Hervé FERON

Blog


Benoit Hamon : mener la bataille culturelle

 

Mener la bataille culturelle qui nous oppose à la droite, rompre, pour se projeter dans un avenir collectif, avec l’individualisme et « l’autorité de l’éternel hier », telle que l’évoquait Max Weber, nécessite de renouveler sans cesse notre rapport au monde. Les artistes nous y aident en donnant à voir et à partager d’autres lectures du réel qui nous éveillent et nous portent. On ne trace pas de chemin politique sans un imaginaire puissant.

En matière de politique culturelle, le quinquennat qui vient de s’écouler a mal commencé, avec une forte baisse des crédits publics. Mais c’est avant tout symboliquement que la culture a cessé d’être une priorité. L’art et la culture comme horizon d’émancipation doivent être au cœur du discours et des actes de la gauche. Faire vivre les droits culturels, le droit à l’accès à l’art et au patrimoine et, pour chaque citoyen, le droit à la création et à la reconnaissance de ses identités culturelles, quelles qu’elles soient, passe par trois exigences.

D’abord, le principe d’une juste rémunération des artistes. Je souhaite porter le projet d'un statut de l'artiste, notamment pour ceux, nombreux, comme les auteurs et les plasticiens, qui n’ont pas accès à l’intermittence. Pour les plus jeunes, particulièrement précaires et qui renoncent trop souvent, le premier étage du revenu universel d’existence répond à un impérieux besoin.
La rémunération des auteurs à l'ère numérique doit être une exigence. Si cette révolution est une formidable opportunité pour les artistes, ils sont bien trop souvent le seul maillon de la chaine à ne pas en vivre. Il nous faut inventer les solutions techniques et juridiques, développer l’offre légale. Les droits d’auteurs ne sont en rien contradictoires avec une diffusion au plus grand nombre. Aujourd’hui, les GAFA s’emparent, des œuvres et refusent, comme ils refusent de participer à l’effort fiscal, de payer leurs créateurs. Ce n’est pas acceptable.

Ensuite, inlassablement, la lutte contre la reproduction culturelle, première des inégalités. La parole de Pierre Bourdieu est toujours d’actualité. Quand l’économie se resserre, que les voies de la promotion sociale se rétrécissent, la culture est le dernier discriminant, l’attribut des dominants et le stigmate de ceux qui ne sont pas nés dans le bon milieu. Il faut évidemment donner la priorité absolue à l'éducation artistique et culturelle, notamment en soutenant les collectivités locales, la culture ayant été la première victime des baisses de dotation, en mettant l’accent sur les zones qui en ont le plus besoin.
La répartition de notre offre culturelle est en effet extraordinairement inégale, avec une concentration des crédits en Ile de France. Je donnerai la priorité à la lutte contre les déserts culturels, en milieu rural comme en milieu urbain. Il faut penser autrement les nouveaux lieux de culture qui ne peuvent plus être le résultat de « grands travaux », d’une culture institutionnelle et descendante. Qu’est-ce qu’un lieu d’art qui n’invente plus ? Je porte le déploiement de fabriques de culture, de dispositifs mobiles et innovants. De nombreux acteurs nous interpellent sur la formidable opportunité que représentent l’art et la culture dans l’espace public, ou sur les lieux de travail, pour confronter exigence artistique, expérimentation et accès au plus grand nombre. Il faut ouvrir de nouveaux horizons. Le Ministère de la culture ne doit pas être une forteresse. La France est très en avance, notamment dans les créations numériques, comme le jeu vidéo ou l’animation. Je souhaite soutenir l'entreprenariat culturel et les nouveaux modes de création, plus collectifs, qui pensent la culture en lien avec le développement durable et la lutte contre les inégalités.

Enfin, faire vivre le projet culturel européen. L’exception culturelle, qui permet de soutenir économiquement la culture, doit être plus que jamais portée à ce niveau. Je souhaite aussi qu’une politique culturelle commune participe à l’identité de l’Union. C’est ainsi à l’échelle de l’Europe que nous devons faire de la protection des artistes persécutés dans leur pays une priorité de notre politique d’asile.

La première des ressources pour la culture, ce sont des citoyens qui ont un désir d’art, parce qu’ils ont le temps, la sécurité économique et l’accès aux œuvres. Prendre acte de l’évolution inéluctable du monde du travail, de la nécessité absolue de repenser le revenu et les modes de production participe évidemment d’une culture désirable.

Ce dimanche 29 janvier, Benoit Hamon a besoin de votre force pour engager le rassemblement de la gauche et combattre la droite et l'extrême-droite

"Ce dimanche 29 janvier, j'ai besoin de votre force pour engager le rassemblement de la gauche et combattre la droite et l'extrême-droite"

https://twitter.com/benoithamon/status/825102159972823043

https://www.facebook.com/hamonbenoit/videos/10154978221672264

 

 

Hugo F. en concert à Paris.

Une bonne idée pour les fêtes mercredi 28 décembre à 19h30 Hugo F sera en concert sur le bateau-théâtre « Le Nez Rouge » invité par le célèbre imitateur Gérald Dahan. C’est facile à trouver, face au n°13 du Quai de l’Oise 75019 Paris. Métro Ourcq (ligne 5) ou Métro Crimée (ligne 7).

Si vous êtes en région parisienne, ne ratez pas cet événement, réservez dès maintenant :

http://www.lenezrouge.com/billetterie/




"L'émission politique" de France 2

"L'émission politique" de France 2 : Benoît Hamon sera la surprise de la primaire à gauche il est le seul à proposer de faire une autre politique.

Triste conception de la démocratie

Quand Eric Pensalfini revient faire son numéro dans l’Est Républicain pour annoncer qu’il discute avec Jacques Rousselot de la vente du Stade Marcel Picot, c’est une véritable imposture. Il n’a aucune légitimité. Cette discussion appartient au Conseil de Métropole et au Maire de la Commune concernée. Les tomblainois sont irrités des méthodes scandaleuses de Pensalfini qui méprise en permanence les riverains.

L’Est Républicain a beau nous expliquer que le Stade Marcel Picot se trouve à Nancy, il se situe à Tomblaine, où le Maire a encore des responsabilités en terme de pouvoir de police, comme d’urbanisme.

Ces méthodes en disent long sur le niveau de la démocratie pratiqué par le Grand Nancy Métropole.

Quand à la course contre le cancer du sein dans le cadre d’octobre rose, si elle s’est déroulée en majeure partie sur Tomblaine, c’est parce que le Maire de Tomblaine a été plus accueillant que la Ville de Nancy qui n’a pas voulu la recevoir dans le Centre Ville.

Ouverture de la 38ième Foire aux Fromages

De nombreux élus sont venus en amis du Maire de Seichamps
et Vice-Président de la Métropole du Grand Nancy Henri Chanut
et de son équipe municipale à l'occasion de l'ouverture
de la 38ième Foire aux Fromages de Seichamps.

Parmi eux, les maires de Malzéville Bertrand Kling,
d'Essey-les-Nancy Michel Breuille,
les Conseillères Départementales Agnès Marchand,
Véronique Billot représentant le Président Mathieu Klein.

Chaynesse Khirouni députée de Seichamps étaient présente
comme chaque année et Hervé Féron était là aussi en ami.
Une très belle manifestation avec,
comme chaque année de très nombreux exposants,
des attractions, des spectacles,
et une une belle énergie du Comité des Fêtes,
tous les ingrédients pour une fête réussie !

Belle entrée en matière de Benoît Hamon

Voici deux articles parus dans la presse où je suis cité, je ne sais pas où les journalistes ont trouvé que je serais plus Aubryste qu'autre chose... Toujours le besoin de coller des étiquettes !

Hervé FERON



Dans l'Express :



A Saint-Denis, Benoît Hamon candidat pour rassembler la gauche 

Paris - Benoît Hamon, candidat à la primaire initiée par le PS, a réuni dimanche à Saint-Denis ses soutiens, en dénonçant "l'échec du quinquennat" de François Hollande et en se démarquant en creux d'Arnaud Montebourg sur qui il espère prendre l'avantage à la gauche du PS.

Fustigeant l'effacement du clivage entre la gauche et la droite, selon lui poussé à son paroxysme par le président de la République, et rejetant l'idée selon laquelle les gauches seraient "irréconciliables", comme le disent Manuel Valls et Jean-Luc Mélenchon, M. Hamon s'est efforcé d'apparaître comme "le meilleur candidat pour rassembler toute la gauche". 

"Je me mets au service de l'unité et du rassemblement de la gauche", sans lesquels il est "totalement illusoire de penser que la gauche puisse être au second tour de l'élection présidentielle", a affirmé l'ancien ministre de l'Education, au terme d'un discours de près d'une heure et demi, salué par les applaudissements nourris de quelque 500 de ses partisans, réunis dans un ancien site industriel converti en lieu évènementiel, L'Usine.  

Pour le député des Yvelines, qui a oeuvré à des convergences rouges-roses-vertes à l'Assemblée, notamment à l'occasion du débat sur la loi Travail, "jamais un programme commun de la gauche n'a été si facile, ne serait si facile à écrire". 

Défense d'une "économie altruiste" et respectueuse de l'environnement, de la réduction du temps de travail, d'un revenu universel d'existence versé à chaque citoyen français; promotion d'une VIe République instaurant une dose de proportionnelle et le non-cumul des mandats dans le temps; aide gratuite au devoir pour tous les écoliers et collégiens... le candidat a semé les marqueurs de gauche dans son discours. 

Sans atteindre la virulence d'un Arnaud Montebourg la semaine dernière, l'ancien ministre de François Hollande n'a pas pris de gant pour dénoncer "l'échec du quinquennat" du président de la République: en reprenant à la droite ses idées plutôt que celles pour lesquelles elle avait été élue, la gauche a "ajout(é) à l'échec économique et social la défaite morale", a-t-il dénoncé. 

M. Hamon a par ailleurs une nouvelle fois vivement critiqué l'interdiction dans certaines communes du burkini et l'attitude de l'exécutif dans cette polémique. "J'ai le sentiment qu'aujourd'hui en France, aux yeux de nombreux dirigeants politiques et de nombreux Français +un bon musulman, c'est un musulman qui n'est pas musulman+ (...) Un musulman invisible", a-t-il dit. 

- "Ne pas se tromper d'adversaire" - 

Sans le nommer, M. Hamon s'est par ailleurs efforcé de se démarquer d'Arnaud Montebourg, entré en campagne la semaine dernière.  

"Je veux ici rappeler mon hostilité à l'exploitation des gaz de schiste et mon engagement à réduire la part du nucléaire dans le mix énergétique", a-t-il affirmé, sous les applaudissements de la salle. M. Hamon a également pris soin de souligner la dimension "collective" de sa démarche, loin de la posture d'homme providentiel endossé par son ancien comparse, et son engagement clair dans le processus de primaire décidé par le PS -là où M. Montebourg maintient l'ambiguïté. 

Enfin, sur le plan européen, M. Hamon a souligné la nécessité, au-delà du "volontarisme qu'on affiche", de proposer une "méthode (...) pour nouer des alliances et bâtir des coopérations seules capables d'inverser les rapports de force existants". 

Selon l'entourage du candidat, une vingtaine de parlementaires lui ont apporté son soutien, dont de nombreux frondeurs mais pas seulement: les députés Hervé Féron (aubryste) et Alexis Bachelay (motion D) étaient notamment présents, de même que le président du jeunes socialistes Benjamin Lucas, a-t-on indiqué. 

Une convergence sera-t-elle possible entre MM. Hamon et Montebourg comme le souhaite le chef de file des frondeurs, Christian Paul ' "L'idée est de se retrouver, affirme une élue francilienne. Il ne faut pas se tromper d'adversaire. Ce n'est pas Arnaud Montebourg, mais la droite, la gauche de gouvernement". 

"Ce qui a été acté, c'est une convergence. Aura-t-elle lieu avant le premier tour ' Au second tour '", confirme un proche de M. Hamon. 



------

 

Dans Le Point :

Benoît Hamon réunit ses soutiens à Saint-Denis ce week-end

 

Sous-catégories

 

En prise directe

  flux RSS

         Facebook

  Twitter

  Dailymotion

En images

Hervé Féron avec Najat Vallaud-Belkacem
et la réalisatrice yéménite, Khadija Al-Salami

En vidéo

Intervention d'Hervé Féron en Séance Publique pour les victimes de la répression
de la Commune de Paris

Nombre de Visiteurs

Affiche le nombre de clics des articles : 
2354330

`

Copyright © 2011 Hervé Féron.Tous droits réservés.Template hervé féron

Propulsé par un logiciel libre sous licence GNU/GPL