’égard des joueurs ou de l’arbitre ! Le football doit redevenir un sport noble et on ne peut être un citoyen responsable à l’extérieur du stade et se comporter comme une bête immonde sous prétexte qu’on appartient à un Kop.

Dans le contexte que nous vivons sur fond de terreur organisée, récupérer par les plus rétrogrades qui veulent du sécuritaire à tout crin, tout cela est très grave. Le Sport est beau, il doit nous permettre de transmettre de belles valeurs à nos enfants, que ceux qui  n’en sont pas soient couverts de honte. J’ai regardé le match Nancy-Metz à la télévision, j’étais scandalisé par ce commentateur qui se permettait de juger Monsieur le Préfet de Meurthe-et-Moselle parce qu’il avait pris des mesures de sécurité pour interdire l’accès au stade des supporters messins. Mais qui est-il ce commentateur, au nom de qui peut-il dire des choses comme cela et se poser en juge ? En se permettant ce genre de remarque il se place au niveau des irresponsables, nous avons toutes et tous à construire la fraternité et à faire société ensemble.

François Chérèque nous a quitté

Nous avons appris aujourd’hui le décès de François Chérèque. J’avais beaucoup d’affection et de respect pour ce militant syndicaliste, pour son histoire personnelle, pour son action et ses valeurs et j’adresse à sa famille et à son père, que j’apprécie particulièrement, mes sincères condoléances.

Fils de Jacques Chérèque, ancien Ministre avec qui j’ai été Conseiller Général de Meurthe-et-Moselle, François Chérèque a joué un rôle majeur et louable en tant que Secrétaire Général de la CFDT (Confédération Française Démocratique du Travail) de 2002 à 2012 et en faveur des acquis sociaux. Il fut notamment un des acteurs majeurs de la lutte contre la réforme des retraites de 2010. Il faut aussi saluer son engagement et son action en tant que Président de l’Agence du Service Civique à partir de 2013, où il a travaillé avec passion et efficacité pour une plus grande ouverture et une meilleure reconnaissance de ce service citoyen.

Hervé Féron au journal de France 3 Régions

Hervé Féron est intervenu ce midi au journal de France 3 Régions afin de présenter sa Proposition de Loi permettant l'organisation d'Obsèques laïques :

 

 

En prise directe

  flux RSS

         Facebook

  Twitter

  Dailymotion

En images

Hervé Féron avec Najat Vallaud-Belkacem
et la réalisatrice yéménite, Khadija Al-Salami

En vidéo

Intervention d'Hervé Féron en Séance Publique pour les victimes de la répression
de la Commune de Paris

Nombre de Visiteurs

Affiche le nombre de clics des articles : 
2206430

`

Copyright © 2011 Hervé Féron.Tous droits réservés.Template hervé féron

Propulsé par un logiciel libre sous licence GNU/GPL