Hervé FERON

Blog


En direct du Stade de France...

une belle et originale cérémonie d'ouverture de la Coupe du Monde de rugby à Paris 2023.
 

 

Demandez le programme !

Mercredi soir, je représentais la Métropole du Grand Nancy au lancement de la saison et à la présentation de
la nouvelle équipe du Nancy Handball… Je souhaite une excellente saison en Pro Ligue à l’équipe du Président
Hervé Art !
Jeudi à 18h, j’inaugurais la station de bornes de recharge électrique « Electrify France by Volkswagen Group
Network » à Tomblaine, un grand moment, je me suis beaucoup investi, en tant que maire pour cela, je vous en
reparlerai…
Jeudi à 18h30, j’assistais au match de football de l’équipe de France Espoirs, contre le Danemark, victoire 4 buts
à 1. Pour l’équipe de France Espoir, record d’affluence battu : 15 000 spectateurs à Tomblaine ! En tant que maire
de Tomblaine et en tant que Vice-Président de la Métropole du Grand Nancy qui a permis à la FFF d’organiser ce
match pour ce public enthousiaste, je suis fier d’avoir accueilli la première de Thierry Henry !
Vendredi soir, je serai à Paris, au Stade de France, pour assister au match d’ouverture de la Coupe du monde de Rugby :
France - Nouvelle Zélande… Le XV de France contre les All Blacks ! Après cela, il est prévu une troisième mi-temps
sérieuse…
… Ce qui m’amènera à faire une nuit assez courte, puisque dès le lendemain matin, samedi, je dois rejoindre Tomblaine au plus tôt pour accueillir les nouveaux Tomblainois. Avec visite de la ville, des infrastructures tomblainoises, et présentation des services publics municipaux… Après quoi nous rejoindrons le « forum des associations » à l’Espace Jean Jaurès, qui marque la rentrée des nombreuses associations tomblainoises…
Samedi après-midi, je marie des gens à la Mairie de Tomblaine.
Dimanche, je donne le départ de courses dans le cadre du Trail La Fumana au Plateau de Malzéville, manifestation sportive, très populaire et très sympa.
A part ça, le reste du temps, je travaille… Et puis lundi matin , c’est reparti.
 
 
 

La Plage des deux Rives à une histoire...

Cela faisait 15 ans que je proposais à la précédente majorité de la Métropole de redonner vie aux bords de Meurthe côté Nancy et surtout côté Tomblaine (car le gel des terrains sur Tomblaine depuis de nombreuses années par la Métropole offrait à cet endroit une importante superficie
disponible, au bord de l’eau…). Rien n’était possible… Par frilosité ? Peut-être, au moment de se mettre à l’eau… Par mesquinerie politicarde ? Certainement…
Avec le changement de majorité, Mathieu Klein m’a chargé, en tant que Vice-Président de la Métropole, de la mise en oeuvre de la Plage des deux Rives, ce qui fut fait dès la première année de ce mandat, grâce à la belle mobilisation des services de la Métropole.
Cette offre exceptionnelle de baignade, de détente, d’activités culturelles et sportives, estivale, dans le respect de l’environnement, connait un succès remarquable désormais chaque été. C’est la plus grande Base de Loisirs en milieu urbain de France.
Et chaque année, nous nous efforçons d'améliorer l’offre en qualité et en diversité, il s’agit d’une politique d’intérêt public. Les vacances et la sérénité sont ainsi à la portée de tous (proximité, accessibilité, gratuité).
Le saviez-vous ? Les Bains Poirel : Un site… Une histoire…
Mais c’est aussi l’histoire sur ce site qui fait que l’idée d’offrir aux Grands Nancéiens une offre de baignade et de détente en plein air, à cet endroit précis, est devenu une évidence aujourd’hui…
Nous portons la responsabilité collective de ne jamais ignorer l’histoire pour mieux construire l’avenir.
En effet, dans les années 1900, il existait une petite île située entre Nancy et Tomblaine, entre le vieux pont de Tomblaine et le site actuel de l’étang de la Méchelle.
Le lieu-dit était appelé « la Petite Méchelle ». En 1892, cette île appartenait au comte Molitor, Maréchal d’Empire et Pair de France, qui habitait Tomblaine, possédait aussi le château de Tomblaine et le Bois la Dame à Tomblaine.
 
 
Rachetée par monsieur Albert Poirel, celui-ci aménagea, en 1893, l’île de la Petite Méchelle, pour la destiner à des activités de baignade. Le site fut connu ensuite sous le nom de « Bains des cinq piquets », « Bains froids de la Meurthe » ou encore « Bains Poirel ».
L’endroit était destiné à des cours de « natation réservés aux entrainements militaires ».
Différents corps d’armée se succédaient le matin, de mai à septembre, pour s’exercer à des activités nautiques et sportives (grandes manœuvres après la défaite de 1870).
L’après-midi, les bains étaient ouverts aux habitants de Nancy et de Tomblaine, hommes et femmes.
 
 
Albert Poirel avait ainsi créé et organisé pontons, bassins, lieux de baignade, déshabilloirs, activités de plein air, espaces coins détente, restauration, concours de natation… Il exerçait la profession de maître-nageur sauveteur.
 
 
A 130 ans d’intervalle, avec la Plage des deux Rives, des activités de plein air et de baignade semblent renaître du passé !
 
 
Albert Poirel est décédé en 1912, mais sa veuve Louise Gabey (Poirel) a continué à y organiser les activités de baignade, avec l’aide de son neveu Louis Poirel.
En 1941, les allemands ont réquisitionné le site, pour les troupes occupantes, sous le nom de « Freibaden auf der Meurthe ». Lorsqu’ils se sont retirés à la fin de la guerre, ils ont fait sauter les installations de bains, les arbres fruitiers, etc.
Albert Poirel, fils d’Albert le créateur du site, a repris après-guerre, des activités plutôt champêtres et conviviales, jusqu’en 1962. Après la dernière grande crue de 1983, les importants travaux de recalibrage de la Meurthe et de sécurisation des rives, ont provoqué la suppression de cette île de la Petite Méchelle.
En 2021, la Métropole du Grand Nancy crée sur le site de la Méchelle, une base de loisirs : « La Plage des deux Rives » qui proposera pour toute la période d’été une offre aquatique en plein air, ainsi qu’une programmation culturelle, sportive et environnementale, en lien fort avec le tissu associatif local.
 

A propos de Thibaud Roth

Mon post visait à ce que l’on parle aussi de Thibaud et que son décès tragique ne soit pas ainsi banalisé, d’autant plus

qu’il se confirme que Thibaud a eu un comportement courageux et admirable dans ce drame. Également parce qu’il exerçait
son métier d’accompagnant avec beaucoup de coeur et de professionnalisme.

Beaucoup de médias m’ont alors contacté et manifestement tous étaient dans la même situation, ils n’avaient pas réussi à
obtenir des informations sur Thibaud et ils en étaient désolés. On le voit bien aujourd’hui tous les médias parlent de Thibaud
et lui rendent ainsi hommage, ce qui sera certainement une aide pour la famille.

Du côté de l’Etat, de même, il m’a été expliqué qu’un certain nombre de dispositions ont été mises en oeuvre, mais dans ce
genre de situation si particulier, avec une enquête en cours, la gendarmerie, la justice… Rien n’est simple. La maman de
Thibaud a été contactée par le sous-Préfet qui la recevra la semaine prochaine, il y aura accompagnement.

Chacune des communes fait le maximum et chacun fait ce qu’il peut, dans ces circonstances douloureuses.
Merci à tous pour la famille de Thibaud et pour Thibaud. Et nous n’oublions pas, bien sûr toutes les familles des personnes
handicapées à qui nous renouvelons nos condoléances sincères.
Hervé Feron.

La reconnaissance due.

Le drame de l’incendie de Wintzenheim a endeuillé plusieurs familles et de toutes parts les témoignages de solidarité

et les condoléances affluent.
L’heure n’est pas à la polémique, mais il n’en demeure pas moins que le minimum de reconnaissance pour le jeune
Thibaud Roth, 33 ans et le soutien dus à sa famille ne sont pas vraiment au rendez-vous.

Il a été demandé à la famille de Thibaud de se rendre en Alsace pour un prélèvement ADN, afin de reconnaître le corps.
Les gendarmes alsaciens ont assuré sa maman que les résultats lui seraient donnés dès le lendemain. Ça n’a pas été
le cas… Et lorsque plusieurs jours plus tard le « résultat » lui a été communiqué… le moins qu’on puisse dire, c’est que
la méthode et les termes employés manquaient de délicatesse…
La Ministre chargée des personnes handicapées est venue rencontrer les familles des victimes… sauf la famille de Thibaud.
Une cellule d’accompagnement psychologique a été mise en place et proposée aux familles des victimes… sauf la famille
de Thibaud.
Il est évident que tout cela n’est pas intentionnel, mais c’est un manque de délicatesse et un manque de reconnaissance
douloureux pour la famille de Thibaud, qui est présenté partout comme « l’accompagnant » des personnes handicapées, ce
qui, là encore, est particulièrement réducteur de ce qu’était son métier et de ce que fut son rôle cette nuit-là.
C’est comme s’il était un peu effacé, quand la famille, elle, aurait besoin que l’on parle de lui, pour évoquer sa mémoire et
pour faire le deuil, si tant est que ce soit possible.

Thibaud avait 33 ans, il était jeune et la dernière vidéo qu’il avait postée sur Facebook dans ce gîte, le montrait joyeux et plein de vie.
Il aimait la musique. Il avait grandi à Tomblaine, où sa maman réside encore. Il y avait été moniteur au Centre de Loisirs.

Bien sûr, il était « accompagnant », mais c’était son métier, il n’accompagnait pas en touriste. Il avait choisi ce métier par altruisme.
Il avait précédemment travaillé pour d’autres associations qui accompagnaient des personnes en situation de handicap.

Pour cette association (Oxygène), c’était sa première mission. Il aimait ce travail et le faisait consciencieusement. Le président
d’Oxygène a raconté à la maman de Thibaud que s’il s’était vu piégé dans l’incendie, alors qu’il était jeune et en forme physiquement,
c’est parce que il n’avait pensé qu’à tenter de sauver les personnes handicapées et qu’il avait essayé jusqu’au bout d’organiser leur
évacuation… au prix de sa propre vie.

Il faut que tout cela soit dit, pour Thibaud et pour sa famille.

Après les obsèques lundi, la famille et les amis seront invités à partager le verre de l’amitié à la salle Stéphane Hessel à Tomblaine.
Le registre des condoléances ouvert à la population en mairie sera, à ce moment-là, amené à la salle Stéphane Hessel. Un petit mot,
un témoignage, ça ne résout rien, mais ça peut aider.
A sa maman, son papa, ses frères Thomas et Simon, je renouvelle au nom de la ville de Tomblaine nos sincères condoléances. Nous
partageons votre douleur.
Hervé Feron.
Maire de Tomblaine.

Communiqué.

Tomblaine est particulièrement concernée par la disparition du jeune animateur de 33 ans et nous adressons nos condoléances attristées à sa famille. Un registre de condoléances sera ouvert à la population dès mercredi 16 août, aux heures d’ouverture de la Mairie de Tomblaine.
 
 
Wintzenheim : les villes de Nancy, Saint-Max, Tomblaine, Val de Briey, ainsi que le Conseil départemental de Meurthe-et-Moselle ouvrent des registres de condoléances
À la suite du dramatique incendie survenu ce 9 août à Wintzenheim, les Maires de Nancy, Saint Max, Tomblaine, Val de Briey, ainsi que la Présidente du Conseil départemental, territoires d’où étaient originaires les victimes meurthe-et-mosellanes de cette catastrophe, tiennent, au nom de leurs collectivités respectives et plus généralement des élus de Meurthe-et-Moselle, à renouveler leurs condoléances et leur soutien aux familles touchées par ce terrible drame, ainsi qu’à leurs proches et aux structures qui accueillaient ces personnes.
Profondément marquées par la tragédie qui s’est nouée, nos collectivités ont souhaité permettre à l’ensemble des personnes voulant rendre hommage aux victimes d’exprimer leur émotion et leurs marques de soutien, en mettant à disposition des registres de condoléances, en leur mémoire.
Ces registres seront mis à la disposition du public au sein des mairies comme à l’Hôtel du Département, aux horaires d’accueil du public dès le 16 août prochain.

Plus d'articles...

  1. Emouvant ?
  2. Merci à tous.

Sous-catégories

 

En prise directe

  flux RSS

         Facebook

  Twitter

  Dailymotion

En images


Hervé Féron avec Najat Vallaud-Belkacem
et la réalisatrice yéménite, Khadija Al-Salami

 

 

En vidéo

Intervention d'Hervé Féron en Séance Publique pour les victimes de la répression
de la Commune de Paris

Nombre de Visiteurs

Affiche le nombre de clics des articles : 
6585768

`

Copyright © 2011 Hervé Féron.Tous droits réservés.Template hervé féron

Propulsé par un logiciel libre sous licence GNU/GPL