Hervé FERON

Blog


On peut toujours pavoiser...

Ce vendredi 10 mai, la Ville de Tomblaine, comme de nombreuses villes en France sera pavoisée, à la demande de monsieur le Préfet.
Vous vous demanderez peut-être pourquoi ces couleurs bleu-blanc-rouge seront levées ainsi, deux jours après le 8 mai, dont chacun connaît mieux la signification...
Depuis 2006, la France commémore officiellement le 10 mai la Journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leur abolition.

Hasard, du calendrier, les ONG se mobilisent actuellement pour tenter d'empêcher la France de livrer à nouveau des armes à l'Arabie Saoudite et aux Émirats qui s'en serviront dans leur terrible guerre au Yémen.
C'est un patrimoine culturel de l'Humanité qui est ainsi saccagé, massacré au Yémen, mais ce sont aussi des populations civiles qui sont opprimées et parfois même décimées.
Je vous invite à regarder le film "Moi, Nojoom, 10 ans, divorcée" de la réalisatrice yéménite Khadidja al-Salami. On y découvre l'horreur de l'esclavage des enfants et des pratiques pédophiles légales...
J'avais invité Khadidja d'abord à présenter son film à l'Assemblée Nationale, puis au Ministère de l'Education Nationale, avec Najat Vallaud Belkacem, dans le cadre des entretiens de Jean Zay.
Puis le 8 mars, Journée Internationale des Droits des Femmes, j'avais invité Khadidja al-Salami à Tomblaine. Son film, puis son témoignage sur une histoire trop vraie, nous avaient tous bouleversés, d'abord à l'Espace Jean Jaurès devant un public nombreux, puis le lendemain devant 300 collégiens et lycéens particulièrement intéressés.
Demain 10 mai, nous les Français, nous serons fiers de nos villes pavoisées pour une commémoration si noble, mais comment pouvons-nous supporter que notre pays vende des armes et cautionnent ainsi l'innommable au quotidien ? Le Yémen souffre et le monde des puissants l'ignore.

Et ils se rapprochent...


Hier samedi, j'ai marié deux hommes. Lorsque ma collaboratrice est venue dans mon bureau pour me prévenir que tout le monde était en place, j'ai traversé le hall d'accueil de la mairie, ceint de mon écharpe bleu-blanc-rouge pour me rendre dans la salle des mariages. J'ai bien entendu que deux types à l'accueil me disaient quelque chose au moment où je passais, je n'ai pas bien compris ce qu'ils disaient, j'ai pris ça pour une petite blague comme ils souriaient...
Le mariage était très sympa, les deux personnes semblaient heureuses, entourées de leurs familles et amis.
J'aime célébrer les mariages, parce que j'aime que les gens s'aiment, dans ce monde, dans lequel on est de plus en plus cerné par les cons... et ils se rapprochent.
Lorsque je suis revenu dans mon bureau, ma collègue est venue me raconter que la petite blague des deux ploucs à l'accueil était une remarque homophobe. Et qu'avant cela, elle avait dû intervenir pour les remettre en place, tant elle était choquée par leur propos homophobes. Je m'en suis voulu de n'avoir pas compris. Comment peut-on être aussi primaire, bête et méchant face au bonheur simple des gens ? J'espère que les mariés ne s'en sont pas rendus compte, tellement j'ai honte de cela. 
Comment peut-on en arriver là ? Ces deux ploucs étaient à l'accueil de ma Mairie. J'espère qu'ils ne votent pas pour moi et je leur demande surtout de ne jamais voter pour moi. Je ne supporte plus les cons, j'ai de plus en plus l'impression d'être encerclé et qu'ils se rapprochent...

Jusqu'où la vie peut-elle se nicher !

Une amie vient de m'envoyer cette vidéo prise dans son garage, dans le creux d'un agglo... énorme ! La nature reprend ses droits à quelques pas de Nancy !

 

Le squelette joyeux.

 

En 1897, Louis Lumière filme un squelette qui danse, qui tombe et se relève tout seul. Un petit chef-d'oeuvre de technologie à l'époque.
N'oubliez pas que le premier week-end du festival de théâtre "Aux Actes Citoyens" (samedi 25 et dimanche 26 mai) sera consacré principalement à la danse, au geste, au mouvement... avec des spectacles-performances et des masterclasses ouvertes à tous (la preuve : même les squelettes savent danser !)
Il ne suffit pas toujours d'assister, pour prendre du plaisir on peut aussi participer...

 

Chanson spéciale "Joyeuses Pâques"

Sous-catégories

 

En prise directe

  flux RSS

         Facebook

  Twitter

  Dailymotion

En images


Hervé Féron avec Najat Vallaud-Belkacem
et la réalisatrice yéménite, Khadija Al-Salami

 

 

En vidéo

Intervention d'Hervé Féron en Séance Publique pour les victimes de la répression
de la Commune de Paris

Nombre de Visiteurs

Affiche le nombre de clics des articles : 
3725733

`

Copyright © 2011 Hervé Féron.Tous droits réservés.Template hervé féron

Propulsé par un logiciel libre sous licence GNU/GPL