Hervé FERON

Blog


Article de Laurence de Cock dans Politis, publié le 11 juin 2019.

Misères de l’histoire à la télévision

Que faire quand Christine Angot profère une énorme ineptie sur l’esclavage ? Les responsables de chaînes publiques ont une responsabilité décisive quand ils privilégient la bêtise sur les savoirs.

Une nouvelle fois, une émission du service public télévisuel a brillé par sa turpitude. La scène a suffisamment tourné pour qu’on se contente d’en rappeler l’essentiel : une écrivaine à succès devenue éditorialiste dans un programme en vue énonce sans vergogne une contre-vérité historique sur l’esclavage. Christine Angot explique que la différence principale entre la Shoah et la traite des Noirs réside dans le bon traitement accordé aux seconds, du fait de leur destinée à être vendus au meilleur prix comme force de travail. En face, Franz-Olivier Giesbert, qui opine du chef avec des yeux gourmands, et Laurent Ruquier, animateur d’« On n’est pas couché », s’illustrent par leur silence.

Cette communion dans l’ignorance est tout à fait saisissante. Si les propos de Christine Angot ont été largement démontés par des historiennes et des historiens rappelant la mortalité énorme des esclaves déshumanisés, une question reste en suspens : comment est-il possible de diffuser en toute impunité de telles inepties sur un drame aux échos mémoriels aussi sensibles dans une émission très écoutée ?

On impute souvent aux défaillances de l’enseignement de l’histoire l’état parfois navrant des connaissances sur certains sujets. Les éditorialistes de l’émission en question ne sont d’ailleurs pas les derniers quand il s’agit de se lamenter sur le délabrement des connaissances à l’école. Pourtant, l’histoire de l’esclavage y est enseignée, et n’importe quel élève de collège ou de lycée serait aujourd’hui capable de contredire les aberrations professées par Christine Angot. Certes, on peut y regretter des manques, l’insuffisance d’attention accordée à l’esclavagisme colonial par exemple (le système des plantations), ou le caractère désincarné de l’étude du commerce triangulaire, parfois réduit à une petite carte, mais peu de manuels ne contiennent pas un schéma de bateau négrier, un témoignage d’esclave ou une image de plantation de canne à sucre. Depuis la loi Taubira de mai 2001, la traite atlantique est qualifiée de crime contre l’humanité et doit être étudiée à l’école.

D’aucuns ont, à raison, rappelé les effets délétères de la mise en concurrence des mémoires. On pourrait ajouter qu’il s’agit d’une aberration méthodologique pour les historiens, tant il ne nous appartient pas de fournir des billes à des concours malsains de mesure des drames et des souffrances. Mais voilà, les historiens spécialisés peinent à se faire entendre par le plus grand nombre, et force est de constater que les poncifs historiques et mémoriels s’installent sans grande résistance dans l’espace public, surtout quand ils viennent flatter les instincts réactionnaires, voire racistes.

Il n’y a rien à sauver dans ce passage télévisuel, mais peut-être pourrait-on y saisir l’occasion de repenser la place de l’histoire dans les émissions grand public ? Nous ne sommes franchement pas gâtés avec les apologies de la contre-révolution savamment distillées par l’émissaire patrimonial du gouvernement, Stéphane Bern, ou par son acolyte Lorànt Deutsch, n’ayant à offrir de l’histoire qu’une galerie de portraits de puissants. Carrément pas gâtés non plus par les saillies révisionnistes régulières d’un Éric Zemmour réduisant les historiens à des trublions chargés de démonter ses convictions d’extrême droite. « Vous n’avez qu’à y aller ! », nous répondent parfois quelques spectateurs fatigués par cette propagande et cette indigence, mais la question n’est pas si simple. L’historien n’a pas un mode de pensée en « punchline », comme c’est en vogue aujourd’hui dans les médias, il est obligé de développer, de plaider pour la complexité, d’expliciter. Ce n’est donc pas un bon client. Certains s’en sortent mieux que d’autres et sont donc régulièrement appelés, mais au risque de devoir intervenir sur des sujets qu’ils maîtrisent mal et d’y perdre au passage leur casquette de savant. Aussi la responsabilité de telles scènes télévisuelles repose-t-elle bien plus largement sur les animateurs de ces émissions, et c’est à l’ensemble du service public (au moins) de prendre l’initiative d’un vaste aggiornamento à propos de ses appétences pour la bêtise et la haine plutôt que pour la saveur des savoirs.

Un week-end à Tomblaine.

Les week-ends de juin sont bien chargés pour un maire et ses adjoints... Mais ça n'est rien que du plaisir.

D'abord la saison des repas des voisins est revenue... Mais il y a parfois des avis de tempête, hier vendredi le repas des voisins de la rue Pablo Neruda a été rapatrié par précaution sous la véranda de monsieur et madame Schubnel. Et bien c'était très sympa quand même. Plusieurs élus m'y accompagnaient, Hinde Magada, Jean-Claude Dumas, Denise Gundelwein, Serge Strach. J'adore ces moments tout simples de convivialité.

Ce samedi matin à 9h, un café-croissant dans mon bureau avec le Bureau Municipal pour une séance de travail...
Puis, à 10h, nous avons reçu les 15 jeunes qui seront en emplois-été en Juillet-Août. En effet chaque année la Commune offre à une quinzaine de jeunes la possibilité de travailler en CCD pendant 3 semaines pour renforcer les services municipaux en cette période de vacances. C'est souvent une première expérience de travail pour ces jeunes et une possibilité de gagner un peu d'argent et de s'investir pour la Commune. Une petite photo-souvenir a été prise avec les chefs de services qui accueilleront ces jeunes.

A 11h30, j'ai pris la parole pour le vernissage de l'exposition des œuvres de Tata Gliglou, membre de l'association Art-ensemble, il peint à l'huile et s'est spécialisé dans les portraits de personnalités de face, de profil... et même de dos ! A découvrir à la mairie de Tomblaine pendant 3 semaines.

A 14h, j'ai eu l'immense plaisir de procéder au mariage de Melike Basaran et Hamine Benhenou, deux jeunes qu'on a vu grandir à Tomblaine et qui sont aujourd'hui employés municipaux. Rémi Walter, gamin de Tomblaine, devenu footballeur professionnel à Nice, était le témoin d'Amine. Leurs familles et leurs amis nombreux étaient venus et une belle fête s'est improvisée sur le parvis de la mairie avec un groupe de musiciens turcs et la batucada de Tomblaine, qui avait préparé la surprise pour Amine et Melike. Grosse émotion !

A 16h j'ai célébré un autre mariage, c'est toujours un bon moment.

Puis à 19h, nous étions invité à un autre repas des voisins, au Clos des Jardiniers. Là encore, des tomblainois très sympas et accueillants.
Tomblaine est un grand village et tous ces moments participent à la qualité du vivre-ensemble.

Mobilisation pour Ismaïl !

Il s'appelle Ismaïl Arbouze, c'est un jeune de Tomblaine où il habite, il est un très bon animateur municipal. Il joue aussi très bien au foot, l'an dernier, il avait été élu meilleur buteur de Meurthe et Moselle.

Il joue dans le club de St Max-Essey et il vient d'être nominé parmi les 10 meilleurs joueurs de Meurthe et Moselle. C'est maintenant au public de voter ! Alors, c'est tout simple : allez sur la page facebook Top foot 54. Recherchez cette photo, où l'on voit Ismaïl effectuer un retourné acrobatique. Et likez ! Un petit clic, des milliers de petits clics et puis aussi, partagez ce message ! Merci !

En direct du Comité directeur de l'Association des Maires de France.

Je vous garantis que personne ne parle de "Communes nouvelles", car personne n'en veut...

 

Cuisine et politique... à quelle sauce serez-vous mangés ?



Le bilan de la gestion du Grand Nancy est une catastrophe, tout le monde ne l'admet pas, mais chacun le sait. On est dans un microcosme où les observateurs ont intérêt à être au minimum silencieux, sinon bienveillants et où les notables de tous bords ne se risquent pas à prendre courageusement position, car ils ne pensent qu'à leur petit parcours personnel. On aura donc passé un mandat pendant lequel, ils auront tous cautionné cette politique dommageable, ils en porteront tous la triste responsabilité derrière André Rossinot.
La ville-centre défigurée, minéralisée, étouffée, les commerces qui ferment, l'insécurité installée, un budget plombé pour des décennies, une dette qui atteindra prochainement le milliard d'euros, des projets insensés pour l'écologie, le patrimoine et les finances, une stratégie de maitrise foncière qui autorise impunément la spoliation des communes périphériques.

Si l'on voulait recenser toutes les casseroles que traînent derrière leurs guêtres, messieurs Rossinot et Hénart... une casserole pour le Grand Nancy Thermal, une casserole pour la très laide Place Veil, une pour le démesuré Palais des Congrès, une pour le nouvel immeuble Thiers (Thiers, celui qui a tué la Commune en un rouge carnage, tout un symbole !), une casserole pour le musée lorrain, une autre pour le noviciat des jésuites, une casserole pour le projet de tram avec un viaduc de 350 mètres qui va amputer le jardin botanique,...
Avec autant de casseroles, Rossinot et Hénart vont pouvoir se reconvertir dans la restauration... et postuler à "Master Chef" !

Et voilà que la semaine dernière les journaux locaux (uniquement) offrent la Une à Laurent Hénart et Mathieu Klein, les présentant comme les prochains candidats aux municipales à Nancy, tout en ajoutant que chacun se défend bien "d'être dans une logique de campagne et refuse d'aborder le sujet..." 
Sauf qu'immédiatement après, ils abordent tous les deux le sujet et sauf que ce genre de campagne médiatique soudaine est forcément sollicitée par les services de communication de l'un et de l'autre (avec l'argent public...)

Tout cela n'est pas très propre, mais c'est surtout inquiétant pour qui rêverait à un vrai changement (radical cette fois !) pour les habitants du Grand Nancy et non plus pour le Grand Nancy. Je crois que c'est la bonne dialectique. On n'entend jamais parler que du "Grand Nancy, la Métropole du Grand Nancy, le Grand Nancy Thermal, Nancy Grand Coeur,..." Cela n'est que politique nombriliste et boulimique, chaque fois ces élus semblent dire "c'est moi, on est les plus grands, on est les plus gros, on va bouffer tout le monde"...
Comme si la grenouille rossinienne avait toujours voulu se grossir comme le bœuf de la fable, dont on connait l'issue tragique...
Cette conception-là de la politique à approche terriblement culinaire, elle nous gave !!!
Non, des élus (et même des candidats) réellement responsables devraient parler d'abord des habitants du Grand Nancy...

C'est donc ensuite, lorsque les deux candidats commencent à parler du fond, que cela devient inquiétant... D'abord ils parlent de leur projet de candidature à la Mairie de Nancy, mais comme s'ils étaient candidats à la présidence de la Métropole !
Ce raccourci est un mélange des genres très inquiétant qui en dit long...

=> Parce que depuis trop longtemps, la majorité qui tient les commandes de la Métropole est celle-là même  qui a gagné la ville de Nancy (Nancy détiendrait-elle trop de sièges au Conseil de Métropole pour que la démocratie puisse s'exercer sereinement ?).

=> Parce que depuis trop longtemps le Président de la Métropole est le Maire de Nancy ou bien issu du Conseil de Nancy (la Métropole devient ainsi une variable permanente d'ajustement budgétaire pour Nancy-ville et lorsque la même personne est incapable de respecter les équilibres écologiques, économiques et sociaux à Nancy comme dans la Métropole... cela tourne au fiasco).

Laurent Hénart est de loin le pire... Après une invisibilité notoire dans son mandat de Maire, voilà qu'il a insiste avec sa proposition de Commune Nouvelle et se propose même de cumuler les fonctions de Maire de Nancy et de Président de la Métropole ! Parce qu'il est dans une impasse économique à Nancy comme dans la Métropole et qu'il souhaite faire partager la note aux autres contribuables. Tous les élus sont contre l'idée de Commune Nouvelle qui qui consiste ni plus ni moins à dissoudre les communes, encore de la cuisine politique : "faire bien mijoter, faire cuire à feu doux, faire revenir pour enfin réduire..." Mais, vous ne le savez pas, Laurent Hénart a embauché un cabinet privé (il finance donc son projet politique et sa campagne avec de l'argent public) et il a écrit aux maires pour leur proposer la visite de  cet "expert" privé... (tristement connu par ailleurs pour ne pas avoir un grand respect pour les élus locaux...). Il sera important que dans chacune de vos Communes, les habitants interrogent publiquement les candidats à la Mairie sur leurs intentions futures (seront-ils favorables ou non à la création d'une "Commune Nouvelle"), s'ils souhaitent pouvoir encore avoir affaire à des Maires proches, interpellables, et en capacité de faire vivre les politiques publiques sur leur territoire...
C'est important, car ces gens-là n'interrogent jamais la population, ils décident en vase clos, après les élections... Ce sont leurs méthodes.
Bref Laurent Hénart a tout faux.

Mathieu, pour qui j'ai plutôt de la sympathie, m'inquiète aussi. D'abord car le prochain président de la Métropole ne devra pas être issu du Conseil de Nancy. Mais voilà qu'il s'empare du sujet des transports... Comme il y a quelques semaines, il devenait soudainement très écolo... J'aurais aimé moins de silences complaisants pendant tout ce mandat. À force d'être dans l'attentisme et la stratégie, on perd du crédit. J'aurais aimé une opposition aux projets catastrophiques (Grand Nancy Thermal, ligne 1 du tram, jardin botanique,...). J'aurais aimé un soutien quand, à l'époque, je donnais l'exemple de Valenciennes et de la gratuité des transports...

Excusez-moi de dire clairement ce que beaucoup pensent. Les partisans des uns et des autres commenteront encore en disant que je suis trop excessif, mais ce que je dis n'est que factuel. Et je pense que les gens ont besoin de sincérité.

Et puis, les vrais gourmets savent qu'avec une telle conception de la cuisine politique, on ne peut finalement que servir des plats indigestes, parce que complètement cramés.

Sectaire.

J'ai été député 10 ans sur le Grand Nancy, je n'étais invité à aucune manifestation organisée par le Grand Nancy et encore moins associé. Quand le roi Rossinot prenait la parole et que j'étais présent, il ne saluait même pas la présence du député.
Cela ne me dérangeait pas, je n'aime pas les fourberies, pas plus que les réunions de notables qui viennent inaugurer une manifestation quand ils n'ont rien fait pour qu'elle puisse exister...
Sur ma circonscription, il y avait le Parc des Expositions à Vandoeuvre, avec chaque année la Foire Internationale... Et chaque année une inauguration en grandes pompes, avec des centaines de milliers d'euros d'argent public investi dans la communication... Il est arrivé que j'y sois invité, mais jamais je n'y ai été associé, jamais mon nom n'a figuré sur le carton d'invitation.
Cette année la Foire Internationale va être inaugurée et sur les cartons d'invitations autour du nom du Préfet figurent tous les noms des "notables qui ne font rien mais qui viennent se montrer" et parmi eux le député Laurent Garcia ! Pourquoi ? À quel titre est-il invitant ?
On peut bien sûr penser que ce sont les magouilles qui continuent sur le Grand Nancy, avec l'argent des contribuables, mais dans l'univers rossinien cela s'appelle surtout du sectarisme.

Si vous ne savez pas qui est Laurent Garcia, c'est celui qui avait émargé dans un certain nombre de partis de droite, qui est devenu En Marche 3 semaines avant les Législatives, qui a quitté En Marche 15 jours après et qui totalise 8 % de présence sur l'ensemble des votes à l'Assemblée Nationale depuis qu'il est député selon l'application nosdeputes.fr

Ces notables là ne s'intéressent pas au peuple, ne vous trompez pas de vote dimanche prochain !

 

ASNL / FC METZ

Après le match, Wagner, le héros du match et de la saison, demande à Hervé Féron si il compte rester à Nancy l'an prochain...

Sous-catégories

 

En prise directe

  flux RSS

         Facebook

  Twitter

  Dailymotion

En images


Hervé Féron avec Najat Vallaud-Belkacem
et la réalisatrice yéménite, Khadija Al-Salami

 

 

En vidéo

Intervention d'Hervé Féron en Séance Publique pour les victimes de la répression
de la Commune de Paris

Nombre de Visiteurs

Affiche le nombre de clics des articles : 
3670873

`

Copyright © 2011 Hervé Féron.Tous droits réservés.Template hervé féron

Propulsé par un logiciel libre sous licence GNU/GPL